Les fabulistes fabuleuses, Grazia, Mondadori et le plagiat

Et bien… Je sais que c’est la crise pour les entreprises capitalistes. Je sais aussi que la presse marchande traverse une mauvaise passe. Je sais aussi que le culot remplace bien souvent la créativité. Mais tout de même…

Oui, évidemment, c’est aussi parce qu’Angelina est une amie que je réagis ainsi. Mais tout de même : voici l’histoire édifiante d’un magazine féminin, qui appartient au groupe Mondadori, lequel n’est pas particulièrement à la rue en matière financière, et qui plagie sans vergogne deux « frêles blogueuses ». Pour en savoir plus, je vous suggère de lire leur lettre ouverte au dit magazine.

Cher Grazia,

Peut-être ne le sais-tu pas, mais avant ta série sexo de cet été intitulée « In bed with… », il a existé un concept de billet sexuel de haute volée sociologique, très drôle, riche en conseils, en allusions, en jeux de mots, en aphorismes et en clins d’oeil pour toutes les bouches et pour toutes les bourses. Originellement connue sous un titre qui se veut un hommage à un film à peu près culte, « Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un amant (trois petits points) », cette série écrite à quatre mains illumine, depuis deux ans déjà, les blogs respectifs de BritBrit Chérie, déesse des blogs féminins, et d’Angelina, pondeuse occasionnelle de petites fables. A ce jour, notre productivité a déjà commis un mode d’emploi de l’amant communiste, l’amantécolo, l’amant geek, l’amant de droite, jusqu’à un amant grec manifestement très inspirant. 


Quelle ne fut donc pas notre surprise de découvrir cette semaine dans tes pages, ce guide de survie sexuelle chez nos amis Grands Bretons rédigé par une journaliste très documentée sur les moeurs de nos cousins d’Outre-Manche. 

Cet article qui décortique le parcours de la combattante française (ta lectrice) ayant la distrayante idée de vouloir pécho de l’English, utilise sans aucune autre forme de procès et donc sans gêne, notre concept de l’amant testé et passé au crible de notre sagacité. 

Quoique de l’avis général beaucoup moins drôle et beaucoup moins chiadé au niveau de l’écriture et des références culturelles, ce « In bed with… » est, selon nous, une grossière déclinaison de notre série coquine malgré un découpage par thèmes – lorsque nous sommes plutôt dans la thèse-antithèse – qui ne trompe personne. 

Que ta journaliste, en mal d’idées et de propositions pour remplir tes colonnes de sexe à deux balles et pas drôles, soit tombée sur l’un de nos billets va sans dire. Qu’elle s’en soit inspirée pour maintenir son taux de production rédactionnelle et insuffler un semblant de créativité dans tes pages n’est ni répréhensible ni honteux. Quoique.

A Palerme, les camarades ont compris.

Ce qui est par contre tout à fait scandaleux, c’est de n’avoir aucune imagination, de saupoudrer deux ou trois pauvres blagounettes, deux ou trois allusions à de vagues statistiques dont la source n’est même pas indiquée, dans un article plat qui distille plus l’ennui que l’envie de coucher avec un Anglais ou quoi que ce soit d’autre. Note que nous avons la décence de ne pas évoquer les effroyables clichés et contrevérités véhiculés ici et là. 

Se faire voler une idée n’est jamais agréable et peut-être devrions-nous le prendre comme une forme d’hommage à notre fécondité plumitive. Mais se faire bassement copier une idée brillante et drôle pour se retrouver vulgairement collées à la va-vite, sans joie et sans imagination, nous a fait sortir de nos gonds. Ce n’est pas que nous ne soyons pas prêteuses, mais tu trouveras cela peut-être idiot, nous aimons que le fruit de notre travail soit respecté un minimum.

Après maints tweets rageurs dont tu trouveras le détail ci-après, adressés à ton community manager, le sommant de s’expliquer, nous sommes actuellement toujours dans l’attente d’une réponse. Peux-tu nous rassurer sur son état de santé ? Est-il en vie ou simplement planqué dans le bureau du service juridique ?

Ce silence en unique retour, nous avons pris le parti de t’adresser cette lettre ouverte pour te sommer de reconnaître ce grave manquement déontologique et de t’expliquer sur ce dérapage inacceptable.

(…)

BritBrit Chérie & Angelina

Lire la totalité de la lettre ouverte d’Angie et Britbrit ici.

 

 

———————————

Bonus vidéo : Britney Spears « Criminal (Stay Boy Remix) »

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

2 responses to “Les fabulistes fabuleuses, Grazia, Mondadori et le plagiat

%d blogueurs aiment cette page :