Soleil vert chez Europe Ecologie-Les Verts

Billet dédicacé à mon amie Ariane Calvo, avec mon affection sincère.

« Soleil vert, c’est de la chair humaine ! » Et, visiblement, le Soleil vert reste l’aliment préféré d’Europe Ecologie-Les Verts. Aujourd’hui, Eva Joly est mise sur la sellette par ceux-là même qui l’ont désignée après un vote, dont des amis proches me laissaient entendre qu’il était celui de l’appareil vert contre les bisounours Europe Ecologie soutiens de Hulot. Il y a neuf ans de cela, c’est le pauvre ancien mao Alain Lipietz qui faisait les frais du goût écolo pour l’automutilation.

A tout le moins, reconnaissons-leur la cohérence environnementale : circuit court, recyclage des déchets, on se nourrit sur son propre écosystème sans apport exogène.

Soleil vert, c'est de la chair humaine

A titre personnel, je n’ai rien pour Eva Joly. Quelqu’une qui s’est questionnée pour savoir si elle allait quêter du côté du MoDem ou des écolos me laisse, vous l’aurez compris, assez sceptique. Mais bon… Dans cette période de déliquescence absolue : du Karachigate starring Ziad Takkiedine à l’affaire Woerth-Bétancourt ; quand les politiques de droite nous affligent avec le fameux « si à cinquante ans t’as pas une rolex, t’as raté ta vie »… la candidature de l’ex magistrate enquêtrice du Pôle financier revêtait des allures de bouffée d’air frais. Certes, son discours avait souvent des accents de « tous pourris », sans que nul ne juge utile de la qualifier de « populiste ». Mais passons… Remettre de la morale en politique n’est pas pour me déplaire. Je confesse volontiers ce pêché.

Petits retours sur les faits pour comprendre le cannibalisme rituel auquel se livrent à nouveau, et avec délectation, ce regroupement de tribus que l’on nomme Europe Ecologie-Les Verts.

La Secte des cannibales

Au début était un accord législatif entre eux et le Parti socialiste, accord assez vide de substance politique pour que la « patronne » du parti vert estime publiquement qu’il ne « constitue pas un accord de gouvernement ». Moi, je reconnais à l’accord législatif PS-EELV la vertu de la décroissance : il est basé sur le troc de 24 circonscriptions pour les dits « écolos » contre la fermeture de 24 réacteurs nucléaires. C’est pourtant un accord assez typique du capitalisme vert puisqu’il entérine aussi le transfert par le PS de la question environnementale à Europe Ecologie-Les Verts, bref de la sous-traitance. Reste en suspens des questions clés qui amènent Eva Joly à se démarquer d’un contrat qu’elle ne partage pas. D’autant moins qu’Areva se sent suffisamment fort pour revendiquer un appel de lobbying pur auprès de François Hollande pour gommer un paragraphe qui tenait visiblement beaucoup à la candidate aux lunettes rouges.

Puis vient le deuxième cran du psychodrame : Eva Joly refuse de répondre à une question sur un appel à voter Flamby au second tour. Le beau prétexte permet à son porte-parole, Yannick Jadon, de quitter la direction de campagne.

Les Verts historiques se précipitent à bras raccourcis sur la pauvre Eva Joly qui n’en demandait pas tant. Noël Mamère, jamais avare d’une vacherie, se fend d’un « si Eva Joly ne soutient pas dès maintenant François Hollande, elle fera campagne sans moi et sans une bonne partie des écolos ». Le soixante-huitard toujours morveux Cohn-Bendit ne manque pas non plus de poignarder dans le dos celle pour qui il a voté à la primaire d’Europe Ecologie-Les Verts parce qu’il croyait « qu’elle allait perdre ». Il ne reste plus, et ce n’est pas vraiment enthousiasmant pour Eva, que Voynet pour la soutenir contre vents et marée noire.

Mais bon sang de bois ! Vous avez désigné un candidat à la présidentielle pour quoi faire, les Verts ? Pour faire de la figuration ? Pour faire, en sous-main la campagne du PS ? Si vous ne pensez pas un seul instant être au second tour du scrutin, laissez tomber. On fait de la politique pour gagner !

Mais bon, ce genre de considération doit échapper au rassemblement hétéroclite qui regroupe l’ex communiste Jacques Perreux, le « gauchiste » autoproclamé Bové jusqu’à, y a un temps, la droitière Corinne Lepage. Et puis, manger ses propres camarades, c’est probablement ça l’autre manière de faire de la politique si chère à nos verts de plus en plus vides.

——————————-

Bonus vidéo : Rammstein « Rammstein » (Directed by David Lynch, extrait de la bande originale du film Lost Highway)

Publicités

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

Les commentaires sont désactivés.

%d blogueurs aiment cette page :