PSA : un milliard pour fermer Aulnay, les salariés paient encore l’addition

Le communiqué que nous avons écrit pour le Parti de Gauche de Seine-Saint-Denis

 

Comme nous l’avons dénoncé depuis le mois de février 2012, le groupe PSA vient de confirmer son « plan de restructuration » d’un montant d’un milliard d’euros. Ce plan entérine la fermeture du site PSA d’Aulnay-sous-Bois, condamnant ses 3 300 salariés directs et les quelque 7 000 travaillant dans la sous-traitance. Au total, ce sont 10 000 emplois que le groupe va supprimer dans le monde.

Le groupe, qui rassemble les constructeurs automobiles Citroën et Peugeot, a certes vu ses bénéfices diminuer de 48 % entre 2010 et 2011, pour un bénéfice net final de 588 millions d’euros. PSA utilise la baisse de rendement pour les actionnaires pour justifier un plan d’austérité de 800 millions d’euros en octobre 2011, revalorisé à un milliard d’économie en ce début d’année 2012.

Mais de quoi parlons-nous ? Est-ce que PSA perd de l’argent ? Non, il gagne 588 millions d’euros après impôts ! Ce n’est pas rien, tout de même. Voici quelques autres chiffres émanant de la direction, qui témoignent de la bonne santé de PSA :

· Record historique du chiffre d’affaire : près de 60 milliards avec une progression de 6,9 % ;

· Bénéfice net positif à + 588 millions ;

· Résultat opérationnel à 1,3 milliard.

Ceci alors que nous sommes en période de crise, c’est connu. Ce faisant, PSA, désormais allié du groupe américain General Motors, s’inscrit dans la logique capitaliste : détruire l’emploi pour accroître ses bénéfices boursiers. Certes le marché automobile s’est contracté en Europe. La généralisation des politiques d’austérité qui cassent le pouvoir d’achat et l’emploi sont les premières responsables de cette situation.

Pour autant, PSA ne diminuera pas ses capacités de production. Au contraire, il les délocalisera dans des pays où la « marchandise humaine » coûte moins cher, où les normes environnementales sont moins drastiques. Qu’importe si, pour faire revenir la production dans les pays où elle peut être « consommée », il faut encore aggraver notre empreinte carbone. Il faut juste se rappeler que, sur un modèle courant de berline, le « coût du travail », sans mis en avant par le MEDEF et sa courroie de transmission politique l’UMP, ne représente qu’entre 15 et 18 %.

Le Parti de Gauche de Seine-Saint-Denis, comme il l’a fait à plusieurs reprises depuis la première fuite sur ce plan de liquidation, était encore aux côtés des salariés d’Aulnay-sous-Bois ce jeudi 12 juillet, à l’issue du comité central d’entreprises.

Ils sont rappelé notre revendication de longue date : une planification écologique permettrait d’envisager très sérieusement la construction de modèles respectueux de l’environnement. Il est possible de s’orienter dès maintenant dans ce sens pourvu que la direction le veuille. Pour cela, elle doit activer son centre de recherche et proposer pour Aulnay la fabrication d’une nouvelle voiture répondant aux exigences de l’époque.

Enfin, le Parti de gauche réclame une loi d’urgence proclamant un droit de véto des représentants syndicaux dans les Comités d’entreprise et l’interdiction immédiate des licenciements boursiers soit votée le plus vite possible.

Le Parti de Gauche Seine-Saint-Denis

——————————–

Bonus vidéo : Buzzcocks « Fast Cars »

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

8 responses to “PSA : un milliard pour fermer Aulnay, les salariés paient encore l’addition

  • babelouest

    Il y aurait pourtant un truc très simple, que le gouvernement peut mettre en place (s’il le veut) : taxer lourdement tout véhicule non monté en France, donc importé, quelle qu’en soit la marque, et malgré les pressions qui ne manqueront pas de venir de Bruxelles.

  • babelouest

    Et pendant ce temps-là, rien que le projet de ND des Landes, inutile comme tant d’autres, est estimé à 4 milliards par le Canard Enchaîné (en tenant compte bien entendu des indispensables dessertes par le rail et la route).

    Mais c’est LE projet du 1er ministre, alors….

  • jacques G.

    En 2007/2008 a l’époque de la prime a la casse,des économistes éclairés disaient deja que cette prime ne ferait que reculer l’échéance d’une fermeture des usines automobiles en France..Qu’il fallait penser l’automobile autrement…..4 ans apres, 8000 personnes sur le carreau…Il n’y a pas a dire,nos politiques sont de vrais visionnaires…

  • penseelibre

    et tout le fric qu’on leur a donné, le coût du travail ? ils m’irritent… 250€/mois comme un Chinois ? et le coût des licenciements ? tous les emplois, commerces, qui font fermer les concessionnaires, l’épicier du coin, la crèche plus rentable etc…
    tout ça parce que ça rapporte pas assez, les actionnaires ont reçu des millions.
    quand je les écoute ils me donnent envie de chialer.
    Cependant nous entendons 8 000 d’un coup, mais toutes les petites boites avec 1 ou 10 salariés qui ferment personne n’en parle, ça parait moins nombreux : illusion d’optique.

  • Laurent

    Bonjour,

    Vous écrivez dans le communiqué « sur un modèle courant de berline, le « coût du travail » […] ne représente qu’entre 15 et 18 %. ».

    Est-ce que tu aurais des chiffres sur les 85% restants (coût des matières premières, dividendes…) ?

  • PSA Aulnay : où sont les “irresponsables” ? | Collectif La Garde Le Pradet

    […] avec lequel, parmi d’autres blogueurs, j’avais rendez-vous hier soir. J’ai en mémoire quelques chiffres. PSA n’a réalisé que 588 millions d’euros de bénéfices mais va dépenser un milliard […]

%d blogueurs aiment cette page :