Et si #Sarko ne se représentait pas

Certes, le titre de cette note peut paraître provocatrice. Mais, contrairement à d’autres écrits, il ne s’agit ni de politique fiction ni de raillerie saignante. De plus en plus de signes s’accumulent qui pourraient amener tout simplement Nicolas le petit à ne pas se représenter aux suffrages du peuple. Je veux évoquer par là, la multiplication des « affaires » dans lesquelles le nom du Président de la république apparaît.

La dernière en date a été mise à jour par le quotidien Le Monde dans son édition du jeudi 12 janvier. Sous le ministère de Nicolas le petit, alors domicilié à l’Intérieur, nous sommes début 2007, des membres de la, normalement, irréprochable Inspection générale des services ont monté un dossier à charge pour écarter des hauts fonctionnaires de la Police nationale. Leur manipulation s’est soldé par des suspensions, c’est à dire l’incapacité d’exercer son métier et, accessoirement, de percevoir son traitement, pendant quelques années pour cinq haut gradés. Le motif de cette sale affaire ? Les victimes étaient réputées sinon membres, à tout le moins proches, du Parti socialiste. Dans ce micmac, le Préfet de Paris est cité comme « témoin assisté », le dernier stade avant la mise en examen.

Plus tôt, le nom de « Sarkozy », cette fois ès qualité de ministre du Budget, a été prononcé par un témoin comme ayant donné son aval à la constitution d’une société écran basée au Luxembourg et destinée à récupérer les fameuses rétro-commissions dans le cadre de la vente de sous-marins au Pakistan. Cette histoire est connue sous le nom désormais célèbre de « Karachigate » et l’étau semble ne cesser de se resserrer autour du cou de notre monarque républicain.

Il y a bien sûr l’affaire Woerth-Bettencourt, et ces dons en espèces auxquels la désormais ex-comptable de la femme la plus riche de France dit avoir procédé pour financer la campagne de Sarko en 2007. Le financement de la dite campagne fait désormais l’objet de l’attention des juges.

J’en passe et de nombreuses, dans la liste des affaires politico-judiciaires dans lesquelles, de près ou de loin, Nicolas le petit apparaît, sinon mêlé, tout du moins trop proche pour ne pas être vraiment blanc comme neige.

Sarkozy

C’est peu de dire que sa « république irréprochable » a du plomb dans l’aile. En comparaison, Jacques Chirac, ses emplois fictifs et son compte présumé au Japon font figure de gentils garçons pris les doigts dans le pot de confiture. Il faut plutôt remonter à la fin de règne de Valéry Giscard, dit d’Estaing, pour sentir un parfum d’excréments et de scandale aussi entêtant. A croire que l’atlantisme ne réussit guère à la morale des présidents qui en sont adeptes. Mais, brisons là, l’alignement politique sur les États-Unis n’est pas le sujet. Je ne peux que m’amuser à relever qu’ils ont aussi adopté les manières de faire dans la politique ultra-atlantique.

Alors, oui, bien sûr, la première pensée qui nous vient, qui me vient à moi en tous les cas, est « mais avec toutes ces casseroles, se représenter est le strict minimum pour essayer de conserver l’immunité présidentielle ». Pas faux. Comme j’attache beaucoup d’importance à mon point de vue, je ne vais pas me porter en faux contre moi-même. Et pourtant, je pourrais bien me tromper. Parce que Nicolas le petit hait, plus encore que la curiosité de la presse, la perspective de perdre une élection. Son dernier échec en date, l’élection européenne de 1999, l’a amené au bord de la dépression nerveuse et de la tentation de Venise.

Il pourrait donc bien décider de s’éviter l’affront d’une défaite de plus en plus assurée, menacé qu’il est par les gars de la Marine et les sociaux-démocrates, la presse dixit. Enfin, son électorat est bien divisé entre le candidat toujours à venir de l’UMP, Dominique de Villepin, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan et, possiblement, Hervé Morin et Christine Boutin. La multiplication de ces candidatures de droite rendant de plus en plus plausible la perspective d’un « 21 avril à l’envers ». Et comme la crise semble s’atténuer, l’assurance réélection s’éloigne en mesure.

Je dois bien avouer que, en novembre dernier, quand j’ai lu pour la première fois des journalistes pariant sur le remplacement de Nicolas le petit par le vieux Juppé en mars de cette année, j’ai bien failli m’étrangler avec mon eau de perrier. Mais, là, je comprends mieux ce qu’ils supputaient alors. Au final, lui mettre une bonne tannée électorale en mai prochain me ravirait grandement. Mais le fait qu’il ne se représente pas serait déjà une victoire pour la morale en politique.

————————–

Bonus vidéo : Lofofora « Anarchie en Sarkozie » (reprise de Métal Urbain)

Publicités

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

One response to “Et si #Sarko ne se représentait pas

  • OuldC

    Je voudrais t’apporter un autre élément , selon moi, non négligeable qui concerne l’attitude des télés.
    Je ne regarde pas la TNT française, car elle est cryptée; je reçois et regarde régulièrement TV5, Arte, BFM, ITele, LCP,…; le JT de France2 est diffusé par TV5 à partir de 20h30 et je le suis tous les jours , malgré Pujadas.
    Or j’ai été surpris de constater que le JT de F2 qui était outrageusement favorable à NS a commencé à infléchir sa ligne depuis 2/3 semaines, apparemment, en faveur de FH. Aurait-il été, d’ores et déjà, lâché par ses soutiens ? Bien entendu, je ne suis pas un spécialiste et mon observation ne concerne que F2.
    L’accumulation d’affaires judiciaires qui t’ont incité à formuler ton point de vue pourraient participer,également, d’un mouvement de lâchage, car je ne crois pas, pour ma part, à l’existence d’une justice indépendante sur Terre.
    Ceci dit le caractère de NS me laisse penser qu’il ira jusqu’au bout et emploiera. les moyens les plus exotiques, pour rester poli, dans sa quête d’un second mandat.

%d blogueurs aiment cette page :