Avec Marie-Laure Darrigade en terre de mission

C’est un sacré client que Marie-Laure Darrigade se met en position de déboulonner. Imaginez, dans cette circonscription de Beauvais-Nord, la 1ère de l’Oise, elle s’affronte à la droite incarnée par Olivier Dassault, fils de Serge et petit-fils de Marcel. Cette éducatrice spécialisée, qui travaille auprès d’adolescents en difficulté, maman mariée de deux enfants, ne manque pas de courage. De ce que je la connais, vous pouvez lui faire confiance : ce n’est pas un député naviguant entre paternalisme et clientélisme qui lui fera peur.

Son employeur actuel peut en témoigner. Je ne me souviens pas du nombre de fois où Marie-Laure m’a appelé pour me demander des infos sur le statut de la fonction publique territoriale ou les coordonnées d’un tel ou de telle autre parce qu’une de ses collègues avait un souci. Sous ses apparences de tendre douceur se cache une détermination sans faille, un bloc de volonté, une montagne d’amour des autres qui peut la rendre extrêmement dangereuse à affronter. Marie-Laure n’est pas du genre à hurler. Mais il vaut mieux ne pas l’avoir en face. Olivier Dassault va l’apprendre à ses dépends.

Cela fait près d’un an qu’elle est en campagne, avec ses camarades du Front de Gauche. Un Front de Gauche où nulle tension n’apparaît entre composantes historiques et surtout pas avec les citoyens. Militants du PCF, du PG, de la FASE et de la Gauche unitaire (organisations présentes dans cette partie du département) sont en train de créer un comité du Front de Gauche pour donner la possibilité à tous les citoyens qui le veulent de s’impliquer dans la campagne, de participer à son animation. « C’est aussi l’outil d’éducation populaire politique que nous avons voulu créer »¸ précise Marie-Laure de sa voix douce et toujours calme. Qui ajoute : « Nous sommes tous d’accord pour décliner le comité du Front de Gauche par canton, avec l’objectif d’élaborer des formations adaptées aux demandes des citoyens qui s’engagent avec nous ».

La méthode est posée. Reste que ce coin de l’Oise, où le fameux Tonton Marcel immortalisé par Régis Franc a construit boulodromes, salles des fêtes et autres terrains de sport, est terre de mission pour la gauche. D’autant que l’héritier, Olivier, entretient les « bonnes relations » grâce à sa réserve parlementaire. Aucun rapport avec Serge Dassault qui, à Corbeil, achetait les votes cash, qu’on s’entende bien. Mais la tâche n’est pas aisée. Quand je défends ce point de vue auprès de Marie-Laure, elle me sourit, gentiment, comme à un môme qui n’aurait pas tout compris. Elle ressort les 8 bus partis de la circonscription pour la Bastille, le 18 mars dernier, « du jamais vu ». Et d’enfoncer le clou, pédagogique, pour que je comprenne bien : « C’est pas la circonscription la plus facile, je suis d’accord mais il y a une vraie attente en direction d’une gauche qui s’assume, une vraie demande de la part des gens ».

Du coup, Marie-Laure ; Florence Salignon, sa suppléante, et les camarades, sont partout. On les a vus aux côtés des grévistes des médiathèques de Beauvais ; auprès de ceux de l’entreprise de transport Cab Aro, en lutte pour le paiement de leurs heures supplémentaires et une revalorisation de leurs salaires. Le Front de Gauche est aussi de toutes les mobilisations contre un projet d’incinérateur.

Mardi 15 mai, ils étaient dans un petit village du Nord de l’Oise, pour parler de santé. Partant de ce qu’il n’y a plus de médecin dans ce bourg depuis 3 ans et que le médecin le plus proche ne se déplace plus. Ce qui n’est pas sans poser de gros problèmes notamment pour les personnes âgées nombreuses en milieu rural. Le programme partagé l’Humain d’abord n’apporte peut être pas réponse à tout mais il constitue une bonne base de discussion avec des citoyens au bord de la crise de nerfs. Des réunions comme celle-ci, Marie-Laure en mène autant qu’elle peut. Elle a participé aux assemblées citoyennes organisées dans chacun des cantons que compte la circonscription pendant la campagne des présidentielles. Elle compte renouveler l’opération d’ici le premier tour de la législative.

La dernière fois que je l’ai croisée, elle n’avait pourtant en tête que de me faire rencontrer son amie Agnès, candidate dans la Somme et confrontée à quelques soucis en passe de se régler. Marie-Laure ne pensait pas à elle, à sa campagne en milieu hostile. Non. Comme d’habitude, elle pense aux autres. A l’humain, d’abord.

1ère circonscription de l’Oise : Beauvais-Nord, 154 communes, 9 cantons.
Score de Jean-Luc Mélenchon : 11 %

——————————-

Bonus vidéo : Cyril Mokaiesh « Mon époque »

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

5 responses to “Avec Marie-Laure Darrigade en terre de mission

%d blogueurs aiment cette page :