Ma pause-déj’ avec Gabriel Amard à McDo

Je vais vraiment vous parler de ma pause-déjeuner de ce mercredi 9 mai. Si, je suis sérieux, nous sommes allés à McDo, au centre commercial de Viry-Chatillon. Je vais en profiter pour faire coup double et initier ma série de portraits de candidats en campagne. Parce que je n’y suis pas allé seul : j’étais en compagnie de Gabriel Amard, candidat du Front de Gauche dans la 7e circonscription de l’Essonne. C’est lui qui m’a invité d’ailleurs. Au menu, spécial, il y avait le soutien aux salariés de l’enseigne de restauration rapide qui se mobilisent dans le cadre de leur Négociation annuelle obligatoire (NAO).

Faut dire que Gabriel (oui, je l’appelle par son prénom, c’est un camarade et quelqu’un que j’aime beaucoup) est avant toute chose un militant. Tout président de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne qu’il soit, il est toujours disponible quand l’urgence commande. Là, l’urgence c’est que les syndicats négocient salaires et conditions de travail avec la direction de McDo France. Dans un contexte tendu et avec des pratiques…

Vous le savez, l’enseigne au clown rime beaucoup avec « mal bouffe ». Même si elle se targue d’avoir amélioré la qualité de ses produits, pour fournir la viande, les « légumes » et le pain nécessaires aux sandwiches, on n’est pas dans l’agriculture raisonnée, respectueuse de l’environnement, tout ça… Tout ça qui tient au cœur de Gabriel, lequel milite pour la relocalisation de l’économie dans une perspective de planification écologique. C’est à dire : réconcilier l’être humain avec son environnement.

Pendant une manifestation contre la réforme des retraites, en 2010, à Draveil.

De ce côté-là, le président d’Agglo ne se contente pas de jolis mots, il est passé au stade de la preuve par l’exemple. Dans l’établissement public de coopération intercommunale qu’il préside, plus de produits phytosanitaires depuis 2009. La gestion différenciée des espaces verts est à l’œuvre. Les projets d’aménagement mené par les Lacs de l’Essonne luttent contre l’imperméabilisation des sols… Je passe sur la mise en œuvre d’une monnaie complémentaire, en cours, et la perspective d’une exploitation agricole, sous l’égide de la communauté de l’agglo, destinée notamment à produire des fruits et légumes bios pour les écoles des villes membres : Viry-Chatillon et Grigny. Il est aussi connu pour son combat infatigable en faveur de la gestion publique de l’eau qui l’a conduit à sortir du Syndicat des Eaux d’Île-de-France pour créer la régie publique Eau des Lacs de l’Essonne, aboutissement d’un combat de quinze ans. On peut parler, tout à fait, de radicalités concrètes traduites en actes. Ce n’est pas pour rien que Gabriel Amard est aussi secrétaire général de l’association La Gauche par l’exemple, association des élus du Parti de Gauche et apparentés.

Mais, la Gauche par l’exemple, quand on réclame d’être aux côtés des salariés en lutte, c’est aussi de s’y trouver, même quand les caméras ne sont pas là. Gabriel, ça, il sait faire. Je me souviens de l’avoir entendu, depuis le bureau d’à côté, négocier avec des patrons pour obtenir des contrats de travail réguliers, préalables à la régularisation de travailleurs que leur état précaire condamnait à être sans papiers. C’était il y a plus d’un an, il était pourtant déjà candidat aux cantonales. Ce mercredi 9 mai midi, saisi par les camarades syndiqués, il s’agissait d’aller peser sur la direction de McDo alors que les organisations syndicales tentent d’arracher des avancées dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire sur les salaires et les conditions de travail.

C’est que McDo rime aussi avec « mal boulot ». Pour peu qu’on s’y intéresse, on sait qu’il y a beaucoup de temps partiel parmi les salariés de l’enseigne d’outre-Atlantique. Du temps partiel imposé à des personnes souvent jeunes, issues des quartiers populaires, peu formées et pas informées sur leurs droits. Conséquence directe de ce travail jetable, le turn over est de 80 %. De la même manière qu’on surexploite la terre pour élever des bœufs en batterie, on surexploite les jeunes travailleurs avant, une fois essorés, de les jeter à la rue. Pendant ce temps-là, les actionnaires états-uniens empochent les dollars. Et les franchisés, comme l’enseigne de Viry-Chatillon, astreinte à une dîme de 20 % du chiffre d’affaires, accroissent encore la rentabilité et la productivité individuelle des salariés.

Voilà donc mon Gabriel qui saute sa pause déjeuner, avant d’aller récupérer sa fille de quatre ans comme tous les mercredis, pour assurer une distribution de tracts à l’attention des clients entre autres. Le soir, une fois sa douce rentrée à la maison, il ira animer une réunion d’assemblée citoyenne à Athis-Mons.

* * *

7e circonscription de l’Essonne : Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge, Paray-Vieille-Poste, Savigny-sur-Orge, Viry-Chatillon
Score de Jean-Luc Mélenchon : 6 897 voix, 12,53 % des suffrages

————————————–

Bonus vidéo : Al Greene « A Change Is Gonna Come »

Publicités

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

2 responses to “Ma pause-déj’ avec Gabriel Amard à McDo

  • dareljedid

    Merci,
    Outre le fait que ton portrait donne tout son éclat d’humanité au candidat, il nous dit combien le militantisme dans toute sa ténacité peut rester chevillé au coeur d’un bonhomme. Joli, et surtout, bon pour le moral!
    A plus,
    Alex

%d blogueurs aiment cette page :