La politique, c’est maintenant !

Bon, ça y est. Comme bien d’autres, dans ma to do list, j’ai pu rayer l’entrée « virer le salaud » de l’Elysée. Ça ne va pas changer tout, ni même changer grand-chose dans le fond. Mais comme je le disais à l’épicier à côté de chez moi, alors que quelques klaxons intermittents retentissaient dans les rues calmes de mon 18e arrondissement si populaire : « ça sent tout de suite moins mauvais ».

Si vous voulez tout savoir, dimanche 6 mai, j’ai utilisé, comme annoncé, le bulletin Hollande pour assurer la victoire des valeurs républicaines face à une droite en voie de fascisation avancée. Je l’avais dit, je l’ai fait, sans gants, sans pinces sur le nez. Il ne s’agit pas d’un geste politique : juste de nettoyer une plaie ouverte depuis 7-8 ans. Ou encore plus précisément : c’est comme enlever une écharde. Ca fait mal mais, après, ça va mieux ! J’ai l’estomac noué une bonne partie de la journée : avec ce genre de pourris accrochés à leur pouvoir, on peut s’attendre à tout. Vers 17h30, l’amie Hélène, au travers d’un texto évoquant une « gueule de bois » laissait entendre que les carottes étaient cuites pour le petit facho. Mais, moi, je voulais attendre pour être sûr. De retour à la maison, l’ordi, le portable, la RTBF, les sms, la RTS… 53-47 ! Twitter est en fusion.

En route donc pour la soirée électorale organisée par le Parti de Gauche dans le 18e arrondissement. Il est sept heures et demie et ils sont déjà pas mal nombreux dans la salle du Café de la Piscine, place Hébert. Ouais… on est comme ça nous, on se réunit place Hébert. C’est encore plus classe que rue Robespierre. Bref, je retrouve Bruno, Danielle, Jean-Michel, cette Claude dont j’ai fait la connaissance place Stalingrad deux jours plus tôt, Alice.. Il y mon voisin blogueur Rue Affre mais pas Stéf Des pas perdus. Il n’y a pas de suspens. A voir les mines des unes et des autres, pas de retournement de situation possible. Le Batave va bien devancer le lointain cousin d’Orban. Quand, finalement, le visage de Hollande apparaît sur l’écran, c’est une salve de « dégage Sarko ! » qui fuse dans le bar bondé. Sentiment du devoir accompli.

Les clients habituels sont venus nous rejoindre. Ils applaudissent aussi. Mais on est loin de l’enthousiasme. Quelques « on a gagné » ; des klaxons timides vers 20h45 ; une voiture avec le nouveau drapeau du parti dit « sérieux » : blanc le drapeau ; un autre véhicule arborant un superbe drapeau français et rempli de Français aux peaux bien tannées… Au demeurant, la tannée, pour Sarko, n’est pas assez nette à mon goût. Et quand je l’entends pérorer son discours, lequel devait être d’adieu et n’est finalement que d’au revoir, je me dis que le plus dur reste à faire. Ce salopard, avec ses projets d’une nouvelle droite très décomplexée, a déjà des idées de revanche en tête. Il nous les a glissées dimanche soir, à qui veut bien les entendre. Et, au final, avec ces idées qui « n’étaient pas factices », a-t-il pris bien soin de préciser, il fait plus de 48 %…

Il va falloir décontaminer sérieusement notre pays… Sauf que les gens du parti dit « sérieux », avec mépris et condescendance, derrière des rapports du Cevipof pour dire que rien n’est grave et que tout va bien, que le FN est encore celui de 1995… Pauvres truffes que vous êtes ! Vous n’avez pas lu, sur vos cartes électorales ? Ce ne sont pas les pauvres qui votent Marine. Mais voilà que je m’énerve alors que vous, amis lecteurs, ne méritez pas mon courroux. Bon… Donc, j’ai ouï quelques mots du nouveau président, entre deux discussions avec des amis de longue date ou d’hier. Dont une Rachida, venue avec son Fabien, et avec qui nous avons appris pas mal. Bien plus qu’en écoutant notre nouveau chef de l’Etat.

Parce que « les réformes de structure », qui doivent audiblement être menées avant une législation sur le pouvoir d’achat ou sur le droit au logement, moi ça ne m’a pas surpris. A dire le vrai, ça n’a pas l’air d’avoir surpris grand monde. Surtout pas la châtelaine de Montretout qui se frotte les mains avec appétit. Peut-être que cette absence de surprise est la raison majeure pour laquelle il y a, dans les quartiers populaires, si peu d’enthousiasme au final.

Cela dit, nous avons fait le boulot. 11 % des voix sur 51 % et des brouettes… Nous avons solidement contribué à virer le facho souriant de l’Elysée. Mais il faut continuer à occuper le terrain : expliquer que le contrat social est à reconstruire ; qu’il y a une autre Europe à construire ; que les richesses doivent être redistribuées ; que le peuple doit reprendre toute sa place. Nous avons cinq petites semaines pour franchir une deuxième étape, comme nos amis Grecs ont prouvé qu’il est possible de le faire.

la politique, c’est maintenant.

—————————————

Bonus vidéo : The Prodigy « Breathe »

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

16 responses to “La politique, c’est maintenant !

  • cafardages

    on a utilisé le même bulletin et pas eu besoin non plus de se boucher le nez.
    Et en prime on s’abonne chez toi … que du bonheur !

