Austérité : les Lacs de l’Essonne répliquent à Fillon

Je blogue rarement à propos de mon boulot. Non qu’il ne soit pas intéressant, bien au contraire. Mais parce qu’il y a peut être trop de choses à dire. Il me faudrait trois notes pour vous expliquer pourquoi et comment j’ai eu à mettre en place la communication qui accompagnait la CREATION d’un service public à l’heure où la mode est plutôt à les démanteler. Mais ça, nous l’avons fait avec la Communauté d’agglomération les Lacs de l’Essonne. Je peux vous infliger le menu de toutes mes petites fiertés professionnelles, ce blog n’y suffirait pas.

Bref… Je veux tout de même prendre le temps de partager avec vous la motion que j’ai participé à rédiger avec le président de l’Agglo, Gabriel Amard ; motion en forme de réplique aux mesures d’austérité annoncées il y a peu par le Premier Ministre François Fillon.

Pourquoi la partager ? Simplement parce qu’elle dessine deux cohérences qui s’affrontent : celle de la droite libérale assumée, qui fait porter l’essentiel des efforts sur les ménages et les collectivités ; celle de la « gauche pour de bon » qui dessine les conditions d’un avenir différent, tout aussi cohérent. A vous de juger.

 ————————————————

« Lundi 7 novembre, le Premier ministre a dévoilé les grandes lignes du budget 2012 « parmi les plus rigoureux depuis 1945 ». Il s’agit d’un nouveau plan d’austérité après celui arrêté en août. Les mesures présentées par le gouvernement font une nouvelle fois la part belle aux grandes entreprises. Le Premier ministre a justifié ce choix : « Les efforts doivent plus porter sur la baisse des dépenses que sur la hausse des recettes ».

Le montant des décisions liées à la mise en place de la rigueur s’élève à 18 milliards d’euros aujourd’hui. Le Premier ministre estime à 115 milliards d’euros les mesures d’austérité d’ici 2016, sans imaginer un seul instant qu’une décision démocratique pourrait inverser la donne politique. Les élus de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne tiennent à rappeler que le dernier rapport de la Cour des comptes rend la politique fiscale du gouvernement responsable d’une hausse du déficit public de 20 %.

Les deux plans d’austérité présentés par le gouvernement sont justifiés par la dette. Le service de la dette, c’est-à-dire ce qu’elle coûte à la France, pèse 50 milliards d’euros par an, soit 2,5 % de l’ensemble de la richesse produite chaque année dans notre pays. Le montant global de la dette française est de 1 640 milliards d’euros pour une durée moyenne de 7 ans et 31 jours. Dans ce laps de temps, notre pays produira 14 000 milliards d’euros de richesses.

Pour la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne, les mesures présentées en août et le 7 novembre dernier révèlent la cohérence idéologique du gouvernement. Elles traduisent la volonté consciente de favoriser les hauts revenus et les grandes entreprises cotées en Bourse contre l’économie réelle. Selon le journal Le Monde, en date du 9 novembre courant, le montant des mesures d’austérité touchant les ménages s’élève à 13 milliards, quand les entreprises sont mises à contribution à hauteur de 4,4 milliards d’euros (dont 1,1 milliards pour les seules grandes entreprises) ; l’Etat et les collectivités assumant 1,5 milliards d’euros de ces mesures.

En effet, les collectivités locales sont une fois de plus victimes des choix idéologiques d’un gouvernement qui accélèrent les mesures anti-sociales en prenant appuis sur la peur de la crise. Elles sont aussi maltraitées que les ménages. Les dotations aux collectivités locales sont amputées à hauteur de un milliards d’euros. Ce alors que, des communes aux régions en passant par les établissements publics de coopération intercommunale comme les Lacs de l’Essonne, elles portent 75 % de investissement public.

75 % de l’investissement public c’est autant d’emplois conservés dans une période où la financiarisation de l’économie exige la destruction d’emplois pour maximaliser les profits. Depuis les premières politiques dites « de rigueur », les chiffres officiels démontrent que moins il y a d’emploi et d’investissements dans l’appareil productif, plus les profits augmentent et plus la dette augmente. Cette spirale a été aggravée par les décisions politiques des gouvernements qui se sont succédé depuis 2002. Ce sont les grands groupes financiers transnationaux qui bénéficient de cette perversion du système libéral.

Les collectivités locales portent 75% des investissements publics

Les petites et moyennes entreprises (PME), les très petites entreprises (TPE), elles, souffrent tout autant que les ménages de la crise organisée au nom de la dette. Or, les PME et TPE représentent les deux tiers de l’emploi privé en France et 70 % des créations d’emploi en France selon l’INSEE. Ce sont particulièrement avec elles que travaillent les collectivités. Ce sont pour beaucoup elles qui remportent les appels d’offres pour les marchés publics.

A cet ensemble cohérent, les élus de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne oppose une autre voie pour la relance de l’activité. Elle repose sur le choix d’une augmentation des recettes de l’Etat et une relance de la consommation pour soutenir l’activité économique du pays. Pour la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne, qui met en œuvre cette politique publique depuis 2009, il s’agit de généraliser la planification écologique. Pour le pays, c’est prendre toute la mesure de l’enjeu planétaire et réorienter notre système productif pour produire utile et développer l’activité en tenant compte que les humains appartiennent à un unique écosystème.

Nous proposons dans ce cadre une revalorisation de la fiscalité des grandes entreprises à hauteur de celle des PME et TPE, dans un premier temps ; puis de taxer le capital à hauteur du travail. Cette décision génèrerait 100 milliards d’euros de recettes supplémentaires. De rendre aux États la possibilité d’emprunter non sur le marché spéculatif mais directement à la Banque Centrale, comme il était possible de faire auprès de la Banque de France avant le 3 Janvier 1973.

Les élus de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne font également leur la proposition d’une taxe sur les transactions financières internationales telle que l’a proposée le G20 lors de son dernier sommet réuni à Cannes.

Nous réitérons notre demande de mettre fin aux dispositifs d’exonération de cotisations sociales part employeurs dont l’inefficacité dans la lutte contre le chômage a été maintes fois démontrée par la Cour des Comptes.

La hausse des salaires et, notamment, la revalorisation du SMIC à hauteur de 1 700 euros par mois contribuera à relancer la consommation des ménages. Ceci représente une augmentation de 25 % que nous pouvons comparer et mettre en regard des 24 % d’augmentation moyenne des salaires des patrons du CAC 40 sur l’année qui vient de s’écouler.

Enfin, les élus de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne défendent la création d’un pôle public bancaire pour relancer le crédit non spéculatif et soutenir la relocalisation de l’économie. Ce pôle public bancaire pourra ainsi permettre le choix pour chacun entre banque privée et banque publique. Ce pôle pourrait aussi être utile afin de soutenir la création des monnaies complémentaires locales qui contribuent à lutter contre la spéculation et pour relocaliser les échanges.

Il y a aujourd’hui deux logiques politiques qui s’affrontent, étant posé que les choix économiques sont avant tout des choix politiques. La période qui s’ouvre à l’occasion de l’élection présidentielle et du scrutin législatif va permettre aux citoyens de s’emparer de ses questions et d’intervenir dans des débats qui ne sont réservés aujourd’hui qu’aux initiés. Au sein de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne, nous avons fait le choix d’associer les citoyens à l’élaboration de nos propositions. Nous souhaitons qu’ils s’associent de même, sans demander la permission, aux décisions qui concernent le pays. »

Advertisements

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :