A samedi, chez moi, avec les « sans papiers »

Si vous habitez en Île-de-France, vous avez – quasi – rendez-vous chez moi samedi 1er septembre. Je sais, je devrais déjà parler du référendum sur le Traité de stabilité européenne, le TCSG… Mais d’autres le font mieux que moi, comme mes amis Romain Jammes ou Alain Bousquet. Je vous invite donc à aller les lire pour en savoir plus sur notre manifestation du 30 septembre. Moi, en ce moment, ce qui me démange, c’est le sort des sans papiers et des Rroms. Et, samedi 1er septembre, à 14h30, nous avons rencart place de la République à Paris pour aller en cortège jusqu’à l’église Saint-Bernard. Il s’agit de se rappeler qu’en 1996, « avec humanité et cœur », le sinistre de l’Intérieur d’alors, digne prédécesseur de l’actuel, envoyait la police avec des haches pour déloger les « sans papiers » réfugiés dans cette maison. Pour se rappeler, vraiment, ce qu’il s’est passé ce 23 août 1996, je vous renvoie à la lecture d’un témoignage poignant.

Si ça me tient tant à cœur, cette question, c’est parce que je n’attendais rien de la nouvelle majorité sociale-libérale sur les questions qui constituent pour moi le centre de l’action politique : pouvoir, capitalisme, redistribution des richesses. Ça fait bien longtemps que j’ai analysé leur renoncement quant à changer la vie. Il n’est qu’à écouter les propos de Montebourg en direction des syndicalistes de PSA… Ou entendre Pierre Moscovici annoncer, royal au bar, une baisse de deux cafés sur un plein (6 centimes par litre) d’essence.

J’ai voté pour virer le nain, ça c’est fait, et pour ceux qui ne pouvaient pas « se défendre » avec les mêmes armes que nous autres : les « sans papiers » et les Rroms essentiellement. Je nourrissais l’espoir que le gouvernement dit « socialiste » les traiterait d’une autre manière. Je ne suis pas totalement amnésique : je garde en tête le mot de Rocard, « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Mais quand même… Il suffisait de pas grand chose pour faire moins pire. Las, le Valls a pas mis le temps pour réfléchir et poursuit l’action de son Guéant de prédécesseur. Fermez le ban, la messe est dite : le changement, c’était du flan.

Il s’agit donc de maintenir le cap : régularisation de tous les « sans papiers », qui ne demandent qu’à bosser – pour la plupart c’est le cas – légalement. Quand on cherche des recettes supplémentaires pour faire tourner la maison France (ah ? Là, ce serait plutôt « on cherche à supprimer des dépenses » ? Comme avant donc ?), ce n’est pas si con que cela de se rappeler que les immigrés légaux, ceux qui ont des papiers donc, « rapportent » 12 milliards d’euros à la collectivité nationale chaque année.

Je ne vais pas en rajouter sur les traditions d’accueil de la France « patrie des droits de l’Homme », tout ça… A la fin, si les gouvernements qui se succèdent depuis la IIIe République avaient mis en œuvre la même politique qu’aujourd’hui en matière de « sans papiers », je vous le dis comme ça en passant : je ne serais certainement pas Français, je ne serais même probablement pas du tout. Et il en va de même pour pas mal d’entre vous amis lecteurs. Pour ce qui me concerne, je préfère me rappeler de la place réservée aux étrangers pendant la Commune de Paris.

« Nombreux sont les étrangers qui participent à la Commune : les travailleurs immigrés, que l’on compte par milliers, surtout Belges et Luxembourgeois, les Garibaldiens et les révolutionnaires qui cherchaient asile dans le pays incarnant les Droits de l’homme. Fait unique dans l’histoire mondiale, plusieurs étrangers occupent une place dirigeante dans le processus révolutionnaire. Un juif hongrois, ouvrier bijoutier, Léo Frankel, siège au Conseil général de la Commune. La commission des élections, le 30 mars 1871, valide ainsi son élection : « Considérant que le drapeau de la Commune est celui de la République universelle ; considérant que toute cité a le droit de donner le titre de citoyen aux étrangers qui la servent […], la commission est d’avis que les étrangers peuvent être admis, et vous propose l’admission du citoyen Frankel.. » Léo Frankel est promu ministre du Travail et inspire toute l’œuvre sociale de la Commune. Des généraux polonais, Dombrowski et Wrobleski, assument des commandements militaires. La Russe Elisabeth Dmitrieff dirige l’Union des Femmes. »

Oh ! Pas de nostalgie dans mon propos. Juste la revendication d’une filiation politique et philosophique. Comme le précise mon syndicat, la CGT, il s’agit « de rappeler au gouvernement actuel ses engagements de campagne et faire la preuve que les sans papiers, travailleurs sans papiers, organisations syndicales, associations et collectifs restent encore et toujours mobilisés depuis l’évacuation de l’église Saint Bernard ». Alors, à samedi, j’espère.

————————————

Bonus vidéo : Metroland « The Passenger »

 

 

 

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

11 responses to “A samedi, chez moi, avec les « sans papiers »

  • jacques G.

    l’éloge des étrangers sur notre beau pays ne dure que s’ils restent chez eux…les multiples ministres de l’interieur qui se succédent veulent casser le mythe,la france terre d’accueil c’était avant…il y a bien longtemps..Toi manuel valls, fils ou petit fils d’immigré,comment oses tu,tu n’as pas honte, si tes aieux avaient été acceuilli ainsi…ah tu n’aurais sans doute jamais été ministre et ça serait un bien pour ce pays…

  • Claude P.

    J’aime toujours quand tu rappelles l’histoire du Peuple de gauche, Nathanaël !! merci pour ce papier !

  • BOUTHILLON

    MEDIAPART – Environ 2 000 Roms ont été délogés cet été
    29 AOUT 2012 | PAR CARINE FOUTEAU

    Près de 200 personnes expulsées d’un terrain à Saint-Priest, dans le Rhône, mardi 28 août ; environ 80 la veille à Évry en région parisienne ; neuf familles l’avant-veille dans le centre de Lyon : malgré la réunion interministérielle consacrée le 22 août à la gestion des campements illicites, les évacuations forcées de Roms se poursuivent sans, pour l’instant, être compensées par des solutions effectives de relogement. De tout l’été, elles n’ont pas cessé, avec une accélération entre fin juillet et début août.
    Saint-Étienne, Lyon, Aix-en-Provence, La Courneuve, Vaulx-en-Velin, et dernièrement Évry et Saint-Priest : les démantèlements se succèdent en effet à un niveau élevé à la suite de décisions de justice mais aussi d’arrêtés municipaux issus d’élus de droite comme de gauche. À chaque fois, ou presque, le même scénario se reproduit : les cabanes sont encerclées à l’aube par la police, les affaires sont détruites et les habitants, sommés de quitter les lieux, trouvent dans une ville avoisinante un nouvel emplacement pour poser leurs bagages.
    Arguant que les interventions sont décidées localement, le ministère de l’intérieur déclare ne pas disposer d’état des lieux centralisé. Pour tenter d’établir un premier bilan, Mediapart a collecté diverses notes de veille réalisées par des acteurs associatifs ou des militants sur le terrain.
    Selon le décompte de Philippe Goossens, membre du bureau de l’Association européenne pour la défense des droits de l’homme, chargé de la question des Roms en Europe, 2 362 personnes ont été délogées au cours des deux derniers mois, parmi lesquelles 954 en juillet et 1 408 en août. Ce nombre « très élevé » n’intègre pas les 500 Roms évacués de Stains mercredi 29 août. Il se compare, indique-t-il dans un rapport qu’il vient de finaliser « aux pires moments vécus lors de l’été 2011, période pendant laquelle la campagne du pouvoir (précédent) était particulièrement virulente ». Il est nettement supérieur à celui de l’été 2010, quand cette population avait été stigmatisée au plus haut niveau par les représentants de l’État. « Les évacuations forcées n’ont pas débuté soudainement avec le discours de Grenoble, elles se produisaient depuis longtemps, rappelle-t-il, mais leur nombre a marqué une nette augmentation ensuite. »
    Deux ans plus tard, en juillet et en août 2012, le responsable associatif répertorie la présence de 185 enfants parmi les “évacués” et recense 389 obligations de quitter le territoire français (OQTF), chiffre qu’il estime en deçà de la réalité, la délivrance de ce type de document « n’étant que sporadiquement rapportée ». Les expulsions du territoire n’ont pas cessé non plus : deux charters sont partis de Lyon, l’un le 5 juillet et l’autre le 9 août, à destination de Bucarest avec 343 personnes à bord.
    Ces données, Philippe Goossens, auteur du livre Les Roms, dignité et accueil (L’Harmattan, 2011), les compulse depuis début 2010 à partir de témoignages directs ou rapportés par des soutiens, d’articles de presse et de communiqués et les publie tous les trois mois. Elles ont été recoupées et seules les plus fiables ont été retenues, insiste-t-il, tout en reconnaissant qu’elles ne constituent qu’une estimation. Des évacuations, effectuées en toute discrétion, ont pu échapper à l’attention des médias, tandis que des personnes sont susceptibles d’être comptabilisées plusieurs fois lorsqu’elles font l’objet de plus d’une expulsion. Dans un tableau récapitulatif, chaque source est recensée, accompagnée entre autres du lieu, de la date et du nombre de personnes concernées.

