Peu m’importe si la Royal coule à la Rochelle

Depuis le 10 juin au soir, la toile bruisse d’un nom : Ségolène Royal. Les caciques et autres thuriféraires du parti dit « sérieux » sont mobilisés pour sauver le soldat Royal en difficultés dans sa circonscription de La Rochelle. Face à elle, un candidat issu, lui aussi, de l’appareil de Solférino, « ami de la première heure » de Hollande, et qui bénéficie du soutien ouvert de la droite. Voilà dans quoi il faudrait prendre parti. Ce sera sans moi, les amis. J’ai toujours combattu avec ardeur la Royal, sur le plan idéologique. Qu’elle soit femme ou homme m’importe peu. Ce sont ses idées que je trouve nauséabondes.

Dans ce grand fourre tout des idées qu’est le parti dit « sérieux », elle incarne un courant de pensée que je croyais battu par Blum lors d’un congrès de la SFIO datant de 1932 : le néo-socialisme dont les hérauts ont nom Marcel Déat et Adrien Marquet, entre autres. Ce constat, que je m’en vais développer un peu plus avant, m’a amené à l’affubler du sobriquet « la Pétain en jupons ». La formule est rapide mais évocatrice, quoiqu’un poil exagérée. Mais « Marquet en jupon », ça fonctionne moins bien, vous me le concéderez. Donc revenons sur le fond.

Il faut, pour cela, se projeter quelques années en arrière, en 2006 lorsque la fan de Jeanne d’Arc a présenté sa candidature à la candidature dans ce qui n’était pas encore la primaire des socialistes. Elle a développé un système de pensée, tout aussi fourre-tout que celui du PS certes mais avec quelques marqueurs idéologiques que je trouve, personnellement, troublants. Son histoire d’enfermement des jeunes en centres militarisés « au premier acte de délinquance » ; sa proposition de mise sous tutelle des familles pauvres « au premier acte d’incivilité » ; sa fascination pour l’ordre, certes qualifié de « juste » ; peignaient alors un tableau qui n’a pas été démenti depuis.

Elle a toujours en tête un objectif : celui de transformer le parti socialiste en parti social conservateur, défenseur de l’ordre juste cher au pape Benoît XVI. Dans ce schéma de pensée, elle a joué la pourfendeuse des 35 heures qu’elle juge « sources d’injustice ». Ancienne ministre de l’enseignement scolaire, elle s’est faite dénonciatrice des enseignants qui « travaille trop peu ». A la moindre résistance, elle oppose encore un temps doctoral et autoritaire, quand il n’est pas méprisant.

Le corpus idéologique qui se dessine en creux n’est pas, à proprement parler, nouveau dans la mouvance socialisante. Au tout début des années 30, au sein de ce qui est encore la Section française de l’Internationale ouvrière, apparaît le néo-socialisme. Je laisse la parole à René Merle :

« Les « Néos » socialistes reprochaient alors à leur direction de naviguer entre l’attachement stérile à la pensée marxiste, ignorant les modifications de la société française, et un réformisme au petit pied. Un œil sur le planisme belge et sur l’interventionnisme roosveltien, un œil sur l’autoritarisme nationaliste fasciste (jusqu’au slogan de Marquet, maire de Bordeaux, issu de l’extrême gauche socialiste, « Ordre , autorité, nation »), ils proposaient donc un renouvellement total de la pensée socialiste. Ils adoptaient volontiers les analyses de la presse, qui présentaient cet affrontement en conflit de générations. »

On sait comment vont finir les Marquet et Déat : collabos des nazis et laquais dociles du régime fasciste de Vichy. Je ne dis pas que Ségolène Royal finira facho. J’ai le procès d’intention facile mais pas jusqu’au « point Godwin ». N’en reste pas moins qu’elle constitue un élément dangereux de dérive au sein du parti dit « sérieux ». Elle n’est pas la seule, je vous l’accorde. Notre nouveau sinistre de l’Intérieur en est un autre.

Je vous écris tout cela, au final, juste pour dire que le sort électoral de la Maldonne du Poitou m’importe peu. Je sais que ces quelques lignes vont peiner un certain nombre de nouveaux venus au Front de Gauche qui furent de chauds partisans de la madame. Ne m’en veuillez pas, il n’y a rien de personnel. Je veux juste rappeler des faits, les placer dans une continuité historique. Cela est utile et nous permet à tous, de nous positionner en connaissance de cause. Connaître son passé, c’est éclairer son propre avenir (avec ou sans désir).

—————-

Bonus vidéo : Orchestral Manoeuvres in the Dark « Maid Of Orleans »

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

29 responses to “Peu m’importe si la Royal coule à la Rochelle

  • nop

    J’en ai plus que ras le cul de ces politiques professionnels… C’est quoi son probleme a elle? Elle a peur de devoir un jour retourner bosser pour de vrai? Et tous ses copains du P »S » de la parachuter là ou elle n’a pas sa place… Je serai finalement content qu’elle ne soit pas élue.

