Dans la tête de Marine Le Pen

Billet « à la manière de » la Rénovitude.

22 h 40, plateau de l’émission de France 2 « Des paroles et des actes ». Jean-Luc Mélenchon vient d’arriver sur le plateau.

Marine Le Pen refuse de débattre avec Jean-Luc Mélenchon dans « Des paroles et des actes » (Vidéo)

« J’en ai marre. Pourquoi est-ce qu’ils me font ça ? C’est bien un complot de la médiocratie. J’ai pourtant bien expliqué que je n’en voulais pas de ce débat. Ce « petit garçon », tu parles, j’ai bien été inspirée ce jour-là… Je vois le truc arriver : « le petit garçon mouche la châtelaine ». Pourquoi est-ce que tout le monde m’en veut ?

J’ai pourtant fait les choses correctement, comme Gianfranco Fini. J’ai tout fait pour transformer le Front en un parti de droite quasi traditionnel. Au moins, en apparence.

Bon… Le « leurre », ça ne marche pas. En plus – c’est la faute de Louis ça – je suis sûre que ça va me retomber sur la figure demain. Ceux qui glosent sur ma « névrose » vont dire que c’est un effet miroir, que je ne suis qu’un leurre au service du grand patronat.

Je leur ai bien expliqué, à mon équipe de campagne, que le refus de débattre, même argumenté, allait se retourner contre moi. Ça m’énerve prodigieusement leur truc « Marine a la pétoche ». Je n’ai peur de personne moi ! Je tiens de mon père, je suis une vraie Française, merde ! Bon, je les ai écoutés et voilà, l’autre en profite pour truster l’audience. Il fait même rire la salle, qu’on a pourtant faite. J’en ai marre ! Ça va barder ce soir, je te le jure.

Ah ! Je l’ai destabilisé ! « Je suis là », qu’il vient d’éructer ce bolchévique. Ah non… Il m’en renvoie encore plus dans la gueule.

Le coup de le prendre de haut, ça n’a pas marché non plus. Il a la mémoire des chiffres. Mais, pour de vrai, on ne boxe pas dans la même catégorie, il devrait le savoir. Je vais piquer des voix à Sarkozy moi ! Je ne me bats pas contre la gauche. Je m’en fous de la gauche. Les électeurs que je pouvais leur prendre, on les leur a piqués en 2002. Aujourd’hui, c’est fini. Pourquoi il ne comprend pas ça, Mélenchon ? En fait, il me déteste pour de vrai. Je crois qu’il est sincère quand il me qualifie de fasciste. Tout ça parce que je danse la valse à Vienne avec quelques nostalgiques du « grand Reich ». Mais j’ai une base électorale à sanctuariser, il devrait le savoir !

Je suis une femme, il me cogne comme un sourd et ça ne va apitoyer personne. S’il avait fait le quart de la moitié à Anne-sophie Lapix, ça aurait été un tollé. Mais quand ça m’arrive à moi, tout le monde applaudit. C’est vraiment pas juste !

Marine Le Pen apprenant que le débat avec Mélenchon ne sera pas annulé

Je feuillette mes notes. Je lis le journal. Ne pas le regarder surtout. Faire comme s’il n’était pas là.

Mais… Mais… Ah ! Le sale rouge ! L’assassin ! M’attaquer sur l’avortement ! Voilà, le masque tombe ! C’est vraiment une pourriture de gauchiste !

Et là, il s’en prend à papa ! Mais, je vais quitter le plateau. Je ne peux pas accepter ça, quand même ! Mince… c’est mon émission. Si je m’en vais, je vais passer pour une baudruche qui se dégonfle. Tu parles d’une fourche. Je suis coincée.

Si j’avais su, je ne me serais jamais présentée. Pourquoi papa m’a mis dans cette galère ? J’ai toujours essayé de tout faire pour lui. Quand il s’est séparé de maman, je l’ai suivi. Cette prostituée, qui a posé dans Playboy… J’ai envie de pleurer là. Pourquoi ça ne finit pas ?

J’espère que l’équipe de presse est entrain de faire le service après-vente. Je ne peux même pas accepter qu’on écrive que j’ai refusé de débattre. Il faut que tout le monde dise que j’ai gagné la confrontation, que j’étais au-dessus de l’insulte et de la polémique. Que j’ai la stature d’une chef d’état. Mais ils me détestent tous dans la presse. Je suis pourtant la servante loyale du capitalisme. Pourquoi ils m’en veulent tant ? L’histoire le montre pourtant, le fascisme, c’est le meilleur rempart du capitalisme contre la vermine rouge !

Putain, c’est fini. Il se barre. Mais je te jure que ça va barder à Montretout ce soir ! Louis va prendre sa rouste, je te le garantis. »

——————————–

Bonus vidéo : The Damned « So Messed Up » – merci Despasperdus !

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

5 responses to “Dans la tête de Marine Le Pen

%d blogueurs aiment cette page :