Papa, maman, Staline et moi

Au départ de cette note que je tourne depuis quelque temps, il y a cette interpellation sur twitter, rapport à l’avatar du moment du compte du blog. Genre : « C’est une blague ton avatar ? Ou bien ? » Donc, je ne vais pas me justifier. C’est pas le genre de la maison. Mais je vais sauter sur l’occasion, comme la vérole sur le bas clergé, pour évoquer Oncle Joe et exposer mes quelques vérités sur ce sujet. Je ne vais parler que d’Oncle Joe et de ses continuateurs, pas de l’état d’avancée économique et sociale de feu l’Union soviétique. Cela précisé suite à une discussion tatillonne avec Arthur Fontel.
Je précise aussi que dire la vérité sur Staline ne consiste pas, en creux, à réhabiliter Trotsky. Son tour viendra bientôt.

Au départ, évidemment, c’est une blague. Et peu me chaut que vous ne goûtiez pas cet humour. Ma maman, femme admirable ô combien (coucou M’man), m’a appris, dès tout petit, qu’il fallait rire de tout. C’est même à cela que l’on reconnaît l’intelligent. Quand quelqu’un commence à restreindre le droit à l’humour, la restriction du droit à penser par soi-même ne se tapît pas loin. Et, derrière, la dictature de la pensée unique avance, masquée certes, mais progresse. Ça, c’est pour la première partie. La plus courte.

Vient ensuite papa. Quand j’ai adhéré au Parti communiste français, en 1988, quinze jours après mon inscription à la faculté d’histoire de Limoges (j’avais réalisé le combo magique : UNEF-SE, UEC, PCF en moins de deux semaines), je le lui ai annoncé. J’étais assez fier de moi : le fils de syndicaliste Cédétiste, nourri à Marx, Mao et autres joyeusetés très « soixante-huitardes » et plus si affinités, reprenait le flambeau de la lutte des classes. Las, je ne savais pas que papa appartenait au camp de la social-démocratie canal habituel et que l’anticommunisme était sa seconde passion. Plutôt que de me faire un grand sermon, papa m’acheta donc le petit livre de Julian Gorkin Les Communistes contre la révolution espagnole. Dans ce volume ô combien précieux se dessine la tragédie de la 2e Républicaine espagnole et se livrent au grand jour les assassinats de trotskistes, anarchistes et autres déviationnistes par la police stalinienne.

De là naît ma passion pour la naissance des partis communistes en Europe essentiellement. Je m’en vais la nourrir, en féru d’histoire que je suis, de moult lectures, des plus orthodoxes aux plus déviantes. Furet ne me fait pas peur. Aussi quand, dans les années 1995-1996 (z’avez vu l’ellipse ?), je lis dans l’Huma que l’armée rouge, commandée alors par le « camarade » Staline himself, « serait peut être responsable des massacres d’officiers polonais à Katyn » (le conditionnel est de l’Huma et d’époque), mon sang de Polak ne fait qu’un tour. S’en suit une engueulade homérique avec Pierre, secrétaire fédéral du PCF de l’Allier et pourtant un bon copain. C’est que je sais que la direction du Parti Communiste polonais est liquidée en 1937 pour son opposition au futur « petit père des peuples » mais aussi parce qu’elle est trop juive.

Je n’ai pas eu besoin de lire les chefs d’œuvre des frères Vaïner, à commencer par L’Evangile du bourreau, pour prendre conscience de l’antijudaïsme pragmatique de Staline et de sa (petite car régulièrement décimée) garde rapprochée. J’ai compris depuis un bail que Béria, lui, est un bouffeur de juif dans le fond. Mais il n’y a pas que cela. Le système stalinien, qui atteint son paroxysme quand l’URSS a gagné la guerre à mort contre les nazis, est un système dictatorial, aux tendances totalitaires, qui n’a absolument rien à voir – de près ou de loin – avec le communisme. On peut arborer les oriflammes frappées des faciès de Lénine et Marx sans être un communiste. Quelqu’un parmi vous considère-t-il la Corée du Nord comme un régime authentiquement communiste ? Ce serait aussi absurde que de considérer le parti dit « sérieux » comme un parti socialiste au sens historique du terme.

Or, donc, cela m’amène à ma vraie réflexion de fond, politiquement s’entend. Au risque de décevoir mes amis trotskistes, qui croient encore que la Révolution d’Octobre 1917 se reproduira demain, dès lors que l’on considère le « communisme de guerre » et la « Nouvelle Politique économique » (la NEP) puis la prise de pouvoir par Staline, le communisme tel qu’envisagé par Marx n’a aucune historicité. Je conçois que les quelques badernes réactionnaires biberonées à la glose de Stéphane Courtois en tireront quelque tristesse. Le renégat Courtois a perdu son statut d’historien avec son Livre noir du communisme dès lors qu’il a tenté de faire exister quelque chose qui n’a aucune traduction historique. C’est ballot mais c’est ainsi.

Voilà donc pour Staline. Le « petit père des peuples » n’a rien à voir avec le communisme. Et je me souviens, en guise de conclusion, d’un épisode albigeois. En 1991, j’étais rédacteur en chef de l’hebdomadaire de la fédération du Tarn du PCF. Cette année-là, les derniers nostalgiques de ce « socialisme de caserne » qu’était le régime dit soviétique ont tenté un putsch. Dont l’échec n’a eu d’effet que de permettre la prise de pouvoir de cet alcoolique d’Eltsine et des ex apparatchiks vrais héritiers de Staline dans l’exercice du pouvoir. La déroute des nostalgiques de la dictature m’a fait sauter de joie. Enfin, la chute définitive de ce qu’il restait du bloc de l’Est mettait fin à la confusion mentale. Nous allions pouvoir construire le communisme et le proclamer sans honte, sans craindre l’amalgame. Je ne parle pas ici du recul en matière de niveau de vie qu’ont subi les habitants des pays de feu le bloc de l’Est. Je croyais que c’était clair mais on m’a dit qu’il fallait préciser.

