Vitrolles pour comprendre Hénin-Beaumont

Pour commencer ce billet, une fois n’est pas coutume, je veux me rendre agréable à l’héritière de Montretout. Depuis des années, elle est affublée d’un quolibet qui la rend vague. Aussi, j’entends lui restituer son patronyme en entier : Marion Anne Perrine Le Pen, née à Neuilly-sur-Seine, résidant au manoir de Montretout à Saint-Cloud. Héritière, de manière indirecte, de la fortune de M. Lambert, patron décédé des cimenteries éponymes. Voilà, je pense qu’une injustice est réparée : Marine, c’est vraiment trop « peuple » quand on a une aussi belle ascendance. A l’heure où nous nous battons pour que la classe ouvrière retrouve ses symboles, je veux contribuer à ce que la grande bourgeoisie, dont est issue la Le Pen, retrouve les siens. Voilà donc le retour de Marion Anne Perrine Le Pen.

Les vrais parents politiques de Marion Anne Perrine née Le Pen

Ceci étant posé, je veux revenir à ce qui n’est pas la propriété de Marion Anne Perrine héritière millionnaire Le Pen : Hénin-Beaumont et la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Beaucoup s’émeuvent des hauts scores de la châtelaine, fière défenseure des intérêts du capital, dans une circonscription éminemment ouvrière, puisque nous sommes là au cœur du bassin minier. Qui s’intéresse à l’histoire du mouvement ouvrier connaît ces noms : Carvin, Wingles, Noeux-les-Mines… Ce sont sites de hautes luttes sociales, de combats à mort avec le fascisme appuyé, comme de juste, par le grand patronat minier. Alors, que vient faire l’héritière de Montretout dans ce pays noir (de charbon) et rouge (du sang des ouvriers) ? Je vous propose, pour comprendre, un détour par Vitrolles, à l’opposé géographique de Hénin.

La ville de Vitrolles a été prise par l’extrême-droite, incarnée par Catherine Mégret, en 1997. Pourtant, cette cité, connue à l’époque pour sa plateforme logistique et son équipe de hand-ball, est un fief socialiste de longue date. Le maire en est Jean-Jacques Anglade. On croise de tout à Vitrolles à l’époque. Et pourtant, la ville va s’offrir à cette tendance de l’extrême-droite qui se voit, déjà, en fer de lance d’une droite autant recomposée que décomplexée. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de la Le Pen que celui-ci : près de 14 ans après la scission qui donnera naissance au Mouvement national républicain, Marion Anne Perrine a repris et fait triompher, au sein du Front national, la ligne initiée par Bruno Mégret.

Mais comment Vitrolles a donc pu basculer dans le camp de celles et ceux qui défendent la « préférence nationale » au point de créer une prime pour les « bébés français » ? La responsabilité du parti dit « sérieux » n’est pas mince dans cette histoire. Sur sa fin, le « système Anglade », du nom de celui qui est le maire socialiste jusqu’en 1997, mêle arrogance, clientélisme, affairisme. Jean-Jacques Anglade c’est : gestion opaque, goût démesuré pour la comm’ et ce qui n’est pas encore le « bling bling », plus des démêlées avec la justice dont une mise en examen pour fausse facture… Ah… il y aurait des similitudes avec l’état du Parti dit « sérieux » dans le Pas-de-Calais ? Ah bon…

La comparaison peut ne pas s’arrêter là. Nous sommes dans deux départements où, selon la croyance populaire, dès le moment où elle est floquée du poing et de la rose, une chèvre peut être élue. Dans les Bouches-du-Rhône comme dans le Pas-de-Calais, le seul obstacle à l’élection c’est le petit baron d’à côté qui peut aussi prétendre à la légitimité des urnes. Les aspirations des citoyens, trouver des solutions à leurs problèmes de tous les jours, là n’est pas l’important puisque, à la fin, ils voteront pour vous. Du coup, on peut se permettre de promettre à qui un emploi, à qui un logement, en échange de quelques voix. Et, pour financer tout cela, quelques belles factures sur-dimensionnées. Peu importe…

