Ian Brossat, un nouveau député à la Goutte d’or

Malgré l’épuisement, il a le sourire franc et, comme souvent avec lui, un brin charmeur. Mais ne vous y trompez pas : Ian Brossat est un homme droit et qui va de l’avant. Son propos est clair : donner un nouveau député à cette 17e circonscription de Paris. Le sortant est prévenu : le député-maire ancien ministre Daniel Vaillant, que l’on croise à de (bien rares) occasions pourrait bientôt prendre sa retraite. Ian a une carte dans sa manche : un Front de Gauche uni, combatif et assez exemplaire de ce que nous cherchons à créer. Ce mercredi matin, en attendant Mélenchon pour un arpentage dans le quartier populaire de la Goutte d’or (le mien !), le président du groupe Front de gauche au conseil de Paris répond à toutes les sollicitations.

Il y a peu, il m’a chargé d’un message de soutien aux amis de l’Altergouvernement qui construisaient la gratuité dans l’arrondissement dont il est élu. A ma volonté de respecter l’état d’avancée de son parti sur la question, il me renvoie gentiment non à mes chères et lointaines études mais à sa profession de foi. Il s’engage à présenter une proposition de loi rendant gratuits les premiers mètres cubes d’eau et les premiers kilowatts/heure d’électricité « indispensable à la vie ». Dans la colonne « engagements précis », je peux cocher.

A cocher aussi, la case « je combats le patronat pas qu’en paroles ». Les ascensoristes s’en souviennent, qui l’ont vu plus souvent qu’à leur tour. J’imagine sans peine qu’avec sa silhouette frêle et ses 32 ans à peine sonnés, Ian Brossat ne les a guère intimidés de prime abord. Mais, aujourd’hui, même ce vieux renard de Bertrand Delanoë a appris à se méfier du conseiller de Paris. Il n’y a guère que les « petits », les « sans grade », les « sans voix » nombreux dans la circonscription la plus populaire de Paris qui n’ont rien à craindre de Ian Brossat. Pour tenter d’aider celles et ceux qui ont besoin, j’ai eu à éprouver qu’il était capable de me solliciter un dimanche en début de soirée. En passant, le garçon est homme de parole et efficace. Le panneau JCDecaux qui rendait la traversée au droit du boulevard de la Chapelle a disparu depuis son intervention…

C’est ce Ian Brossat là donc qui reçoit, la bise chaleureuse, Jean-Luc ce mercredi matin au métro Marcadet-Poissonnières. Il a rameuté Marie-Pierre Toubhans, candidate dans la circonscription voisine et laisse bien volontiers sa suppléante, Danièle Obono, devant les caméras. Quand on rassemble à gauche, il y a de la place pour tout le monde. Et Ian a chevillé au corps que le Front de Gauche est la clé pour battre la social-démocratie dans un débat franc et ouvert devant le peuple de gauche. Dans cette circonscription, à cheval entre les 18e et 19e arrondissements de Paris, les gauches obtiennent des scores qui n’ont de comparaison que dans ma Seine-Saint-Denis. Mais il est loin le temps où Vaillant pouvait rêver se faire élire au premier tour. Dans la confrontation d’idées – et d’actes -, le parti dit « sérieux » perd du terrain.

La faute aussi à cette jeunesse, pas seulement celle de Ian. Je pense à Arnaud, croisé ce matin, qui a rejoint le Front de Gauche de son quartier de Crimée dès la première assemblée citoyenne. Le jeune homme prépare son concours de professeur des écoles et dégage du temps pour les campagnes : présidentielle puis législative. Au début, il avoue : « J’étais un des deux jeunes de l’assemblée. Puis, on s’est fait notre place. Danièle (Obono – NDLR) nous a permis de trouver nos marques. » Arnaud suit donc le cortège formé par les militants, mais surtout les habitants de la Goutte d’or. La venue de Mélenchon avec Brossat et Toubhans, c’est l’événement dans un quartier finalement assez relégué des politiques municipales. Pour y avoir été, le Centre des cultures d’Islam, dans la rue Léon, c’est très chouette. Mais ils sont rares les habitants des rues voisines à y pénétrer.

Là, ils ont un ancien candidat à la présidentielle, deux candidats aux législatives dont un de leurs élus d’arrondissement. Et ça cause, et ça échange. On est au centre des mondes et la chaleur est au rendez-vous. L’élève de l’Ecole normale supérieure, le prof agrégé de lettres, n’y trouve à redire. Et sert volontiers de guide à Mélenchon dans ce dédale de rues populeuses, chamarrées, où toutes les senteurs d’épices, de fruits, de légumes, les parfums de femme se mélangent. Les poignées de main se succèdent entrecoupées de discussions passionnées. Cette Goutte d’or là, c’est un peu la Méditerranée, cette mer nourricière qui a rassemblé les peuples d’Europe et d’Afrique, avant que la folie des Hommes n’en fassent la frontière que Jean-Luc, Ian, moi et d’autres voulons abattre. Nous passons de la rue Léon à la rue Myrrha, du square Léon à la place de la Goutte d’Or.

La petite troupe ne cesse de s’arrêter. Il faut répondre à tout un chacun. L’exercice est épuisant, peut être, pour les candidats. Mais il donne une énergie folle aux amis du Front de Gauche. Au vu de l’accueil, c’est possible : la 17e circonscription et la Goutte d’or pourraient bien avoir un nouveau député le 17 juin.

17e circonscription de Paris : à cheval sur les 18e et 19e arrondissements.
Score de Jean-Luc Mélenchon : 15,3 %

—————————-

Bonus vidéo : Kylie Minogue « Get Outta My Way »

Publicités

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

One response to “Ian Brossat, un nouveau député à la Goutte d’or

%d blogueurs aiment cette page :