  • Julien

    Je fus un «supporter» de la dame du temps où j’étais au PS. J’y suis d’ailleurs entré au moment de son ascension. Mais ce que j’y voyais, à l’époque, et qui lui a permis de gagner haut la main ce qui ne s’appelait pas encore la primaire de 2007, c’est qu’elle faisait appel aux militants (et au delà) et à leur intelligence, elle ne prétendait pas avoir la science infuse. Enfin, en tant que militant de base, on se disait qu’on pouvait réellement faire des propositions et qu’elles soient entendues au plus haut niveau. C’était «prenez le pouvoir» avant l’heure et avec cette grande différence que derrière, ce n’était qu’une illusion. En fait, elle jouait les militants contre la nomenklatura de Solférino, elle pensait pouvoir faire campagne sans l’appareil. Elle a eu tort. Hollande a fait le contraire, il a fait campagne sans les militants.

    • lecridupeuple

      Moi, je n’ai pas du tout vcu les choses de la mme manire. Mais je respecte ton point de vue.

      ________________________________

      • Julien

        Juste pour préciser, je pense que le Drame du Poitou est une personne très intelligente et qui sait user de toutes les ficelles des mécanismes d’un parti politique tel que le PS pour arriver à ses fins. Je connais quelques militants qui, comme moi, l’ont soutenu de bonne foi en 2007 sur les raisons que j’ai indiqué, et pas sur son programme (puisque théoriquement, elle n’en avait pas, il devait être élaboré collectivement) et qui maintenant sont au PG parce que là, ça se passe pour de vrai l’effort collectif, dans la tête et dans les bras.

        Et sinon, rien à voir, mais quand tu réponds, parfois, ça fait des petits losange à la place des accents 😉

      • lecridupeuple

        Julien, je ne mets aucunement en cause la bonne foi des camarades 🙂

  • partageux

    Honnêtement je me contrefous comme toi de l’avenir de la dame aux caméras. Pour ne pas écrire que je m’en bats les choses que ma maman m’en a donné deux.

    Je connais bien les Charentais. Ils n’aiment pas les parachutages. Malek Boutih est le dernier d’une trèèèèèèèèèèèèèèèès longue liste à en avoir vérifié la dure loi.

    Je me souviens d’un candidat socialiste qui a été élu avec un très joli score dans une circonscription alors toujours à droite depuis la troisième République. Son opposant était un sous-ministre de Pompidou alors parachuté pour remplacer le député sortant qui avait près de quarante ans d’Assemblée nationale au compteur ! Les Charentais ont voté « charentais »… M’étonnerait pas du tout que l’on revoit encore une fois le coup du parachute qui se met en torche.

  • penseelibre

    ton analyse est extra-ordinaire (qui sort de l’ordinaire). Donc tu peux pas me jeter la pierre d’avoir voter Bayrou ? je m’étais encore jamais abstenue de ma vie… la première fut dimanche.

    mais je voudrais te faire participer à mon hilarité à la lecture du bilan fait par le fdg de mon département :

    «… en progression de plus de 1300 voix sur les élections législatives 2007 dans notre département, le Front de gauche confirme son ancrage, …. »
    dans le département en question le fdg obtient 1ère circonscription 3,94 % et 2ème 5,83 %. Dis le npa il a progressé en 2007… et maintenant il est quoi ? si c’est ça une progression et notre avenir… vive l’illusion. Et dans ce cas la droite à beau jeu de nous appeler extrême.

    • lecridupeuple

      Annie… C’est moi ou tu te fous gentiment de ma gueule ? Nan, c’est juste pour savoir.

      • penseelibre

        nanh c’est pas de toi que je me fous… c’est de la situation générale, je l’ai écrit en comment sur mon blog… je pense le mettre aussi sur dpp… pour connaitre votre point de vue à VOUS (je dis pas ça à n’importe qui, juste à ceuse que j’estime… pas sur Agoravox par ex. où je publie et ne reçois que des insultes fachos).

  • Minium

    Tu mets des mots sur ce qui m’a toujours mis mal à l’aise chez elle. Quelques années en arrière je me disais que je n’aimerais pas faire partie de ses enfants lors d’un repas familial, moi qui en ai toujours vécu de décontractés.

  • La perruche Royal n’est pas encore sur son perchoir (et c’est tant mieux) « les échos de la gauchosphère

    […] tant son honneur a été bafoué. Quant à Ségolène Royal,si elle perd dimanche, ce ne serait que justice : ça lui apprendra à s’asseoir sur la démocratie… Et le tweet de Trierweiller ne […]

  • penseelibre

    Je m’explique : je suis sur la descente après peut-être une montée trop haute, il me faut attendre que l’émotion retombe, dans quelque temps je vais finir par me calmer… pour l’instant c’est ma manière de réagir… c’est pas la 1ère désillusion, j’en ai un peu marre… j’ai tellement espérer avec Mélenchon qui a fait une si belle campagne. En déc 2005 j’ai claqué la porte du PS…(donc bien plus tôt que les autres) c’est un peu ma nature exigeante, anar aussi, rebelle, mais j’ai quand même besoin d’un collectif, j’en n’ai plus… ce qui n’est pas plus mal non plus ça me laisse plus de liberté de pensée ce qui n’est pas mal non plus… j’ai besoin de gueuler, tu sais comme quand on a mal…

    • lecridupeuple

      Annie, je comprends trop bien. Je l’ai évoqué dans ma note « les militants se cachent pour pleurer ». Donc oui, ce cri de rage irrépressible, je le connais, le comprends, c’est souvent le mien.

