Vomir ou la soirée électorale de trop

Bon, ce lundi matin, je vais me laisser aller. Ne cherchez rien de constructif, aucune analyse… Rien, vous dis-je. Au bout de la séquence électorale englobant présidentielles et législatives, sans rien renier de ce que j’ai écris sur le sujet ici et encore ici, je vais me laisser aller. Si vous voulez mieux qu’un ressenti, je suis navré de ne pouvoir vous l’apporter. Cette soirée électorale était la soirée de trop.

J’arrive au bout de mes capacités en la matière et, comme j’ai déjà eu l’occasion de le préciser, j’ai besoin d’exprimer mon amertume pour pouvoir passer à autre chose. Un autre chose qui m’attend dès mercredi puisque je participerai à l’assemblée générale du Parti de Gauche en Seine-Saint-Denis.

Hier soir, j’assistais comme bon nombre d’entre-vous à la soirée électorale consacrée au second tour des élections législatives. Les choses étaient pliées pour ma formation, le Front de Gauche. C’est donc sans aucun espoir que je me suis confronté à l’écran télé et aux boniments des commentateurs tarifés. Au demeurant, voilà une piste intéressante. Etre payé pour disserter sur la politique, voilà un job qui me plairait. En tous cas, j’avais le moral moyen. Le matin du dimanche, vu le score réalisé par la gauche là où je vote, je me suis permis de glisser un bulletin de vote Syriza dans l’urne. Daniel Vaillant a recueilli 72 % des suffrages. C’est pour bien parce que le score était prévisible que je me suis permis cette petite fantaisie.

D’autres avaient le plaisir de voter dans des circonscriptions où un candidat Front de Gauche restait en lice au second tour. Les veinards ! J’aurais vraiment aimé voter à Saint-Denis, pour Braouezec. Même si son attitude est contraire à la ligne de la plupart des organisations membres du Front de Gauche, je me retrouve avec les camarades qui l’ont soutenu, dans une certaine forme d’acrimonie vis à vis de nos camarades du parti dit « sérieux ». Ils nous ont manqué de respect, ils nous insulté, ils se sont bien mal comportés alors que, sans nous, sans nos quatre millions de voix, leur candidat ne serait pas président à l’heure où nous parlons.

Ça c’est dit ! Mais tout de suite, je le redis : le PS et la droite, ce ne sont pas les mêmes choses. Et je refuse de me tromper d’ennemi même si ça me pique. Avec le PS, nous devons avoir une explication à la loyale, débattre fond contre fond. Et que les électeurs jugent. Durant cette séquence, nous l’avons menée cette confrontation. Avec le résultat que nous connaissons.

Y compris dans les quartiers populaires, les citoyens ont tranché : à l’intérieur de la gauche, le parti dit « sérieux » a été plus convaincant que nous, comme parti de gauche. Ca me fait un trou là où j’en avais déjà un mais le constat est là. Je ne me dédis pas, je trouve que le score de Jean-Luc Mélenchon au premier tour est plutôt un bon score. Mais pas suffisant pour que nous ayons eu mieux qu’une vague rose dans notre petite gueule de gentils éducateurs du peuple. La campagne vide sur le thème « donnons une majorité au président » a fonction né au-delà de toutes les espérances de Solférino. Comme je m’en doutais un peu aussi, quelques jours avant le premier tour.

Je ne ferais pas le fanfaron, j’aurai adoré me tromper. Je ne suis pas aussi doué en maths qu’Arthur Fontel, mais je connais mon arithmétique électorale : il n’y avait pas besoin d’être issu de maths spé pour savoir que Jean-Pierre Brard pouvait être battu. Il l’a été sèchement. Et la défaite finale de Braouezec montre qu’il a eu raison de ne pas aller au second tour. Nous aurions eu l’humiliation en plus de la défaite. Vous allez me demander, peut être : « Alors, pourquoi tu ne l’as pas écrit ? ». Sur cet espace, qui est mien, il m’arrive parfois de laisser s’exprimer mon penchant pour la ligne politique de mon parti. Et d’oublier mes états d’âme pour tenter de vous filer la patate autant que de me donner, à moi, du courage et des raisons de me battre… Désolé, les ami-e-s, mais j’oscille entre deux tensions : la motivation et la prise de distance. Un équilibre jamais simple à tenir, qui explique, entre autres, certaines de mes raideurs dans nos discussions en commentaires.