Je reste convaincu de l’objectif mais j’ai bien peur d’avoir fait preuve d’un peu trop d’enthousiasme. Visiblement, il y a encore des crétins pour croire que l’URSS était vraiment un pays communiste. Il y a du boulot, moi je vous le dis.

——————————-

Bonus vidéo : The Weathermen « Poison (12″ Mix) »

À propos de Nathanaël Uhl

Journaliste politique, passionné de musiques, supporter de l'Olympique de Marseille et du Liverpool FC, grand amateur de littérature et notamment de polar. Mon blog est aussi un hommage au journal "Le Cri du peuple" créé par Jules Vallès pendant la Commune de Paris. Voir tous les articles par Nathanaël Uhl

14 responses to “Papa, maman, Staline et moi

  • Malek Gérard

    Bonjour,
    Ton topo m’a fait rire. J’aime bien ta gouaille même si elle me paraît parfois facile. En ce qui me concerne, je crois comme toi que les lendemains ne chanterons pas si table rase n’est pas faite des combats d’après-garde et si nous nous démarquons pas clairement à la fois d’un discours « niaka » style trostkyste, d’un discours plus « mignon » style « front de gauche » dont plus d’une attitude me chagrine (position au 2ème tour, un certain racisme par rapport au monde arabe, une désafection par rapport à une solide réflexion économique… et j’en passe.

  • Arthur

    Je m’aperçois non sans fierté que je suis bien plus Stal’ que toi. Je pense que détailler mon propos ici serait confus. J’essaierai de prendre mon courage à deux mains pour détailler en quoi mon point de vue diffère ici du tien, même si, pour l’essentiel, je partage tes arguments.

  • erlea

    Re-bonjour camarade,
    Réponse cinglante concernant mon absence d’humour sur le sujet! Difficile en 140 caractères de faire entendre une pensée complexe. Mais là n’est pas le problème.
    Sache que ma préoccupation première n’était pas de faire respecter de supposées injonctions à la pensée unique en matière d’humour mais plutôt la crainte que cet humour (qui ne peut être compris que dans l’entre-soi militant du FdG) ne prête le flanc à ces « crétins [qui croient] que l’URSS était vraiment un pays communiste. » Voilà qui est dit. Merci pour les références littéraires! (exit le livre noir du communisme!!!)

  • Arthur

    Nath, le mec avec qui j’arrive à m’engueuler parce qu’on est d’accord… merci pour l’edit de précision. Sinon, les crétins de droite, qu’ils crèvent à coup de piolet. Parle-moi des goulags, je te proposerai une exécution sur place =)

  • OuldC

    Dis, on t’accuse de ‘racisme sur le monde arabe’ et tout ce que tu trouves c de demander de la lecture … Ça me rappelle cette fameuse réplique que tu connais, évidemment :  » Moi, il me fend le cœur, et toi, toi .. il te fait rien ?! » Dans la même veine voici une jolie histoire corse que tu as surement entendue :
    Le papa veut offrir un pistolet à son gamin pour ses étrennes ! Mais le gamin, lui, préfèrerait une montre ! Le papa dit  » Comme ça, quand on t’insultera tu donneras l’heure ! »
    Bien à toi …

  • GERARD PERRIER à PUYLOUBIER (13114)

    Cher Nathanël , Tu devrais lire ,si je puis me permettre car tu ne le mentionnes pas, PIERRE BROUE et le marseillais E.TEMIME LA REVOLUTION ET LA GUERRE d’ESPAGNE (Minuit) paru au début des années 60 et alors proscrit des stals.
    De même te manque l’histoire de « l’IC de 1919 à 1943 » par le même Broué (FAYARD ,1995) ..ça te ferait mettre en perspective historique avec plus de précisions ce que tu as vécu .Je n’ai jamais été à l’OCI que Broué quitta en 1981 et qui fut mon ami .Bien à toi .GERARD PERRIER

    • lecridupeuple

      Salut Gérard et merci d’être passé, d’avoir pris le temps de lire et de commenter.
      Je précise juste que je n’avais pas vraiment l’intention de rédiger une note historique et politique précise. Les ouvrages que tu cites, je les ai lus bien évidemment. J’ai beaucoup de respect pour Pierre Broué dont le travail d’historien est de très haute valeur. J’ai eu l’honneur de rédiger un article pour sa revue Le Marxisme aujourd’hui, d’ailleurs, il y a quelques années.
      Amitiés et fraternité mon camarade,
      Nathanaël

  • Pascal Villalba

    Salut Nath !
    Décidément que de similitudes, s’il n’y avait cette incompréhyensible passion pour l’OM…
    Là, la similitude, c’est la raison pour laquelle j’ai finalement opté pour le communisme orthodoxe : après avoir refermé le livre d’Arrabal « lettre aux communistes espagnols » (Cartas a las communistas etc.).
    Bien qu’au premier degré, l’auteur reprend tant de clichés et de mensonges, qu’il en devient une caricature de l’anticommunisme primate.
    Merci Arrabal !

%d blogueurs aiment cette page :