  • andrelbn

    Je n’ai jamais apprécié les positions politiques de Royal, détésté « Désirs d’avenir » (vraie secte), la « Marseillaise » à tout bout de champ, les camps militaires pour les délinquants mineurs, « l’ordre juste », et j’en passe. Mais…
    Le siège, en vertu de la parité, était réservé de toute façon à une femme, le dissident ment en disant qu’il lui « appartenait » (il se dit, de surcroît, candidat des « vrais Rochelais » – beurk!). Royal est la candidate désignée par le parti (quoi qu’on dise, au FdG, on sait qu’un parti a besoin d’un minimum de discipline), elle est arrrivée en tête de la primaire, son adversaire se ferait élire avec les voix de la droite (ouvertement!), moi ça me suffit pour que j’aime pas trop, à vrai dire pas du tout… J’espère, cher Nathanaël, qu’il n’y a pas au FdG trop d’ex-supporters de la dame, mais pas seulement eux, des gens tels que Valérie de Saint-Do, Bernard Langlois et d’autres ont publiquement exprimé des opinions proches ou identiques aux miennes – et, donc, très différentes des tiennes…

    • lecridupeuple

      André, je parle juste de ce qui caractérise politiquement la madame. Je ne cautionne en aucun cas les propos de son challenger. La cuisine interne du PS ce n’est pas mon souci. Seul le discours néo-socialiste de la Royal, et ce qu’il porte en termes de possibles, m’intéresse.

  • le journal de personne

    Politude !

    Je suis bien obligée de tenir des propos vulgaires, rien que pour me démarquer de la vulgarité des manières :
    Vulgarité des manières qui ne datent pas d’hier
    Le premier homme n’a qu’une couille
    On croyait qu’il n’en avait pas assez avec deux
    Nous voilà rassurés… il n’en a qu’une. Parce qu’il ne peut en avoir qu’une
    En revanche, la première dame qui a prétendu n’en avoir aucune… elle en a trois sous le pied (Trierweiler)
    Et elle vient de le prouver, s’il vous plaît
    En damant le pion à son double… à la face du monde entier
    Faut-il s’en réjouir ou maudire ce couple président sans ciel
    Où la première dame joue les surhommes.

    Non, mon intention n’est pas de sauver le soldat Royal
    Mais de dénoncer ce royaume délétère
    Où seul l’instinct grégaire légifère…
    Tout à l’égo… l’égotisme le plus vulgaire
    De madame… Rottweiler !
    Elle ne peut pas être plus socialiste que les socialistes, tout de même,
    ni plus royaliste que le roi
    Et pourtant, elle l’est… et vient de l’étayer
    C’est elle qui va gouverner au nez et à la barbe de tous les français
    On ne le savait pas, maintenant on le sait. Nous sommes faits!

    Une femme peut en détruire une autre
    Une femme peut nuire plus qu’aucun autre
    Une femme peut tromper tous les hommes du premier jusqu’au dernier… faut-il le rappeler ?
    Cette Valérie me rappelle Salomé
    Celle qui a demandé la tête de Jean le Baptiste et l’a obtenu sur un plateau doré…
    Parce que c’est le moment de se demander
    Si notre élu est un homme pour de vrai
    Avec une couille en moins et une embrouille en plus !

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/06/politude/

  • Guy Liguili

    Le problème qui se pose à moi est que Valérie Trierweiler m’insupporte tellement que j’aimerais être inscrit sur les listes électorales du coin et voter Royal juste pour la faire chier et la faire trépigner de colère dans son appartement du 15ème.
    PS : Je commence à regretter Carla.

  • Ivan Propez

    Je vais aller voter dans une petite heure, et comme il se trouve que j’habite dans la 1ere circonscription de Charente-Maritime, je vais voter blanc, car les deux candidats pour moi c’est bonnet-blanc et blanc-bonnet, comme disait le père Duclos, et je prends ni l’une ni l’autre pour de la gauche pour de vrai!

    Le Front de Gauche est la belle idée neuve depuis longtemps en matière d’organisation politique à gauche, j’espère qu’on ne va pas la gâcher. Dans mon coin c’est un peu morne plaine, mais peut-être que la plaisanterie de ce deuxième tour et ses dégats durables sur la gauche pale locale, sera un terrain favorable à une émergence du FdG. C’est tout le mal que je me souhaite.

  • poteagayl

    Selon une source dans les coulisses de Hollande, l’assemblée nationale s’expose a une dissolution et Ségoléne serait expédiée sur une circonscription facilement gagnable ,peut être montreuil et bagnolet ;-))

%d blogueurs aiment cette page :