    « Sur le terrain, rien n’a changé par rapport aux années précédentes »

    Blogueur à Mediapart, Philippe Alain, basé à Lyon et investi auprès des Roms de sa ville, aboutit à un décompte analogue. Selon lui, pour le seul mois d’août, environ 1 300 personnes ont été contraintes de quitter leur lieu de vie, sans compter celles qui ont été expulsées par charter. « Avec la fin du mois de juin et du mois de juillet, on atteint nécessairement les 2 000 », indique-t-il. Au sein de l’équipe du collectif Romeurope, une chronologie a été élaborée. Elle est tout aussi éloquente, regroupant les évacuations par région. Elle liste aussi les multiples menaces pesant sur des terrains en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, à Paris, dans le Languedoc, dans le Nord, en Lorraine et en Loire-Atlantique.
    150 personnes ont été évacuées lors de l’expulsion du campement de Villeneuve-d’Ascq. © Reuters
    « Je suis surpris et choqué par ces pratiques de la part d’un gouvernement socialiste », affirme Philippe Goossens. « Sur le terrain, poursuit-il, rien n’a changé par rapport aux années précédentes. Les méthodes policières sont identiques, les CRS viennent en masse pour les expulser. Même quand il y a des femmes et des enfants, ils arrivent harnachés avec leur équipement et font peur à tout le monde. Parfois, ils font des tours plusieurs jours avant pour les inciter à partir d’eux-mêmes, ça peut prendre la forme de harcèlement. Après leur passage, vers 10 heures, les bulldozers débarquent et rasent tout, c’est pour cela que certains occupants préfèrent partir avant. Les associations ont beau crier, elles sont impuissantes. »
    À propos des propositions de relogement, il est particulièrement critique : « Il n’y en a pas plus qu’avant et quand il y en a, elles séparent en général les familles en étant destinées uniquement aux femmes accompagnées d’enfants en bas âge dans un hébergement d’urgence pour quelques jours. Pour cette raison, elles sont très souvent refusées par les personnes concernées. »
    Sur cet aspect, la circulaire évoquée en début de semaine par la ministre de l’égalité des territoires et du logement, Cécile Duflot, est attendue avec impatience par les défenseurs des droits des Roms. Selon son cabinet, ce texte en cours de signature auprès des ministres concernés devrait permettre de coordonner « très en amont » les actions des préfets, des collectivités locales, avec celles des familles et des associations. Un diagnostic individualisé devrait être établi dès l’installation d’un campement avec pour mission de dénombrer les personnes présentes, leur situation et leurs besoins. Les services de l’État seraient mobilisés afin de proposer des solutions en matière éducative, sanitaire et de logement.
    « Pour l’instant, ce que l’on constate, c’est que les expulsions se poursuivent au quotidien », regrette Patrick Delouvin, responsable du pôle France à Amnesty international, qui refuse néanmoins toute comparaison avec le quinquennat précédent. « On en est quand même très loin dans le discours, ainsi que dans les engagements », ajoute-t-il.
    Il fait référence à la principale annonce du gouvernement à l’issue de la réunion interministérielle convoquée à la demande des associations qui souhaitaient que le ministère de l’intérieur ne gère pas seul le dossier : l’« assouplissement » des conditions d’embauche des Roumains et Bulgares, qu’il considère comme un « premier pas dans la bonne direction ».
    Coordinateur du collectif d’associations Romeurope, Malik Salemkour, également vice-président de la Ligue des droits de l’homme, déplore la « flambée » des expulsions « fin juillet et début août » liée, selon lui, au fait que les préfets, en l’absence de consignes claires et « confortés par les déclarations de fermeté de Manuel Valls », ont continué à agir comme si de rien n’était. Mais lui aussi juge la situation actuelle incomparable à celle observée en 2010 et 2011 :
    « On a tout d’abord obtenu du premier ministre que le sujet ne soit pas accaparé par le ministère de l’intérieur et qu’il soit resitué à l’échelon européen. Certes, la levée partielle des mesures transitoires sur le travail est insuffisante dans la mesure où ont été maintenues les tracasseries administratives liées à l’obligation pour les Roumains et les Bulgares d’obtenir une autorisation de travail et un titre de séjour. Mais il faut se souvenir de la politique du chiffre et des propos stigmatisants et parfois racistes tenus lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy par le président lui-même, des membres du gouvernement et des élus de la majorité. »
    Il veut croire que les préfectures sont prêtes à modifier leurs pratiques. Des réunions ont eu lieu en amont des démantèlements à Lille, Nantes, Lyon et Marseille. Jusqu’à présent pour aboutir au même résultat : l’expulsion avec des propositions de relogement a minima.
    http://www.mediapart.fr/journal/france/280812/environ-2000-roms-ont-ete-deloges-cet-ete?page_article=2

  • babelouest

    Je serai avec vous en pensée, les copains : c’est un peu loin.

  • La rénovitude » Blog Archive » Exclusif: on a retrouvé le vrai texte du TSCG

    […] ou brouillon se trouvait à tort dans une poubelle en plastique pour déchets recyclables. Il aurait dû être broyé si nous ne l’avions pas […]

%d blogueurs aiment cette page :