MES : ils ont choisi le « chemin de l’honneur » – version définitive

Triste jour que ce mardi 21 février. Face à la machine infernale, il n’y avait pas de place à l’abstention. Dans un immense mouvement de lâcheté politique, ou de trahison consciente des intérêts du peuple, le groupe des députés socialistes, radicaux, citoyens et divers gauche s’est abstenu sur le vote du Mécanisme européen de stabilité. Seuls 16 au final d’entre-eux ont choisi le « chemin de l’honneur ». En voici la liste nominative finale :

  • Christophe Bouillon (5e circonscription de la Seine-Maritime – PS),
  • Julien Dray (10e circonscription de l’Essonne – PS),
  • Olivier Dussopt (2e circonscription de l’Ardèche – PS),
  • Henri Emmanuelli (3e circonscription des Landes – PS),
  • Martine Faure (9e circonscription de la Gironde – PS),
  • Pierre Forgues (1ère circonscription des Hautes-Pyrénées – PS),
  • Pascale Got (5e circonscription de la Gironde – apparentée),
  • Sandrine Hurel (11e circonscription de la Seine-Maritime – PS),
  • Régis Juanico (1ère circonscription de la Loire – PS),
  • Gilbert Le Bris (8e circonscription du Finistère – PS),
  • Kléber Mesquida (5e circonscription de l’Hérault – PS),
  • Catherine Quéré (3e circonscription de la Charente-Maritime – PS),
  • Marie-Line Reynaud (2e circonscription de la Charente – PS),
  • Chantal Robin-Rodrigo (2e circonscription des Hautes-Pyrénées – PRG),
  • Pascal Terrasse (1ère circonscription de l’Ardèche – PS),
  • Jacques Valax (1ère circonscription du Tarn – PS).

En effet, il y a eu dans la nuit, ou ce matin, des mises au point au sujet du présent scrutin (n° 861) (Sous réserve des dispositions de l’article 68, alinéa 4, du Règlement de l’Assemblée nationale) :

« Mme Gisèle Biémouret, M. Hervé Feron, Mme Odile Saugues, M. Philippe Tourtelier qui étaient présents au moment du scrutin ou qui avaient délégué leur droit de vote ont fait savoir qu’ils avaient voulu « s’abstenir volontairement ».

J’ai donc modifié la liste par rapport au post initial.

Les férus d’histoire parmi vous, amis lecteurs, trouveront peut être la locution « chemin de l’honneur » forte, voire exagérée. Pour celles et ceux d’entre-vous qui ne la connaissez pas, juste un petit retour en arrière. Sont désignés sous le vocable des « députés du chemin de l’honneur » 27 députés communistes qui ont été déportés dès la fin de l’année 1939 au bagne de Maison-Carrée en Algérie en raison de leur fidélité à leur engagement politique et ce, par la police française.

Pour moi, il ne fait pas de doute que les 20 députés socialistes et apparentés qui ont voté contre le Mécanisme européen de stabilité sont les seuls à avoir conservé intact leur engagement de socialiste et avoir mis un peu de clarté dans la ligne politique qui aurait du être celle de leur parti. L’histoire leur rendra leur honneur.

——————————–

Bonus vidéo : Megadeth « New World Order »

Publicités

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

18 responses to “MES : ils ont choisi le « chemin de l’honneur » – version définitive

%d blogueurs aiment cette page :