Comme le scénario était écrit, j’ai tenté hier de collecter quelques petits plaisirs. Je m’en vais vous les faire partager. En Seine-Saint-Denis, deux des trois députés Droite populaire sortants sont battus, notamment Eric Raoult. Je l’ai appris ce matin, vu que j’ai décroché vers 22h15 hier soir, allant me replonger dans mon Rolo Diez : Vladimir Illitch contre les uniformes. Avant, j’avais eu le temps de savourer la défaite de Claude Guéant et de Nadine Morano. Toujours ça que les fachos n’auront pas. Et, cerise sur le gâteau, Jack Lang lui aussi ne nous empoussiérera plus les strapontins de l’Assemblée. Sa défaite, comme celle de la Royal, comme celle de certains de mes camarades malheureusement, semble montrer une envie forte de renouvellement du personnel politique.

Je veux m’accrocher à ça pour expliquer, entre autres raisons, celle-ci n’étant pas forcément la meilleure, les bons scores de camarades et amis comme Ian Brossat, Corinne Morel-Darleux, Danielle Simonnet, Patricia Guilhot… Tiens, Patricia m’a aussi procuré un de ces petits plaisirs hier : c’est elle qui m’a appris que ma maman avait viré Louis Giscard d’Estaing. Non ! Ma maman ne se présentait pas, elle a juste voté. Et elle a voté juste, aux deux tours j’espère.

Je vous ai dit que je suis allé me coucher tôt, finalement. Il y a une raison à cela. Comme pas mal d’entre-nous, j’espérais – pas secrètement du tout – une victoire de Syriza en Grèce. Victoire qui aurait pu ouvrir un nouveau champ des possibles à l’échelle de l’Europe. Nos frères grecs ont gégna pas loin de 10 points par rapport à la précédente élection, il y a quelques semaines. Mais ça n’a pas été suffisant. Le chantage au chaos a été tel que la droite devance nos amis. La Nouvelle Démocratie va très certainement s’allier au PASOK pour gouverner en fonction des intérêts des banques et de l’Union européenne. Le peuple grec va devoir s’avaler le mémorandum en entier. Et nous, habitants de ce beau pays nommé France, on va certainement devoir s’avaler encore quelques jolies couleuvres austéritaires. Moi, j’ai une sainte horreur des serpents. A un point que vous ne pouvez pas même imaginer.

Allez… Mercredi assemblée générale PG du 93. Samedi, conseil national du Parti. Et vivement les vacances bordayl !!!

————————————–

Bonus vidéo : The Vines « Fuck The World »

Publicités

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

25 responses to “Vomir ou la soirée électorale de trop

  • penseelibre

    me voilà rassurée : t’es normal !

  • penseelibre

    j’ai oublié : tu sais si ce sont des pc les députés élus fdg ? ou de rare PG ? parce que le PC pourrait faire cessetion vu qu’ils ont perdu des élus.

  • jacques G.

    une surprise sans sursaut n’est qu’une demi suprise,il ya des petites joies tout de meme a voir la charette ump partir dans les décors,Adieu alliot marie,morano,raoult,guéant at autres spadassins de la potlique du pire..Au revoir ségo,au revoir jack..bref un petit coup de jeune…conçernant le FN,ils reviennent certes mais a deux ou trois députés, a part un ping pong,je ne vois pas ce qu’ils pourraient faire..les socialistes ont les clés du camion,rappelons leur sans cesse qu’ils sont pas seul sur la route, au vu de l’état de cette meme route,il y aura des embardées,a nous d’en etre les gardes fou…L vraie bataille commence…

    • lecridupeuple

      « La vraie bataille commence », dis-tu Jacques. C’est tout à fait ça. Maintenant que j’ai vomi, je vais pouvoir m’y remettre.

    • Julien

      «conçernant le FN,ils reviennent certes mais a deux ou trois députés, a part un ping pong,je ne vois pas ce qu’ils pourraient faire»

      Quand on voit un journaliste dire qu’ils seront les «chouchous» des journalistes dans la Salle des Quatre Colonnes, on se dit qu’ils vont nous pourrir l’existence. Mais c’est leur rôle après tout.

      • lecridupeuple

        Julien, ce n’est pas comme s’ils étaient là pour faire vivre la démocratie

      • jacques G.

        tu sais,l’histoire parle d’elle meme,regarde les villes qu’ils ont tenu,ils les ont rendu et vite fait,soit ils se tirent une balle dans le pied,soit il y a un cadavre,soit il se font gauler à taper dans la caisse,soit ils croulent sous les procès et disparaissent la queue entre les jambes…de plus tu crois que les vieux hussards qui ont 10 ans d’assemblées derriere eux vont les laisser faire leur show…

      • lecridupeuple

        En fait, vous commencez à débattre entre vous et, pour de vrai, j’adore cette idée.

      • Julien

        Je suis bien d’accord avec tout ce que vous dites, ce n’est qu’un des symptômes de la maladie qui ronge les médias. Et vous aurez remarqué que « ils » et « leur » dans la dernière phrase peuvent très bien s’appliquer au FN ou aux journalistes 😛

  • Alex

    Poignant cri de révolte, intelligent et sensible. Je partage entièrement.

