Theodorakis ou Papandreou, il faut choisir !

Nous sommes à la croisée des chemins. Il n’y a plus aucun moyen de tergiverser. Demain, mardi 21 février, les députés sont appelés à se prononcer sur le Mécanisme européen de stabilité (MES). Ce nouveau document présenté par l’Union européenne, à la suite de la crise grecque, est un coup d’état, nous explique Raoul-Marc Jennar. De fait, il peut nous transformer, nous les peuples d’Europe, en Grecs dès demain. Dans le sens où les élus dont nous nous sommes dotés par la voie démocratique, n’auront plus aucun pouvoir. Et roule ma poule !

Comprendre le MES et le FESF

C’est fou comme l’actualité, en ce moment, repasse les plats. Je commençais ma note lundi dernier, avec ces images d’affrontements à Athènes. Hier, cela a recommencé. Face aux casseurs de la « troïka », la partie consciente de la classe ouvrière grecque a fait le choix de l’autodéfense. De facto, ils ont mis en œuvre ce fameux article de la constitution montagnarde de 1793 qui consacre le droit du peuple l’insurrection face au pouvoir illégitime.

Le Mécanisme européen de stabilité, nous voyons ce qu’il génère : c’est sous nos yeux. Le salaire minimum à Athènes est ramené à 588 euros par mois, dans une ville aussi chère que Paris ! La sainte alliance de la Banque centrale européenne, de l’Union européenne et du Fonds monétaires international a contraint le gouvernement hellène à brader les services publics, se privant ainsi de tout levier d’action pour mettre en œuvre une politique digne de ce nom. Et, de fait, l’ensemble de la politique à Athènes n’est plus décidée par les parlementaires mais par quelques technocrates bruxellois. Ils pourraient être de Francfort ou de Paris, ce serait pareil : un vrai coup d’état.

Je vous invite à lire la tribune que publie ce jour, dans Libération, Jean-Luc Mélenchon sur la question du MES. Il souligne notamment :

« Les États concernés seront placés sous la tutelle de la cruelle troïka Commission européenne /Banque centrale européenne / FMI. Oui, le FMI basé a Washington ! Il trône dorénavant en « coopération très étroite » à toutes les étapes du Mécanisme. On lui demande une « participation active », aussi bien pour évaluer l’attribution des aides que pour infliger des plans de rigueur et contrôler leur application. Les procédures prévues pour l’intervention de cette odieuse troïka sont aussi opaques qu’autoritaires. De plus, en contradiction avec toutes les règles de fonctionnement de l’Union européenne, le Traité donne à deux États seulement, l’Allemagne et la France un droit de véto pour l’octroi des aides. Ce traité entérine donc un directoire autoritaire de la zone euro. Il impose aussi le secret sur les mécanismes de décision et le fonctionnement du Mécanisme. La France s’expose donc financièrement jusqu’à 142,7 milliards d’euros dans un fonds auquel aucun compte ne pourra être demandé par son gouvernement ou son Parlement. Quel parlementaire est prêt à ce renoncement ? »

De son côté, sur son blog, Gérard Filoche appelle ses camarades socialistes à refuser le MES, demain, pour deux raisons :

« Parce que le MES est un mécanisme de solidarité à l’usage exclusif de la Finance (…) Parce que le MES est indissociable du traité européen que veulent nous infliger Sarkozy et Merkel : le « Traité sur la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire » (TSCG) ».

Il n’y a donc pas de troisième voie au final, dans ce cadre. L’abstention serait un manque de courage cruel pour notre peuple autant qu’une lâcheté politique. Soit on est du côté de Mikis Theodorakis, soit on est du côté de Papandreou.

———————————-

Bonus vidéo : Calavera « Chanson noire du capitalisme »

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

3 responses to “Theodorakis ou Papandreou, il faut choisir !

%d blogueurs aiment cette page :