Chroniques Montreuilloises novembre 2011

Cela fait un petit moment que je n’ai pas évoqué Montreuil dans ces colonnes, depuis les dernières mésaventures de l’amère de Montreuil à l’issue de la primaire des socialistes. L’actualité récente me donne l’occasion de vous livrer une nouvelle Chronique montreuilloise.

24 réacteurs nucléaires contre 24 circonscriptions

Au début était le fameux accord entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts, dont la substance reste : 24 réacteurs nucléaires fermés contre 24 circonscriptions ; la 25e étant la 6e de Paris accordée à Cécile Duflot, dont on voit qu’elle fait débat, Danièle Hoffman-Rispal, députée sortante, n’entendant pas se faire éjecter facilement, je l’écarte. Cela me permet aussi de retomber sur un chiffre rond.

Nicolas Sarkozy

Cécile Duflot en bonne compagnie

Et Montreuil là-dedans ? Selon mes sources, en général bien informées, la circonscription Montreuil-Bagnolet est exclue de l’accord sur les législatives. Ce qui doit remplir de joie les « camarades » du Renouveau Socialiste de Montreuil, puisque Mouna Viprey est la plus légitime pour représenter les socialistes dans cette circonscription. Ses précédentes participations, qui l’ont vue sérieusement accrocher le député sortant Jean-Pierre Brard, ainsi que son enracinement d’élue locale depuis 2008 la rendent incontournable dans une circonscription réservée « diversité » par le Parti socialiste.

Le landerneau bruisse que la réponse d’Europe Ecologie-Les Verts serait un nouveau parachutage, en provenance de Paris cette fois. On peut imaginer qu’un cacique Vert trouve là le point de chute dont le saut libre de Cécile Duflot sur le 11e arrondissement l’a privé. Accessoirement, ce bruit de couloir trahit le courage politique de Voynet. Elle n’ose pas aller elle-même à la castagne aux législatives. Une défaite la mettrait en effet en mauvaise posture pour les prochaines municipales…

Brard avait son stade nautique, Voynet veut son parc aquatique

Municipales qui se profilent assez mal dans le fond. A moins d’un changement assez radical de posture politique, les résultats des cantonales dans le bas-Montreuil en mars 2010 témoignent des difficultés que rencontre l’amère pour s’imposer au sein de la population, passé l’état de grâce dont elle a bénéficié à son arrivée en 2008.

Tout est question de méthode, madame l’amère. C’est autant elle que le fond de l’action politique menée par la municipalité qui pose problème. D’ailleurs, je me suis laissé dire que les élus régionaux du Parti de Gauche et alternatifs ainsi que les élus communistes et républicains avaient hier, en commission permanente de la Région Île-de-France, demandé le report du vote de la subvention relative au parc aquatique de Montreuil. Ce, au motif que la consultation des citoyens n’avait pas été menée. Ca, c’est pour la méthode.

Pour le fond, on peut se poser la question des priorités. Quand il existe un stade nautique refait à neuf en 2006, qui répond aux besoins avérés de la population ; quand le projet de parc aquatique coûte a minima 16 millions d’euros ; quand par ailleurs, la municipalité en place passe son temps à déplorer « l’état catastrophique » des finances communales, justifiant par cette situation la fermeture d’un centre municipal de santé dans le Bas-Montreuil, « la réponse aux besoins des habitants pouvant être apportée par le centre privé existant à proximit » (sic), on peut se poser des questions. Ca, c’est pour le fond.

Les punitions ou l’indignation à géométrie variable

Dans ce contexte, il est assez hilarant de lire, sur twitter, les sorties de l’amère de Montreuil. Ce jeudi 17 novembre au matin, elle tweetait ceci : « La Tribune « punie » par EDF et privée de pub jusqu’à Noël pour un article sur l’EPR de Flamanville. Tout est dit ! Tremblez, journaleux ! » Quel témoignage de soutien, quelle reconnaissance, quelle beauté d’âme manifestée en direction des journalistes que de les qualifier de « journaleux ». Parce que, par ailleurs, en termes de punitions, elle s’y connaît l’ex-sénatrice. Qu’on se souvienne du mégaphone arraché des mains d’un militant du NPA sur le marché de Montreuil par l’inénarrable Patrick Petitjean en 2010. Quid alors de la liberté d’expression, madame l’amère ? Remarquez, elle a aussi fait couper le micro de l’élu d’opposition Alexandre Tuaillon lors d’un récent conseil municipal… Punition, vous dites ?

 l'amère de Montreuil

372 % de revalorisation des indemnités

Du coup, je suis extrêmement curieux de savoir comment va tourner la séance de ce soir. A la fin de l’ordre du jour figure une revalorisation des indemnités d’élus, revalorisation, elle aussi, à géométrie variable. Plutôt que de me laisser aller à mes spéculations sur la manière dont elle va réagir aux remises en cause dont elle fera évidemment l’objet, que se passe-t-il ? L’amère de Montreuil était sénatrice. A ce titre, elle bénéficiait d’une indemnité parlementaire laquelle, cumulée avec les indemnités de maire d’une commune de plus de 100 000 habitants, la plaçait en situation d’être écrêtée. C’est-à-dire que la loi fixe un montant maximum pour les indemnités cumulées dans l’exercice d’un ou plusieurs mandats d’élus. C’est l’indemnité parlementaire qui prime. Celle liée au mandat municipal est donc redistribuée entre les autres élus locaux. Voilà pour la technique.

Depuis le 25 septembre et les élections à la chambre haute du Parlement, elle n’a plus que son mandat de maire avec une indemnité minorée par les conséquences d’un écrêtement qui n’a plus lieu d’être. Du coup, logiquement, elle veut revenir à la situation d’un maire à un plein temps d’une ville de plus de 100 000 habitants. Tout va bien. La conséquence pratique est que son indemnité est revalorisée à 372 %, mais je respecte cela. Le faux débat sur le montant des indemnités des élus est le fond de commerce du FN.

Ineffable Yves Miramont

Reste que la justification de cette décision, à laquelle la loi oblige la majorité montreuilloise, prête à rire. Elle émane d’Yves Miramont, collaborateur de cabinet de l’amère de Montreuil, qui écrit dans un courriel envoyé au groupe de discussion Montreuil vraiment et que je me suis procuré (je garde les fautes d’orthographe pour garantir l’authenticité du message) : « Quant à l’indemnité de La Maire: rien à voir avec Sarko ! Dominique Voynet a accepté de de renoncer à une idemnité totale de maire pendant trois ans, en percevant une indemnité communale très très inférieure à la norme, pour contribuer aux économies, et rentre aujourd »hui, n’étant plus sénatrice, dans une indemnité normale de maire. » Etonnant de voir présenter le respect de la loi comme une acceptation, un choix quasi librement consenti.

[Dernière minute]
Je vous promet que je n’ai rien contre Europe Ecologie-Les Verts, à dire le vrai. J’ai même une amie qui en est membre. Mais c’est incroyable ce que ces gens sont affligeants.
Du coup, j’ajoute la réplique de mon camarade et ami Gabriel Amard aux Verts de l’Essonne à propos du Schéma départemental de coopération intercommunale dans ce département.

——————————————

Bonus vidéo : Britney Spears « Circus (Diplo Circus Remix)« 

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

2 responses to “Chroniques Montreuilloises novembre 2011

%d blogueurs aiment cette page :