En route pour Tremblay

Ce soir, je serai à Tremblay-en-France, pour participer à une assemblée citoyenne. A la demande de mon ami, et néanmoins camarade, Henri Gorgues, j’y représenterai le Parti de Gauche. Cette assemblée n’est pas anodine puisqu’elle devra confirmer la candidature pour le Front de Gauche de mon excellent camarade François Asensi pour les élections législatives. Cette petite information me permet de revenir sur le Front de Gauche et le fait qu’il soit bien plus qu’une simple alliance électorale pour les présidentielles.

L’assemblée citoyenne de Tremblay, Villepinte et Sevran est très particulière pour moi. Parce que j’ai assisté à sa création. Elle a été la première de ce type dans le département. Ce n’est pas anecdotique du tout. En effet, la section du Parti communiste français de Tremblay, la plus importante des 3 villes, n’avait accordé que 52 % de ses suffrages à la candidature Mélenchon, soit « le plus bas score » de toute la Seine-Saint-Denis, selon le propos d’Alexandre Bergh, le secrétaire de la dite section. On peut mesurer là la complexité, et la fragilité, de la construction que représente le Front de Gauche. Ajoutons maintenant à cela que le candidat à la législative, certes député sortant, François, n’est plus membre du PCF mais une des figures de proue de la Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique. Par ailleurs, l’assemblée citoyenne devrait entériner la suppléance en faveur de Clémentine Autain, ce qui me remplit de joie.

Voilà, le panorama est dressé, qui montre qu’il a fallu, pour chacun, dépasser bien des clivages ou des a priori, pour parvenir à faire vivre le Front de Gauche, au quotidien. Il suffirait de pas grand-chose pour tout remettre en cause, d’un manque d’engagement d’une des forces en présence aux côtés d’un autre candidat ailleurs : par exemple, que les militants locaux de la FASE de Noisy-le-Grand mégotent leur soutien au candidat Front de Gauche aux législatives. Mais cela n’arrivera pas, j’en ai conscience, j’ai confiance. Pour plusieurs raisons.

D’abord, les militants des forces politiques membres du Front de Gauche sont gens cohérents, conscients de leur responsabilité dans le moment politique, décidés à assumer leur part dans le combat face au capitalisme qui prend un tour plus radical que jamais. Ensuite, parce que l’irruption des citoyens, la grande masse des non encartés, dans nos assemblées citoyennes, vient bousculer la donne et nous empêche de nous laisser aller à nos tentations fratricides. Grâce à eux, nous « accomplissons le magnifique rêve de l’intelligence ».

A cette aune, l’assemblée de Tremblay, Sevran, Villepinte est exemplaire. Les composantes politiques organisées du Front de Gauche y sont désormais minoritaires. La majorité des acteurs en sont des simples citoyens, des gens qui ne se reconnaissent que dans la démarche d’un Front de Gauche devenu une fin en soi et dans un programme : l’Humain d’abord. C’est un facteur d’espoir, une motivation de plus, un atout réel pour tenir la tranchée face aux assauts cannibales d’une sociale-démocratie qui préfère tenter d’arracher un député au Front de Gauche plutôt que de se donner les moyens de conquérir une circonscription face à la droite. On a les combats qu’on peut, messieurs du PS et d’Europe Ecologie-Les Verts.

En tout état de cause, le combat que mènent autour de François Asensi mes amis de Tremblay, Sevran et Villepinte est une belle illustration de nos déterminants politiques : l’écologie pour de vrai, avec son anticapitalisme intrinsèque assumé ; le féminisme dans les actes ; la République pour tous ; la gauche pour de bon. Ne serait-ce que pour cela, j’ai plaisir à prendre le RER B ce soir en rentrant du boulot. Après, il y a l’amitié qui se construit avec les gens et ça, c’est la cerise, dont c’est toujours le temps, sur le gâteau.

————————————

Bonus vidéo : IAM « Mental de Viet-Cong »

Advertisements

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

One response to “En route pour Tremblay

%d blogueurs aiment cette page :