Command : l’érotisme glaciaire de Client

Client « Command » (Out of line / 2009)

Article paru initialement ici.

Comment te dire, ami lecteur ? Je crois que là, je touche à la chronique la plus difficile que j’ai jamais eu à rédiger… Alors, en premier lieu, Client, c’est un groupe de musique électronique, aux accents pop assumés, mais de cet pop déviante… Nous aurons à y revenir. Non, en fait, disons-le à l’instant. Client produit une des musiques les plus érotiques et cérébrales qui ait jamais été créée, à mon goût. Un érotisme froid, glacial même, à l’heure du cyber sex et du Sida. Je ne parle pas même du look et de l’imagerie véhiculés par le duo, devenu trio depuis : entre fétichisme et glamour, un regard vers les pays de feu le bloc soviétique, le cuir, les uniformes… Mais il y a d’abord la musique.

Dès leur premier album, Client paru en 2003, les claviers, séquenceurs et synthétiseurs tiennent le haut du pavé, délivrant une musique cryogénique, à base de boucles entêtantes et de lignes de synthés hypnotiques, sur une rythmique martiale. Puis, au fil des lives, de reprises aussi, Client A et Client B, épaulées dès 2005 par Client E, vont introduire quelques instruments : guitare et basse.

© Radeq Brousi

Sur Command, si ses sonorités offrent une plus grande sensualité aux morceaux, on se rapproche de celle du cuir neuf qui craque. La basse, notamment, rend le grain encore plus grinçant encore lorsqu’on aurait cru qu’elle aurait pu arrondir les sonorités synthétiques acides de Satisfaction. Quant aux lignes de guitares, épisodiques, elles électrisent plus qu’elles n’illuminent Ghost.

C’est que les donzelles savent y faire pour entraîner l’auditeur loin dans leurs vagabondages, rêveries dont on se réveille en sueur (froide). Une sortie nocturne, ligoté dans le coffre d’une voiture, avec le vrombissement des lignes de claviers comme moteur (le pertinent Son Of A Gun), le martèlement de la boîte à rythme comme seul rebond sur une route absolument lisse. Malgré l’obscurité, on devine les flashs des lumières de la ville. Oui, Client développe un univers extrêmement urbain. Entre clubs pleins d’une vie artificielle, de défilés vides de sens (Blackheart idéal pour la prochaine Fashion Week)… Autodérision à tous lés étages ! Mais avec Client, satisfaction garantie. Fucked Up Music !!!

Site officiel : http://www.client-online.eu/

Myspace : http://www.myspace.com/client

Tracklisting

CD 1 :
Your Love is like Petrol
Can You Feel
Don’t Run Away
Make Me Believe In You
Lullaby
Ghosts
Satisfaction
Son Of A Gun
Blackheart
In My Mind

Ltd. Bonus – CD 2 :
Can You Feel (Jori Hulkkonen Remix)
Soldier
Your Love is like Petrol (Auto-Auto Remix)
Can You Feel (Kindle Remix)
Can You Feel (Liman Beijing Remix)

————————-

Bonus vidéo : Client « Zerox Machine »

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

2 responses to “Command : l’érotisme glaciaire de Client

%d blogueurs aiment cette page :