Joyeuse Saint-Valentin le peuple !

Aujourd’hui, nous célébrons la fête des amoureux. Oh ! Je sais : fête commerciale, tout ça, blabla. Peu me chaut, dans le fond, puisque moi j’y accorde de l’importance. Mon côté fleur bleue est complètement assumé, sachez-le. Et, je trouve que dans cette campagne présidentielle et législative, le mot « amour » revient enfin, et c’est mon bonheur, sur le devant de la scène. Aussi, en ce jour, je veux souhaiter une belle Saint-Valentin à nous autres, « populistes », à toutes celles et à tous ceux qui aiment le peuple.

Je citais dernièrement les mots de Ché Guevara : « Laissez-moi vous dire, au risque de paraître ridicule, que le véritable révolutionnaire est guidé par de grands sentiments d’amour ». Nous autres, du Front de Gauche, assumons notre engagement révolutionnaire, troquant – pour le moment – les pavés avec les bulletins de vote. Mais, comme le dit si bien Clémentine Autain, cela ne nous empêchera nullement de faire « rentrer nos rêves dans les urnes avec un sacré fracas » et à quatre reprises : le 22 avril, le 6 mai, les 17 et 24 juin.

Nos rêves, ce ne sont pas les nôtres individuellement, ce sont ceux qui rassemblent, ceux qui fédèrent : l’émancipation humaine, le bonheur individuel parce que le mieux être collectif, la redistribution des richesses comme moyen d’y parvenir. Le tout soumis à une condition sine qua non : la prise de pouvoir par le peuple, au travers de ses délégués : président de la République et députés, dans un premier temps, puis – plus directement – au travers de la Constituante que nous avons inscrite à notre programme.

Nous sommes amour, pour le peuple et pour nous mêmes, puisque nous en sommes issus, nous « frondeurs de gauche ». Nous n’avons pas besoin des études de Terra Nova ni des sondages pour savoir ce que ressentent les habitants de notre pays. Nous les côtoyons matin, midi et soir. Ce sont nos voisins, nos amis, nos collègues de travail, celles et ceux aux côtés desquels nous voyageons dans les transports en commun, celles et ceux que nous coudoyons dans les files d’attente à la Sécu ou à Pôle Emploi. Ne cherchez pas chez nous les professionnels de la politique vivant en vase clos. Nous n’avons déjà pas les moyens de les entretenir et, de toutes les manières, pour ce qui concerne le Parti de Gauche, nous avons fait le choix de nous passer d’eux. Primo, parce que nous sommes un parti transitoire qui a pour ambition de disparaître dans une force politique nouvelle ; secundo, parce que nous partageons avec d’autres la nécessité de faire de la politique autrement.

Mais assez parlé de boutique. Nos mots, nos actes, nos engagements, nos enragements même, témoignent chaque jour qui passe de notre amour bien sincère pour nos semblables. C’est au nom de cet amour que nous aliénons volontiers autant que volontairement une part de nous mêmes, de nos autres amours (pour nos familles, nos amis), au service d’autrui. Bien sûr que la politique prend du temps ! Pardi ! Vous croyez quoi ? Mais ce temps de dialogue, de confrontation, d’empoignade parfois même : tout cela n’est que très humain, le militant va l’offrir sans rechigner, parce que l’enjeu en vaut la peine.

Ce n’est pas une question de « responsabilité » vis à vis d’autrui. Arrêtons de nous goberger de grands mots. Chacun est responsable à son aune vis à vis de lui même comme vis à vis des autres, c’est très personnel cette affaire. Trop pour qu’on en fasse une généralité. Ce n’est que question de l’amour que chacun porte aux autres.

Oh, je mesure à me relire que d’aucuns me trouveront soit lyrique, soit romantique, soit dispensable. Peu importe ! Je ne me dédis pas du fil de mes écrits, parce que je suis ainsi. Alors, à toutes celles et à tous ceux pour qui cela importe : joyeuse Saint-Valentin le peuple !

———————————–

Bonus vidéo : My Bloody Valentine « Soon » (live)

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

2 responses to “Joyeuse Saint-Valentin le peuple !

%d blogueurs aiment cette page :