Or, parfois, les électeurs, même pauvres, ont envie qu’on s’occupe d’eux – vraiment. Or, parfois, les électeurs, même pauvres, aiment avoir des élus sans casserole. Or, parfois, les électeurs, même pauvres, aspirent à ce que les élus qui les représentent leur permettent de rester dignes. Il y a de la morale, dans l’aspiration des électeurs, même pauvres. Or, l’incapacité du Parti dit « sérieux » à faire le ménage, dans les Bouches-du-Rhône comme dans le Pas-de-Calais, va détourner certains de leurs supporteurs. Et, « puisque tout est pourri », autant filer la clé de la baraque à ceux qui ne les ont jamais eues. C’est ainsi que Catherine Mégret arrive à l’hôtel de ville de Vitrolles en 1997. Ouvrant une parenthèse d’un peu plus de cinq ans, au cours de laquelle l’extrême-droite montrera son vrai visage. Elle est, encore plus que d’autres, capable de se mettre hors la loi. Pour en avoir le détail, je vous suggère la lecture du blog de mon ami Didier Hacquart, avec qui j’ai eu le plaisir et l’honneur de militer, quand nous avons ramené Vitrolles dans le giron de la République.

Donc voilà un bref rappel historique qui permet de mieux comprendre pourquoi il est essentiel, pour la gauche, d’être elle-même – « sans complexe et sans casserole ». Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que les militants peuvent à nouveau refaire de la politique et poser les vraies questions : qui a fermé les mines, l’immigré ou le banquier ? Pourquoi on ne trouve plus de boulot, parce que c’est le voisin qui l’a pris ou parce que la financiarisation de l’économie transforme l’être humain en variable d’ajustement ultime ?

Au final, ma conclusion est bien celle-là : si nous sommes contraints d’aller porter le fer en première ligne une nouvelle fois face à l’extrême-droite, c’est bien parce que le parti dit « sérieux » a failli. Comme à Vitrolles, il a connu la débâcle : l’état-major a refusé de prendre ses responsabilités et de mener le nettoyage de ses propres positions. C’est une faillite morale autant que politique qui nous met en première ligne, quand nous aurions pu nous contenter de nous occuper de nous mêmes. Mais, une fois de plus, nous sommes incapables de nous satisfaire de gérer nos bons résultats électoraux : nous sommes habités par l’esprit de responsabilité politique.

—————————–

Bonus vidéo : Massilia Sound System « Ma Ville est malade »

Publicités

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

20 responses to “Vitrolles pour comprendre Hénin-Beaumont

  • L'Art et la manière | Front contre Front, parachutage, tout ça tout ça…

    […] n’a échappé à personne : nous avons un léger contentieux politique avec le Front National. Cette même légèreté qui a conduit parfois à certains bains de sang […]

  • lejournaldepersonne

    Rouge biaisé

    Pour la France
    Pour le sens de notre souffrance
    Le bon sens n’est pas la bonne solution
    Pour tous les capés, pour tous les rescapés
    Le bon sens n’a aucun sens…
    La Révolution n’a rien fait d’autre que changer la formule
    Depuis 1789, rien de neuf.
    Quelques vagues lyriques ou romantiques
    Mais rien de nouveau sous le soleil de Satan!
    Le poète, maudit depuis, préconisait le bouleversement de tous les sens…
    L’errance plutôt que la gouvernance…
    Ô France, lui dit-il, rends moi ma part d’insouciance
    Ma légèreté, ma volupté, ma liberté.
    Si tu ne changes pas, je t’échangerai
    Si tu ne me suis pas, je t’abandonnerai
    À ton ciel gris et à ton air aigri
    Car c’est maintenant l’heure du grand bouleversement!
    Bouleversement des mœurs et des leurres
    Pour exiger de nous-mêmes un tout autre bonheur.
    Une autre mentalité, une autre sentimentalité.
    Construisons d’autres mots
    Pas pour y habiter mais pour y cohabiter
    Et d’autres cieux
    Pour ne plus rien y dissimuler.
    Car nous n’en voulons plus
    De cette constitution, de cette morale, de cette religion
    Qui ignore que chacun est son propre Dieu.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/05/rouge-biaise/

  • Jegoun et Blachier, ou le syndrôme de la gauche qui perd… la mémoire. « les échos de la gauchosphère

    […] Le FN en troisième position à la présidentielle. Et si nous n’avions pas été aussi agissants, n’aurait-ce pas été pire […]

  • babelouest

    Ah bravo ! J’ai répercuté sur mon blog, et donné le lien sur deux autres (pour le moment).
    http://bab007-babelouest.blogspot.fr/2012/05/vitrolles-pour-comprendre-henin.html

    Hier en tractant, un sympathisant m’a parlé de la nièce de Marion Anne : il paraît que Marion est digne de prendre la relève, un peu plus tard. Houille ! (non, aïe !)

