De Jean-Marc Sylvestre à Charlie Hebdo, l’automne des intégristes

Tu parles d’un retour. J’étais bien tranquille à Palerme pour le week-end surprise que mon Aimée m’a offert pour mon anniversaire. Déconnecté de l’actu, je savourais le temps qui passe, goûtant la poésie de cette somptueuse métropole méditerranéenne. A peine ai-je le temps de saluer l’entrée de la Palestine à l’UNESCO et le très prévisible retrait du financement US qu’il me faut déjà rentrer. Et là, patatrac, l’enfer ! L’automne sera intégriste ou ne sera pas.

 

Jean-Marc Sylvestre ou l’intégrisme de la pensée unique. Premier choc : Jean-Marc Sylvestre. De retour dans mon petit chez moi, j’allume la télé, cherchant les infos. Je bascule donc sur Itélé pour apprendre que Papandréou, le premier ministre grec, va soumettre le plan de sauvetage de la Grèce, dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici, à référendum. « Chic, une bonne nouvelle supplémentaire ! », pensai-je. Mais voilà que, pour commenter l’information, la chaîne du groupe Canal+ s’en remet à un politologue hellène qui parle pas moins que de « décision dont les motivations ne peuvent être que d’ordre psychanalytique » et à Jean-Marc Sylvestre. Morceau de bravoure de l’intégriste des marchés : « Le peuple grec n’a pas été instruit (sic !) (…) le prix à payer pour l’euro était la fin du travail au noir, accepter la fiscalité ». A l’en croire, le peuple grec ne serait pas rentré dans l’Histoire.

C’est fou quand même cette enfilade de clichés, cette marque de mépris suprême pour un peuple qui a, tout de même et excusez du peu, non seulement inventé la démocratie à la mode occidentale et qui, passez-moi l’expression, en prend plein la gueule depuis des années. Mais non ! Dans ces cas là, pour l’intégriste du Palais Broignard, il faut accepter son sort, ouvrir les fesses et se passer de vaseline. Et bien non ! Et tant pis si tes marchés adorés, tes nouveaux veaux d’or, tremblent pas mal ce matin.

 

Benjamin Netanyahu ou l’intégrisme du colon. La bonne nouvelle de mon week-end était donc, sur le plan politique, l’entrée de la Palestine à l’UNESCO, avec une majorité de 107 voix. Le lobbying américain a donc été défait. Et cela me contentait, je vous l’accorde. Pourquoi est-ce une bonne nouvelle ? Parce que tout ce qui contribue à asseoir la légalité de l’existence de la Palestine met en lumière le vrai visage du conflit israélo-palestinien.

Ce n’est pas une guerre de religions, c’est bien un conflit colonial, tout comme la question de l’Irlande du Nord, dont des crétins portant kippah ou arborant le Coran voudraient faire autre chose. Mais, à la fin, on sait comment se conclut un conflit colonial : le droit international et la volonté des peuples concourent à créer les conditions de l’indépendance. Là-dessus, Benjamin Netanyahu, jamais en retard d’une connerie, lance un nouveau processus de colonisation avec la construction de 2.000 nouveaux « logements » dans des colonies à Jérusalem-Est et sur la bande occidentale du Jourdain. Il voudrait faire le jeu du Hammas, à l’heure où l’Autorité palestinienne sort renforcée du round diplomatique, qu’il ne s’en prendrait pas autrement.

 

Charlie hebdo victime de l’intégrisme religieux. Bon, là-dessus, je vais dormir en me disant que demain ça ira mieux. Je me lève ce mercredi matin. Pas échaudé par ma précédente expérience, je rallume la télé direct sur Itélé en espérant qu’on me parle de la brillante tenue de l’Olympique de Marseille face à Arsenal en Ligue des Champions (oui, en passant, je suis supporter de l’OM depuis bien des années, précisément depuis mon arrivée à Marseille en 1997). Et là, breaking news ! Le siège de Charlie Hebdo  a été incendié pendant la nuit, a priori avec des cocktails molotov. Moi, sérieux, depuis 2005 et le référendum sur le Traité constitutionnel européen, je suis fâché avec cet hebdomadaire. Et le départ de Philippe Val vers France Inter ne m’a pas vraiment réconcilié avec le journal satirique. Mais quand même, merde ! Un numéro intitulé « Charia hebdo », ouvertement potache et faisant appel au second degré, ne justifie pas un incendie criminel. Rien ne justifie cette violence criminelle quand il ne s’agit que d’humour aussi lourd soit-il. Du coup, pour manifester ma colère, j’ai acheté Charlie ce matin et j’ai même mis sa couverture comme avatar sur mes profils facebook et twitter.

incendie charia

Ça ne va pas péter loin mais fallait en faire pour que j’en arrive là. Je ne dis pas merci aux incendiaires.

 

Le retour des cathos intégristes. J’ai déjà eu l’occasion ici de vous entretenir de la remontée de l’intégrisme chrétien et, particulièrement, de l’intégrisme catholique. J’ai participé à la protection du centre IVG de l’hôpital Tenon il y a quelques semaines quand ces illuminés voulaient y tenir une prière de rue, avec l’acquiescement benoît de la préfecture de police de Paris. Bon… Même que désormais, sur twitter, il y a un compte pour la tendance « aconfessionnelle » (sic) pro-vie des Jeunesses Populaires, les jeunes de l’UMP. Grâce à ma copine Valérie de Saint-Do et à Laetitia Lafforgue, présidente de la fédération Île-de-France des arts de rue, je me tiens au courant que la pièce de théâtre Sur le concept du visage du fils de dieu d’un dénommé Castellucci, que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam, a maille à partir avec les intégristes cathos qui s’en prennent au public. L’affaire se complique en raison de la multiplication des violences tout sauf symboliques de la part des ultra-cathos. Ces derniers ont quand même réuni 1.500 personnes à Paris pour manifester samedi dernier !

Sur le concept du visage du fils de dieu

Manifestation Catholiques intégristes devant le Théâtre de la ville à Paris (photo SIPA)

Parmi elles, apprend-je ce matin en feuilletant le gratuit d’infotainment Métro, le responsable de la sécurité du 104, lieu distant de 800 mètres de là où j’habite et où la pièce va être jouée à partir de ce soir, mercredi 2 novembre. Lequel responsable n’est autre qu’un ex membre du GUD de sinistre mémoire.

 

Voilà voilà. La mode cet automne est donc à l’intégrisme qu’il soit politique ou religieux. J’ai bien l’impression que je vais passer pas mal de temps dans la rue dans les semaines qui viennent.

 

Publicités

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :