Archives de Tag: résistance

Hollande, un mois déjà…

Voilà donc un mois que le camarade Hollande est président de la République, un mois jour pour jour. Je ne reviens pas sur le plaisir que j’ai éprouvé à contribuer, au travers de mon petit bulletin de vote, comme quatre millions d’électeurs du Front de Gauche, à dégager Nicolas le petit. Ça, c’est fait et c’est bien fait. Reste que maintenant, c’est Françoué qui dirige la France. Ça ne change pas grand chose en fait.

A la gare de Juvisy, hier encore, j’avais droit aux mêmes cow boys, menton haut, regard méprisant, les mains sur le ceinturon surchargé de matériel répressif. A côté de ça, là où il y en a besoin, comme du côté de square Léon à la Goutte d’or, si j’en crois mes voisins, on ne voit toujours pas l’ombre d’un uniforme si ce n’est, une fois toutes les six semaines, quand une douzaine de bagnoles débarque pour disparaître après. Côté flicaille encore, Gervais Gantchou, inculpé pour rébellion, pourrait être le premier papa expulsé de Manuel Valls, équivalent de Sarkozy séquence 2002-2003. A quand le kärcher ?

Côté social ? Les sociaux-démocrates sont égaux à eux-mêmes. Ça jacasse dans le poste et puis tombe la réalité des décrets. Ce mercredi 6 juin au matin, pour fêter le mensoversaire je suppose, c’est celui sur les retraites qui est tombé. Exit la retraite à 60 ans automatique pour celles et ceux ayant travaillé 41 ans et plus. Le changement de lexique entre « trimestres validés » et « trimestres travaillés » réduit les contours des promesses de campagne à un simple aménagement de la contre-réforme des retraites adoptée en 2010 par la droite. Fillon a beau jeu de se gausser. Malheureusement, j’ai bien peur que, si le parti dit « sérieux » a la majorité avec les seuls députés EELV, il puisse se moquer longtemps. Le sinistre de l’Economie, Moscovici, a bien annoncé qu’il maintenait le cap de la réduction des déficits publics à 3% du PIB, pendant que Hollandréou nous amuse avec la "croissance".

Le PS tente de déshabiller la gauche

Bref, comme l’autre pays du fromage, le gouvernement Hollande, en actes, est bien en dessous de la ligne des eaux qui marque la gauche.

C’est que l’ancien premier secrétaire du PS est un convaincu du social-libéralisme. Ce n’est pas un hasard si le think tank blairiste français Terra Nova truste les postes de collaborateurs de cabinets ministériels. Cette nouvelle matrice a théorisé le divorce entre le PS et les classes populaires dans une vision purement électoraliste, scellant le renoncement à la transformation sociale. Il n’y aura donc que des ajustements « sociaux » aux mesures libérales prises par les précédents gouvernements. Tant que ces gens-là seront capables d’assurer une majorité seuls. Ou avec la droite ? Hé, doucement amis lecteurs ! Je n’ourdis pas de procès d’intention, moi. Laissons venir.

Et qu’en est-il du camarade Françoué lui même ? Ben… Pareil qu’au PS. Le bon mot comme mode de communication, la communication en guise de ligne politique. Un sourire à la caméra. Une photo Depardon. Et cette belle ritournelle dérivée de Christophe : « Je vous dirais les mots creux ». En fait, ce garçon, en digne héritier de Lionel Jospin, ne fait de politique qu’au trébuchet du rapport de forces. Europe Ecologie-Le Vide s’en est rendu compte à son détriment. Deux petits pour cent aux présidentielles, et même la promesse d’une centrale nucléaire fermée par circonscription donnée ne sera probablement pas tenue. D’évidence, seul une majorité de gauche dépendant du groupe Front de Gauche à l’Assemblée nationale sera de nature à lui imposer une politique un peu à gauche, celle qui, finalement, limite la casse.

Quand on se rappelle les résultats concrets de la politique du gouvernement Jospin entre 1997 et 2002, le nombre de privatisations notamment, l’absence de retour en arrière sur la réforme des retraites 1995, la trahison que représente la signature du traité d’Amsterdam contre les engagements de campagne… Quand on regarde les actes du gouvernement Blair, et aussi ceux du Schröder en Allemagne, tous deux exemples à suivre pour Terra Nova… Limiter la casse serait déjà une jolie victoire. Empêcher les sociaux-libéraux de mener à bien leurs projets hallucinés de libéraliser le marché du travail pour « alimenter la croissance », pour moi qui ne suis pas un adepte de la politique du pire, je trouve que c’est en soi un objectif politique.

C’est aussi cela l’enjeu de ces législatives. C’est aussi pour cela que nous menons campagne, nous autres frontdegauchistes ; c’est pourquoi nous pensons que donner une caution « rouge » à ce gouvernement serait stupide. Le seul moyen de débattre sérieusement avec le parti dit « sérieux », c’est de le battre dans les urnes. Si nous n’y parvenons pas, ce ne sera pas de sa faute à lui. Juste de la nôtre.

——————————

Bonus vidéo : Zend Avesta "A la manière"


Un sacré coup de Rouge dans ta gueule

« Je forge le fer pour mes frères ! » Entre cri de manifestations et scansion hip hop, le ton est donné. Rouge, le groupe, est un projet de combat, un outil musical d’éducation populaire. Au cas où il faudrait être plus clair, reprenons par le début ce Violent par amour, seul album à ce jour de ce trio hors normes. Le début c’est un Appel à résister :

« Il est temps mes amis !
Il est temps de déchirer ce contrat que l’on nous impose !
Cessez d’être consommateurs ! Devenez résistants !
Cessez d’être de simples citoyens ! Devenez combattants !

Quand ça commence de cette manière, vous comprendrez que mon attention est toute captée. Mais je pense qu’il faut que je vous explique Rouge. C’est donc un trio, évoluant entre rap et métal, dans la lignée d’un groupe comme La Phaze, un chouïa plus violent pour autant, avec des nappes électroniques pour soutenir les guitares aiguisées qui déchirant l’espace. Ces gars-là maîtrisent leur art. Ils ont à côté, avant et en même temps, œuvrer dans des groupes métal, au sens très large du terme et explorant des contrées musicales bien intéressantes. Dans ces diverses créations, il y a LND, Sherkan et Chepa.

Violent par amour

Mais il faut croire que le besoin de crier leur rage, de canaliser leur colère, de donner un débouché à leurs aspirations a été plus fort, qui a donné naissance au groupe bien nommé Rouge et à son Violent par amour. Il tient son titre d’une citation de Ché Guevara : « Laissez-moi vous dire, au risque de paraître ridicule, que le véritable révolutionnaire est guidé par de grands sentiments d’amour ». Les membres de Rouge ne sont pas dénué d’amour pour leur prochain. C’est même là leur moteur. Et, « en ces temps de rage » pour reprendre une phase de mes chouchous La Canaille, il faut avoir une conscience sacrément accrochée pour ne pas se laisser aller à la haine, celle que provoque la haine de classes à l’œuvre en ce moment du côté de nos gouvernants.

Amour, conscience, émancipation aussi. Il faut écouter chaque mot de L’Esclave émancipé pour s’imprégner de la démarche du trio. Chaque titre est, de fait, un manifeste. Une réflexion articulée à haute voix. Ce qui explique le choix du phrasé rap pour porter les textes. Ce mode d’expression répond mieux au besoin d’être compris.

Par moments, Rouge hausse encore le ton et assume son côté de la barricade. Dans ta gueule est une vraie déclaration de guerre, d’une violence assumée et proprement jouissive :

« Baisse pas ta garde actionnaire
On va bombarder tes banques d’affaires
Baisse pas ta garde Lucifer
Un jour ou l’autre on te fera ton affaire
Baisse pas ta garde millionnaire
Si tu ne veux pas finir tes jours en enfer
Baisse pas ta garde milliardaire
Ta fin sera sonnée par le glas de la misère. »

C’est tranchant, autant que les riffs de guitare soutenus par une basse funk qui renvoie aussi bien à Living Colors, autre groupe sérieusement engagé d’outre Atlantique, que des confrontations musicales entre Public Enemy et Anthrax. Il est aussi aisé de songer à No One Is Innocent, pour le côté fusion (au sens contemporain du terme) comme pour les textes enragés. Et pourquoi pas ?

J'ai forgé le fer pour mes frères

En tous les cas, Rouge s’inscrit sciemment dans un courant révolutionnaire de la production musicale actuelle qui embrase autant le hip hop que le métal, bref les marges de la musique. Et c’est tant mieux ! Consumons nos peurs ! clame Rouge et ne craignons pas d’écouter attentivement ces 11 brûlots, qui appellent à abattre les barrières musicales autant que les divisions de la classe ouvrière : c’est Unité et son refrain :

« Tous unis contre le pouvoir financier
Tous unis contre le pouvoir des rentiers
Tous unis contre le pouvoir hérité
Tous unis contre le capitalisme incontrôlé »

Voilà… Tout est dit. Ou presque. Dernier acte militant de ce combo qui assume ses engagements : Violent par amour est en téléchargement libre. A l’heure d’Hadopi et autres saloperies comme ACTA, c’est un nouvel acte de rébellion. Rouge porte vraiment bien son nom.

Ah si ! Ces types-là, j’espère bien les voir en concert ! Tu parles d’un meeting que ça va être.

Retrouvez Rouge sur leur site, vous pouvez y télécharger l’album en entier.

—————————–

Bonus vidéo : Rouge "La Force"


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 285 autres abonnés