    Quant à une marine, je préfère encore celle-là, peinte par mon fils (il s’agit d’une interprétation du Pertuis de Maumusson, entre Oléron et le continent, sensé être vu à marée basse au coucher du soleil). Grand format : 80×125 cm.
    http://ti1ca.com/b3p7232l-DSC_0004.JPG.html
    Il aime beaucoup peindre des marines. L’océan l’inspire. Au point que c’est ainsi qu’il a rendu les étapes du deuil, au décès de sa maman il y aura bientôt deux ans.

    (un groupe de cinq œuvres)

    • lecridupeuple

      Merci l’ami, ça fait plaisir 😉

    • Républicaine

      Mais oui, Marion Maréchal-Le Pen prend la relève, et pas plus tard, maintenant !! Elle se présente à Carpentras, terre de Vaucluse déjà tellement occupée par les Bompard, Jacques (Maire d’Orange), depuis 17 ans et Marie-Claude (Maire de Bollène) depuis 4 ans. les deux n’étant plus au FN, mais ayant créé la Ligue du Sud après avoir fait un bref passage au MPF.
      Bien sûr, J Bompard se présente aux législatives avec comme suppléant un maire UMP (exclu provisoirement paraît-il) et avec le soutien d’un FN

  • rocknrouge

    Carvin, Wingles, Noeux-les-Mines… et tu ne cite pas Courrières ! Ça me donne une raison de parler de ma grande passion, le RC Lens.

  • partageux

    Deux tites erreurs de détail en un mot. JMLP a hérité des cimenteries Lambert, Hubert de son prénom, et non des ciments Lafarge et pas Lafargue qui, lui, prône le droit à la paresse. ;o)

  • La Bonne Fée

    * « Ceci, étant posé, » une virgule en trop. « Ceci étant posé » est plus clair 😉

    * « de combats à mort avec le fascisme appuyé, comme de juste, par le grand patronat minier » c’est mal formulé, on pourrait croire qu’on a combattu à mort « avec le fascisme » ! Mieux vaut écrire « combats à mort contre le grand patronat minier et son appui, le fascisme ».

    * « l’héritière de Montretout » une fois ou deux, ça va ; mais ne pas utiliser cette expression tout le temps, c’est lourd et on « s’y perd » vu que dans ton message tu parles de plein de « personnages » comme dans un roman (la châtelaine, l’héritière de Montretout, parti « dit sérieux », chèvre (?!), le petit baron d’à côté…). Utiliser les prénoms/noms des gens, et les noms des partis, c’est bien plus simple et on comprendrait mieux.

    * « Ce n’est pas le moindre des paradoxes de la Le Pen que celui-ci : » (cf. courant Mégretiste au FN etc). Oui, d’accord, mais ça tombe un peu comme un cheveu dans la soupe au milieu de ton article sur Hénin-Beaumont 😉 C’est un complément d’info que tu pourrais mettre entre parenthèses par exemple, ou en note de bas de page. (sinon ça complexifie encore plus l’article)

    * « la « préférence nationale » ou point de créer » : « au » point de créer (et non « ou ») 😉

    * Toute la partie sur Vitrolles : c’est un peu embrouillé chronologiquement, surtout avec l’utilisation du présent de l’indicatif. Je connais « le dossier » alors ça va je suis, mais j’ai fais lire ce passage à des gens qui ne connaissent pas et ils n’ont pas compris (on pourrait croire qu’Anglade est toujours maire XD).
    Mieux vaut expliquer simplement qu’Anglade a été maire de Vitrolles de X à Y, décrire le système mafieux comme tu le fais, et que ça a conduit les gens à voter FN.
    Parce que tel que c’est rédigé là, tu parles de Mégret, puis de Langlade, puis de Mégret, un peu du PS et du FN… c’est pas très clair.