  • babelouest

    Hier soir, allée Duguay-Trouin. Le café habituel se signale de loin,: une heure avant la proclamation des résultats sur la chaîne parlementaire, sur l’écran géant (c’est relatif) du troquet, ils sont bien déjà au moins une quarantaine dehors. Presque que des jeunes. Incroyable. A l’intérieur, c’est encore calme, mais dès ma bière en main je vois le flot grandir. On commence à se bousculer, à se marcher dessus. Chacun veut voir l’écran un peu poussif (Internet trop sollicité ?). A vingt heures, c’est une clameur, que dis-je, une explosion, telle que je crains de voir le plafond s’écrouler. Mais très vite les habitués ressortent prendre l’air et là, la conversation est bien plus sérieuse. Chacun a bien compris que si le pire est éjecté, rien n’est réglé pour autant. On se retrouvera bientôt, pour continuer, avec abnégation, constance et détermination. M’éloignant pour dîner dans une brasserie à quelques centaines de mètres, je traverse une assemblée de déjà deux cents personnes, peut-être, avec des drapeaux du Parti sérieux. Leurs bavardages sont largement couverts par une manif impromptue des opposants à l’aéroport de N-D des Landes qui scande des slogans. Tant pis pour le peut-être futur premier ministre : là il a trouvé une opposition déterminée à ne rien lâcher, soutenue par le PG dont un élu local participe à la grève de la faim.

    Notre bulletin a chassé une mouche, couleur bleu marine. Le suivant fera fuir le diptère rose. Rêvons.

  • BA

    Lundi 7 mai 2012 :

    Législatives : un député UMP veut un « rapprochement » avec le FN.

    Cela n’aura guère traîné. Au lendemain de la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle, Jean-Paul Garraud, député UMP de la Gironde et membre de la Droite populaire, a été le premier lundi à poser publiquement la question du « rapprochement » avec le Front national, en se demandant s’il fallait devenir « pragmatique » ou rester « dans les blocages idéologiques ».

    « De nombreuses questions se posent qu’il va falloir trancher rapidement et qui tournent autour de la recomposition de la droite », écrit Jean-Paul Garraud, membre de l’aile droite de l’UMP, dans un texte intitulé « La défaite de Nicolas Sarkozy : analyse d’un scrutin », rendu public lundi.

    « Une majorité des électeurs de l’UMP et des électeurs du FN veulent un rapprochement. Qu’est-ce qui est le plus important pour la France ? Cette question, seule, doit nous guider. On devient pragmatique ou on reste dans les blocages idéologiques ? », demande-t-il, en indiquant que la Droite populaire « a un rôle important à jouer ».

    Selon Jean-Paul Garraud, « le pays est majoritairement à droite » mais « il existe un risque majeur de voir cependant tous les pouvoirs entre les mains de la gauche à la faveur de triangulaires mortifères pour la droite lors des prochaines législatives ».

    « Qu’on le veuille ou non, la dynamique est sur le FN depuis 2002 » et « aujourd’hui, il représente près de 20% de l’électorat, sans aucune représentation nationale », poursuit le secrétaire national de l’UMP à la Justice.

    Enfin, « la gauche n’a aucune leçon de morale à nous donner, elle qui, sans état d’âme, s’allie avec des extrémistes révolutionnaires patentés », déclare le député.

    http://www.francesoir.fr/actualite/politique/legislatives-un-depute-ump-veut-un-rapprochement-avec-le-fn-221791.html

  • lejournaldepersonne

    On me demande pourquoi je me suis présenté à la magistrature suprême, comme quelqu’un de normal?
    C’est peut être moral mais ce n’est pas normal
    Ce n’est pas normal d’être normal… et ce verdict est loin d’être banal!
    Normal ! Puisque que je réclame votre aval!
    Après tout, la norme, ce n’est peut-être pas si mal?
    Hallal ou pas hallal… attention : tous ceux qui se posent la question finiront par avoir les mains sales.
    En vérité, je n’ai jamais prétendu être un candidat « hors norme », parce que j’ai souffert d’avoir été énorme.
    Maigrir c’est la norme n’est-ce pas ? A fond la forme.

    Je suis normal… complètement normal…résolument normal.
    Un homme semblable à tous les hommes… qui les vaut tous et que vaut n’importe qui… comme disait l’autre abruti!
    Oui français, vous m’avez bien compris…
    Je ne suis pas exceptionnel et je n’ai rien d’exceptionnel.
    Je suis l’être le plus remplaçable des êtres… comme toi, comme lui, comme vous.
    Je cherche ma voix. Ce n’est donc pas à moi, mais à vous de m’indiquer le chemin le plus court jusqu’à l’Élysée…
    Et pourquoi le feriez-vous le 6 mai ?
    Parce que je suis comme vous : j’en ai assez d’être à genoux… j’ai envie de me relever… de me mettre debout.
    Et de crier à la terre entière : la France c’est nous!

    Drôle d’histoire mais nous ferons tout pour qu’elle ne devienne pas une histoire drôle!
    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/04/rigoletto/

  • jean-yves

    putain,prodigy,excellentissime! ça rappelle des souvenirs…sinon ouais,faut qu’on se mobilise un max pour les législatives,ça serait quand même bandant de leur mettre la pâtée à ces trous du cul du Fhaine.

  • Claude

    Salutations de la Claude de la place de Stalingrad.
    Rue Affre était là aussi ?
    Décidément, mes blogueurs préférés sont tous du coin!

    Sinon, il y a le Monolecte, mais tu dois connaître.
    http://blog.monolecte.fr/

  • La politique, c’est maintenant ! « "l'Humain d'abord" par PG87

    […] on lecridupeuple.wordpress.com Évaluez ceci : à partagerEmailPrintJ’aimeJ’aime  […]

%d blogueurs aiment cette page :