A Viry-Chatillon, en famille avec Mélenchon

On était quasiment en famille, ce mardi 29 mai au soir, place François-Mitterrand à Viry-Chatillon. A la tribune, autour de Jean-Luc Mélenchon le fondateur, il y a François Delapierre et Gabriel Amard. Si Jean-Luc n’avait déjà une fille, on pourrait aisément dire qu’il était entouré de ses deux fils politiques. Mais, nous ne sommes pas un clan d’une part. Et d’autre part, si François et Gabriel sont si proches de Mélenchon, c’est juste parce qu’ils bossent énormément tous les deux. Gabriel a été dernièrement le grand organisateur des meetings de la présidentielle, François a dirigé la campagne du Front de Gauche. Dans ce meeting de circonscriptions, Jean-Luc -toujours fidèle en amitié – a voulu remercier ces deux hommes qui, happés par leur engagement national, ont délaissé leurs propres campagnes.

En effet, François est candidat dans la 10e circonscription de l’Essonne, qui regroupe entre autres Grigny, Morsang-sur-Orge, Sainte-Geneviève des Bois, Saint-Michel sur Orge… Il relève le défi de ramener cette circonscription très à gauche, comme au temps où Julien Dray (qui n’a pas souhaité renouveler son mandat), jeune député, était encore à la gauche socialiste. « Delap », comme nous l’appelons tous, fait face à Malek Boutih… Ce dernier a réussi à se faire désigner candidat face à une autre « bébé Dray », Fatima Ogbi que je connais puisqu’elle est élue à la Communauté de l’agglomération Les Lacs de l’Essonne. N’étant pas au PS, il ne m’appartient pas de commenter les conditions dans lesquelles Boutih a battu Ogbi.

François Delapierre, lui, connaît bien cette partie de l’Essonne pour y avoir usé ses fonds de culotte de jeune militant, d’abord à SOS-Racisme puis au PS. Il y vient toujours en tant que conseiller régional PG Île-de-France. François n’a peut-être pas le charisme tribunicien de Jean-Luc, c’est un de ces créateurs d’idées dont le discours passe par la conviction. Il joue moins sur la corde sensible mais cela n’empêche pas qu’on y adhère. Je me souviens d’une anecdote à son sujet. Je venais de rejoindre l’association Pour la République sociale après avoir rompu, certains diront avec éclat, avec Montebourg. Jean-Luc me reçoit après que j’ai eu plusieurs échanges avec « Delap ». Nous en venons à parler de ce dernier. Et Jean-Luc me lâche : « Tu sais, je suis un philosophe dans le fond. Et pour un philosophe, il n’y a pas de plus grand bonheur que lorsque l’élève dépasse le maître ». Je me prends à rêver que François rejoigne Jean-Luc à l’Assemblée.

Et Gabriel aussi. « Gab », c’est celui qui, contre toutes les attentes, prend la mairie de Viry-Chatillon à la droite en 1995 à la tête d’une liste rassemblant toute la gauche. Gaby, comme on l’appelle aussi, a réussi à implanter durablement la gauche à Viry-Chatillon alors que la ville vote à droite aux élections nationales. Sauf en 2012. Il a réussi, aussi, à tenir la ligne du non-cumul des mandats. Maire, il passe la main à Simone Mathieu en 2006 avant de lui assurer une confortable réélection en 2008. Conseiller général, il dirige la campagne qui permet à Paul da Silva de lui succéder en 2008. Gabriel, bête politique hors classe, est d’abord quelqu’un qui pense aux autres, qui a chevillée corps la construction de l’organisation. Il est aussi, des nôtres, celui qui met en œuvre – au poste qui est le sien – les radicalités concrètes que porte le Parti de Gauche au sein du Front de Gauche.

Florent qui est venu me rejoindre commente, les discours finis : « C’est surprenant d’entendre Delapierre et Amard. Comme ils sont plus ancrés dans le local, ils sont plus radicaux ». En écho, j’ai cette sortie de Méluche dans je ne sais plus quelle émission télé : « De tous, je suis probablement le plus modéré ». C’est vrai que nous sommes de ceux qui n’hésitent pas à expérimenter localement les solutions qui pourront devenir lois au niveau national quand nous serons au pouvoir. Parce que – sous peu – nous y serons.

Il y a un parfum singulier dans l’air. Jean-Luc est chez lui en Essonne. Il connaît bien ce département pour en avoir été un des responsables politiques de premier plan. Il en a été sénateur aussi. Il a arpenté chacune de ses communes et, à dire le vrai, n’importe où se serait-il présenté dans ce département, il aurait été élu. Finalement, il a choisi d’aller porter le fer face à Marion Anne Perinne Le Pen dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Ce faisant, il a exprimé sa vérité : entre François, Gabriel et les autres, l’Essonne est entre de bonnes mains. Et les autres ne sont pas que membres du PG. A la fin du meeting, les candidats du Front de Gauche issus du PCF présents rejoignent la famille sur la scène. Belle image.

Raccompagné par Florent, je peux rentrer chez moi, satisfait. Grâce à mon ami Georges Tréboal, j’ai pu assumer ma place de responsable de la sécurité autour de la scène. Georges m’a appris à faire un vrai barriérage de sécu. Quelques heures de repos et je vais à nouveau retrouver Mélenchon. Cette fois, avec Ian Brossat. Dans mon quartier de la Goutte d’or.

Advertisements

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

3 responses to “A Viry-Chatillon, en famille avec Mélenchon

  • BARDY Dominique

    Beau compte rendu du meeting d’hier soir. Espérons que nos 3 candidats soient élus à l’Assemblée Nationale. Cela changera bien des choses dans l’intérêt de « L’Humain d’Abord ».
    Dominique Bardy
    Candidate Front de Gauche dans la 4ème de l’Essonne
    Responsable départementale PG91

  • brunoarf

    Mai 2007 : élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.

    Chômage en France métropolitaine, sans compter les départements d’outre-mer : Catégories A, B, C, D, E :

    Mai 2007 : 3 632 400 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Mai 2008 : 3 449 800 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Mai 2009 : 4 044 100 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Mai 2010 : 4 529 600 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Mai 2011 : 4 665 600 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.
    Avril 2012 : 4 925 800 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.

    http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-LdWiG86-2.pdf

    Evolution de mai 2007 à avril 2012 : augmentation de 1 293 400 demandeurs d’emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi.

    Evolution de mai 2007 à avril 2012 : augmentation de 35 % du nombre des demandeurs d’emploi.

%d blogueurs aiment cette page :