A Montreuil, l’amère inaugure les procès staliniens

Ca y est ! Les élections municipales commencent à Montreuil. Après avoir épuré sa majorité, l’amère de Montreuil s’en prend désormais à ce qu’elle qualifie de noyau de résistance à sa politique : la CGT au travers du comité des œuvres sociales (COS) des agents municipaux. La première salve a été tirée sous la forme d’articles parus dans la presse ce vendredi 9 décembre au matin. La manœuvre, tout en grossièreté, s’est poursuivie tout au long de la journée avec courriel aux agents et une conférence de presse tenue à 17 heures en mairie.

Image exclusive de la conférence de presse de l'amère de Montreuil vendredi 9 décembre à 17h en mairie

La violence du procès stalinien intenté à la CGT a provoqué la réaction du syndicat et celle des élus de toutes les composantes de la minorité municipale.

Oui, vous avez bien lu, je parle de procès stalinien. Voici d’abord ce qu’en dit wikipédia :

« Les procès de Moscou contribuent à la construction du totalitarisme stalinien. Loin d’être irrationnels, ils répondent efficacement à plusieurs objectifs essentiels au moment où ils se déroulent :

  1. une prise en main plus étroite de l’appareil du Parti communiste : éliminer les vieux bolcheviks et d’une manière générale les cadres qui doivent leur position à leur engagement ou à leur valeur personnelle. Staline poursuit ici à grande échelle le travail qu’il avait entamé en tant que secrétaire général du Parti en 1922 : l’appareil doit être exclusivement composé de ses « créatures », plus dociles car dépendant totalement de lui. Non seulement les purges doivent tétaniser toute velléité de résistance, mais le cadre qui veut garder sa place et tous les privilèges matériels qui lui sont attachés doit se montrer encore plus servile que ses homologues.
  2. affermir le contrôle sur la société soviétique. Contrairement aux cadres de la nomenklatura, les citoyens vivent la pénurie au quotidien. La carence en biens de consommation s’est aggravée avec l’abandon de la NEP, la déportation des « koulaks » et la collectivisation à outrance de 1929-30. Il faut expliquer cette pénurie persistante : comme il est évidemment exclu d’en rendre le système responsable, on recourt au vieux stratagème du complot : ce sont des « saboteurs » qui détruisent les vivres et empêchent le ravitaillement des citadins. Si ces saboteurs sont de vieux bolcheviks, au-dessus de tout soupçon, on comprend pourquoi ils ont pu œuvrer sans éveiller la méfiance dans la société soviétique. On ne peut alors que resserrer les rangs autour de Staline, dont seule la clairvoyance a permis de débusquer les « traîtres trotskistes »…
  3. réaliser les « grands projets » qui montreront au monde la supériorité du modèle soviétique. À côté des procès de cadres, à grand spectacle, retransmis par la radio (avec les aveux « spontanés » des inculpés), les Grandes Purges frappent jusqu’au niveau le plus modeste les râleurs, les contestataires et autres asociaux qui rechignent à accomplir « le plan quinquennal en quatre ans ». Condamnés à la déportation, ils vont rejoindre le Goulag, main d’œuvre servile indispensable pour construire dans des conditions impossibles les grands barrages d’Ukraine, les canaux du Nord et les villes de Sibérie. »

Contrairement aux apparences, les accusés ne baissent pas la tête

Et voici comment j’analyse la méthode employée par l’amère de Montreuil.

Le procès de Moscou intenté à la CGT contribue à la construction de la nouvelle municipalité dirigée par l’amère de Montreuil. Loin d’être irrationnel, il répond à plusieurs objectifs essentiels au moment où ils se déroule :