    * « parti dit « sérieux » » : c’est être trop gentil avec eux que de reprendre cette expression ; autant balancer les dossiers du PS sans quolibets et fanfreluches ! car OUI ON PARLE DE CE PUTAIN DE PS, DE SES MAGOUILLES, AFFAIRES ET SCANDALES EN TOUS GENRES, DE CE SYSTEME MAFIEUX (cf. bouquin « Rose Mafia ») QUI OSE SE PRETENDRE DE GAUCHE, DECOIT TOUT LE MONDE ET OUVRE GRAND LES PORTES AU FRONT NATIONAL.

    Tel est notre propos, inutile de nous perdre en tergiversations 😉
    Le PS ? FUCK.
    La Gauche, c’est le Front de Gauche.

    • lecridupeuple

      * “Ceci, étant posé,” une virgule en trop. “Ceci étant posé” est plus clair 😉 oui, évidemment

      * “de combats à mort avec le fascisme appuyé, comme de juste, par le grand patronat minier” c’est mal formulé, on pourrait croire qu’on a combattu à mort “avec le fascisme” ! Mieux vaut écrire “combats à mort contre le grand patronat minier et son appui, le fascisme”. Non, j’écris un peu comme je veux, c’est mon blog.

      * “l’héritière de Montretout” une fois ou deux, ça va ; mais ne pas utiliser cette expression tout le temps, c’est lourd et on “s’y perd” vu que dans ton message tu parles de plein de “personnages” comme dans un roman (la châtelaine, l’héritière de Montretout, parti “dit sérieux”, chèvre (?!), le petit baron d’à côté…). Utiliser les prénoms/noms des gens, et les noms des partis, c’est bien plus simple et on comprendrait mieux. Ben, oui mais non. Les lecteurs réguliers sont devenus coutumiers de ce genre de choses. Vu que c’est un blog, et pas un journal, je n’ai pas l’obligation de faciliter les choses aux lecteurs. Je dis ça tranquillement.

      * “Ce n’est pas le moindre des paradoxes de la Le Pen que celui-ci :” (cf. courant Mégretiste au FN etc). Oui, d’accord, mais ça tombe un peu comme un cheveu dans la soupe au milieu de ton article sur Hénin-Beaumont 😉 C’est un complément d’info que tu pourrais mettre entre parenthèses par exemple, ou en note de bas de page. (sinon ça complexifie encore plus l’article) C’est gentil comme proposition mais c’est encore non. Chaque chose a son importance, selon moi.

      * “la « préférence nationale » ou point de créer” : “au” point de créer (et non “ou”) 😉 Ben oui, rrhhhoooo, je vais virer mon correcteur.

      * Toute la partie sur Vitrolles : c’est un peu embrouillé chronologiquement, surtout avec l’utilisation du présent de l’indicatif. Je connais “le dossier” alors ça va je suis, mais j’ai fais lire ce passage à des gens qui ne connaissent pas et ils n’ont pas compris (on pourrait croire qu’Anglade est toujours maire XD).
      Mieux vaut expliquer simplement qu’Anglade a été maire de Vitrolles de X à Y, décrire le système mafieux comme tu le fais, et que ça a conduit les gens à voter FN.
      Parce que tel que c’est rédigé là, tu parles de Mégret, puis de Langlade, puis de Mégret, un peu du PS et du FN… c’est pas très clair.
      Ben ouais. Mais j’assume.

      * “parti dit “sérieux” » : c’est être trop gentil avec eux que de reprendre cette expression ; autant balancer les dossiers du PS sans quolibets et fanfreluches ! car OUI ON PARLE DE CE PUTAIN DE PS, DE SES MAGOUILLES, AFFAIRES ET SCANDALES EN TOUS GENRES, DE CE SYSTEME MAFIEUX (cf. bouquin “Rose Mafia”) QUI OSE SE PRETENDRE DE GAUCHE, DECOIT TOUT LE MONDE ET OUVRE GRAND LES PORTES AU FRONT NATIONAL.

      Tel est notre propos, inutile de nous perdre en tergiversations 😉
      Le PS ? FUCK.
      La Gauche, c’est le Front de Gauche. Là, je n’ai rien à redire.

  • krik

    comment ça le PS parti serieux !!
    il n’a que des casseroles au cul

  • penseelibre

    Merci pour tout ça. Je m’étonne que tu n’expliques pas que la Marine a repris toute la propagande façon Megret, alors qu’il a été vidé pour mauvaise ligne…

%d blogueurs aiment cette page :