  • Alain Losco

    moi aussi les reptiles me font hérisser le poil

  • Philippe Alain

    Moi je suis un peu dégouté depuis que je me rends compte de la persistance de la politique de stigmatisation des Roms http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/150612/valls-marche-pas-de-gueant
    Du coup, dimanche, je suis resté à la maison.
    L’explication fond contre fond…
    Comment cette politique qui a été le symbole du sarkozysme et de Guéant peut continuer ?

  • micmousse

    Quoi que le PCF ou le PG en dise pour minimiser la claque, LE PS N’ EST PAS A GAUCHE
    Je refuse de suivre les leaders Front de Gauche qui soulignent les scores élevés de leurs candidats et qui mendient un groupe à l’ assemblée
    Notre faute et je dis bien notre car je continue de penser que ‘ l ‘ humain d’ abord ‘ est la seule solution alternative possible , c’ est d’ avoir soutenu des arrivistes qui n’ ont pas eu d’ autres souci que de nous poignarder .
    Puisque Mélenchon, Laurent ,Buffet … parlaient de désistement et que personne ne faisait référence aux programmes ( surtout pas les médias lécheurs de bottes visqueux ) ,les citoyens n’ ont pas compris que leur avenir dépend de 2 politiques totalement différentes et c’est celle du PS ,d’ accompagnement de la crise, sans dommages pour la finance, qui va nous précipiter dans l’ austérité et des vies de plus en plus précaires qui a été choisie .
    Le pire c’ est qu ‘ au sortir de ces élections , beaucoup de FdG n’ ont toujours pas coupé le cordon et attendent beaucoup trop de la rue ,les sociaux traitres ayant souvent verrouillés les syndicats et le souvenir des manifestations pour la retraite à 60 ans n ‘aidant pas à d’ autres mobilisations et la défaite (relative ) de Syriza donnant une autre claque aux espoirs.
    Le mieux c’est que le PCF en particulier n’ aura plus à se gratter les c.. ( ou autre chose s’ils n’ en ont pas) en se demandant s’ ils peuvent accepter une place de sinistre , le Parti Sournois nous a envoyé nous faire f…

    • lecridupeuple

      Parti sournois ? C’est pas mal…. En ce moment, je pourrais faire mien.
      Couper le cordon, il le faut. Oui, évidemment. Sinon, pas de franche explication. Mais ne nous trompons pas d’ennemi non plus.

      Après, j’aimerais bien que d’autres s’expriment sur le sujet.

  • micmousse

    Il y a très peu de personnes qui suivent la politique comme nous .Leur vote , c’ est une fois tous les 4 ou 5 ans et s’ ils reçoivent un tract du PS avec le logo FdG comme ici , ils nous mettent tous dans le même sac des tous pourris.Alors , peut-etre que le terme ennemi est trop fort mais il faut vraiment affirmer notre différence et dénoncer les fakes comme Hamon ou Filoche ( par exemple) qui disent tout comme nous mais votent tout comme les sociaux traitres

    • lecridupeuple

      On se faisait la réflexion ailleurs : nous avons un énorme travail d’éducation populaire politique à mener : long et ingrat mais dont nous avons posé les premières pierres

  • henri de Villers

    merci pour le bon de colère, il va nous en falloir des caisses !

  • Ydaho

    Moi je suis tout a fait d’accord, avec toi , et aussi avec Braouzec .. ça changera rien , mais ça fait du bien !!

  • cath.

    bon, ben moi j’ai mis un bulletin que j’ai rendu nul en entourant le front de gauche et en rayant le nom du député de la diversité parachuté dans ma ville, qui du coup devient rose et verte genre vert caca doigts et ça aussi ça me fait vomir. mais bon l’envie que ça change est la plus forte, maintenant aux syndicats de faire le boulot et de ne pas s’en laisser compter pdt la conférence sociale. j’espère d’ailleurs que mon syndicat comptera dans cette conférence comme il a compté dans la présidentielle en appelant à faire battre Sarkozy et à se battre contre le FN

  • Claude

    Salut le cri
    Oui, on peut dire qu’on s’est pris la vague rosse en pleine figure!
    Mais pas de regret d’avoir fait la campagne de Braouzec vendredi, même si il a perdu (sauf à Saint Denis ou il reste en tête)
    Ben quoi quand on lâche rien, on lâche rien.
    Et on rencontre toujours des gens formidables.

    Mon seul regret : avoir voté FH au second tour.
    Quand on vote soc, on le regrette toujours tout de suite après.
    Ça m’apprendra!!

%d blogueurs aiment cette page :