  1. une prise en main plus étroite de l’appareil municipal : éliminer les agents municipaux en place depuis longtemps et d’une manière générale les cadres qui doivent leur position à leur engagement ou à leur valeur personnelle. L’amère poursuit ici à grande échelle le travail entamé depuis son élection : l’appareil doit être exclusivement composé de ses « créatures », plus dociles car dépendant totalement d’elle. Non seulement les purges doivent tétaniser toute velléité de résistance, mais le cadre qui veut garder sa place et tous les privilèges matériels qui lui sont attachés doit se montrer encore plus servile que ses homologues.
  2. affermir le contrôle sur la société montreuilloise. Contrairement aux cadres de la municipalité, les Montreuillois vivent la pénurie organisée au quotidien. La carence en termes d’action publique s’est aggravée au fil des budgets successifs qui font rimer hausse des impôts avec réduction de l’action quotidienne, au grand dam des agents en premier lieu. Il faut expliquer cette pénurie persistante. Comme il est évidemment exclu d’en rendre politique municipale responsable, on recourt au vieux stratagème du complot : ce sont des « saboteurs » qui empêchent les élus de mettre en œuvre la politique pour laquelle les citoyens les ont élus en mars 2008. Si ces saboteurs sont de vieux agents territoriaux, au-dessus de tout soupçon, on comprend pourquoi ils ont pu œuvrer sans éveiller la méfiance dans la nouvelle société montreuilloise. On ne peut alors que resserrer les rangs autour de l’amère, dont seule la clairvoyance a permis de débusquer les « agents brardistes»…
  3. à côté du procès intenté à la CGT, à grand spectacle, mené à grand renfort de communication dans la presse, cette grande purge annoncée frappera jusqu’au niveau le plus modeste les râleurs, les contestataires et autres asociaux qui rechignent à accomplir le « grand œuvre » de madame l’amère.

Nous voilà donc prévenus, l’amère de Montreuil se comporte en épigone du petit père des peuples. A me rappeler les mots de Gilles Robel pendant la campagne municipale de 2008, je croyais que leur but était de « virer les staliniens de la mairie » pas de les y installer. On m’aurait menti ?

Laurent Grimonprez dans le rôle d'Artur London ?

———————————————

Bonus vidéo : Métal Urbain « Crève salope »

Advertisements

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

8 responses to “A Montreuil, l’amère inaugure les procès staliniens

  • Pierre Montoya.

    Rien d’étonnant, la petite bourgeoisie qui se prétend moderne mais qui dans le fond reste profondément réactionnaire et le stalinisme leur va bien, parfois, et le fascisme ensuite. Ils ont et cultivent un profond mépris envers la classe ouvrière . Ils ne peuvent la concevoir qu’en situation de subordination et eux qu’en situation de direction. Ils se prennent pour l’élite et n’aspirent qu’à devenir la nouvelle oligarchie, à la place de l’ancienne. Ils courent les postes et les mandats et finiront bientôt à la chasse aux médailles. Ils sont lamentables et leur grande réussite c’est de devenir plus électoralistes et pourris, en quelques années seulement, alors qu’il a fallu un siècle à ceux qu’ils dénoncent comme tels.

  • Yves Daniel

    Merci camarade, c’est le genre d’article outrancier qui fait que je ne voterais pas Mélanchon aux prochaines éléctions…

    Pour ma part, je prépare un article sur un militant des JC qui pique dans la caisse de son parti …

    L’action se situe dans une petite ville des bords du Cher.

  • Nicolas SEM

    franchement, tu veux pas virer ce clip pourri qui vient tout gâcher ce que tu as pu dire?

  • des pas perdus

    Quasiment les pères du punk en France…

    J’attends la suite avec impatience… en espérant que la CGT attaquera Voynet.

  • Ménil Montat

    Avant de décider qui a attaquer le premier, informez-vous ! Mme Voynet, via le Parisien, réponds à un tract grossier de la CGT sachant qu’il est tout à fait normal, dans le cadre de la convention existante de demander des comptes à l’association qui perçoit plus d’1million d’euros et que malheureusement les abus de certains élus du comité des oeuvres sociales sont dénoncés depuis longtemps.

    • lecridupeuple

      Quel est le tract « grossier » auquel tu fais allusion ?
      Par ailleurs, évidemment, toute association attributaire de fonds publics doit rendre des comptes. Il existe des outils et des instances pour cela. J’ai cherché dans les textes de loi, la presse n’en fait pas partie. Par ailleurs, les textes de loi ne prévoient non plus que, avant enquête menée par les instances compétentes, quiconque puisse dire qui est coupable, de quoi et sans preuve. Cela s’appelle un procès stalinien.
      Enfin, donne-moi les textes qui dénoncent depuis longtemps les abus du COS de Montreuil !

  • Jour de grève, jour de guerre, austérité, COS, CGT « Le Cri du Peuple

    […] note, c’est la réponse de la CGT des territoriaux de Montreuil à l’amère suite aux accusations ignobles qu’elle a proférées par voie de presse. Vendredi, je vous le disais, l’amère a tenu une conférence de presse au PIC (pour les […]

%d blogueurs aiment cette page :