Archives de Tag: chroniques montreuilloises

Intermède éthylique et matinal à Montreuil

Avec le mauvais esprit qui me caractérise, je ne résiste pas au plaisir vous faire partager l’échange de sms que j’ai eu, dimanche 15 juillet dans l’après-midi. Les noms n’ont pas été changés, il n’y a aucun innocent à protéger.

Indic : Qui s’est pointé bourré à une commémoration à 10h30 ce matin ?
Moi : Non ? C’est mon cadeau ?

Indic : Yes. Alors un nom ?
Moi : L’amère ?

Indic : Nan. Pas là. Un autre.
Moi : Petitjean !

Indic : Sérieux, tu vois Petitjean à la commémoration de la rafle du vél d’hiv ?
Moi : Me rappelle plus son nom… Ah si ! Monteagle !

Indic : Nan. Lui il a fait le discours de l’amère. Bien anti-communiste.
Moi : Alors, je sèche 😦

Indic : Ben… 1,54m. Socialiste. Député.
Moi : la vache !

Indic : Un beau discours vide avec des phrases creuses dedans. Le tout imbibé. Vive le baba.

Le député fictif est au centre avec le verre à la main

Bon… Sérieusement… Il est jeune. Il a la même vie que les ados de son âge : le samedi soir, c’est binge drinking. Z’allez pas en faire un flan ? (Lui, si, sûrement, il en a fait un dans la nuit). Pour une fois qu’on a un député, même fictif, qui a la même vie que ses concitoyens… Ah ? Vous pensez qu’un parlementaire doit donner l’exemple ? Vous êtes trop méchants en vrai.

———————————–

Bonus vidéo : The Specials « Too Much Too Young »


Chroniques montreuilloises : 11e épisode

« C’est un roman d’amitié qui commence », disait la chanson dans les années 80. A lire les courtoisies que tweete l’amère au député fictif, c’est la lune de miel entre la rouquine et Hammadi. Elle a honoré de sa présence le banquet républicain organisé par le nouveau député de Montreuil-Bagnolet le 7 juillet. Un banquet où « 500 personnes (étaient) prévues » mais dont nous n’aurons aucune photo d’ensemble, juste quelques plans serrés. Je sais comment faire croire qu’il y a du monde quand c’est un plantage. C’est même mon métier, ou une partie. Bref, entre l’amère et son député, c’est l’amour. Comme aux premiers jours d’avril 2008, entre elle et Mouna Viprey.

Tout n’était alors que joie, félicité, bons sentiments. Sauf pour celles et ceux qui savaient lire entre les lignes. Je me souviens, dans cette salle des fêtes où était réuni le personnel communal, le propos de Mouna : « Je suis première adjointe chargée de l’enfance avec vocation à avoir une délégation plus générale ». Nous étions quelques uns à comprendre « j’ai vocation à être maire bis ». Bis repetita aujourd’hui avec le député fictif qui a bien l’intention d’être maire, quelque part. En témoigne ce savoureux tract distribué dans toutes les boîtes à lettres de la circonscription, dans lequel il écrit, sans vergogne :

« Je rencontrerai rapidement l’ensemble des élus locaux, quelle que soit leur sensibilité politique, pour faire le point sur les dossiers urgents et préparer les bases d’un travail efficace dans votre seul intérêt. (…) Je présenterai prochainement l’équipe qui sera à mes côtés pour porter le changement et défendre nos territoires. »

Pour mémoire, un député est censé élaborer et voter les lois. C’est pour que les nouveaux députés puissent pleinement réaliser ce mandat que le parti dit « sérieux » s’est (s’était ?) engagé sur le non cumul des mandats. Quel besoin, pour écrire les lois, de vouloir rencontrer les élus locaux et défendre « nos territoires » ? A moins que… Non ? Le député de fiction voudrait-il se pose en maire de fiction ? D’où son appel pressant au rassemblement ? Mais non, ce n’est que du mauvais esprit. Razzy H. est tout entier concentré sur son mandat de parlementaire. Et ce n’est pas parce que de mauvaises langues l’affubleraient d’une relation supposée particulière aux choses d’argent qu’il faudrait voir un lapsus révélateur dans la phrase suivante, extraite elle aussi du tract distribué en toutes boîtes :

« Je siégerai dès cette semaine à l’Assemblée nationale, qui tiendra ensuite une cession (sic) extraordinaire ».

Comme je suis gentil, je ne traduirai pas par « député à céder ». Parce que des bails à céder, sur Montreuil, il y en a quelques uns. C’est même l’heure des manœuvres immobilières pour qui en a les moyens. L’info n’a fait pas grand bruit, mais le tribunal administratif a cassé la délibération instaurant le Plan local de l’urbanisme (PLU). Ce texte réglementaire définit les règles d’urbanisation de la commune et notamment les zones où l’on peut construire mais aussi la manière dont on peut construire. Grosso modo, pour qui sait lire un PLU, on peut savoir si la part belle est faite aux promoteurs ou aux habitants, les intérêts des deux sont difficilement conciliables. Il faut se souvenir sur ce sujet des propos de Jacques Archimbaud, directeur du cabinet de l’amère d’alors, qui dévoilait en février 2010, dans les colonnes de L’Express, la stratégie urbaine d’Europe Ecologie-Le Vide à Montreuil :

« Notre atout, c’est qu’un quart de l’espace public demeure à l’abandon. Des logements seront construits sur ce foncier libre. Cela augmentera les prix de l’immobilier et éloignera les couches les plus populaires vers les 2e et 3e couronnes. Mais certains y trouveront leur compte, vendant leur pavillon à des bobos avec une grosse plus value. »

Cette petite citation éclaire les grandes orientations du PLU de l’amère que vient de casser le Tribunal administratif. Je vous renvoie à la déclaration de mon ami Gaylord Le Chequer qui a bien montré les enjeux de cette décision qui empêche, heureusement, que Montreuil ne soit à vendre. Mais je ne résiste pas au plaisir de citer les propos de Pierre Mathon, ancien responsable des Verts du 93 et d’Île-de-France :

« Le PLU […]instaure un zonage qui permettra à des propriétaires privés et publics de bétonner, de morceler et de défigurer, de manière irréversible, l’espace des murs à pêches, lui faisant perdre son identité et son intérêt. Il faut ensuiteengager une véritable concertation. […]Il serait pour le moins paradoxal qu’une mairie Verte ne prenne pas ces dispositions, contraignant ainsi les écologistes à combattre son projet d’urbanisation des Murs à pêches comme nous avons combattu celui de Jean-Pierre Brard. »

A celles et ceux qui me rétorqueront « que proposez-vous à la place ? », je vous invite à lire ma contribution, un peu théorique certes mais que je me ferais grand plaisir de décliner en pratique localement dès lors que les squatteurs de l’hôtel de ville auront quitté les lieux.

C’est la crise du logement : cette belle demeure datant de 1935 est en partie squattée, notamment au 1er étage.

Bon, il est temps de conclure cette petite chronique sur une note un peu drôle, pour vous souhaiter bonnes vacances. Vous avez sûrement noté que le dénommé Alain Callès est conseiller municipal « délégué à la lutte contre les discriminations ». C’est un vrai enjeu politique, surtout dans une ville aussi métissée et populaire que l’est Montreuil. On peut donc se féliciter que ce soit un ancien président du Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples qui ait en charge ce dossier. Peut-on se féliciter que ce dernier publie par deux fois sur un site qui a tenté en 2010, avec le Bloc Identitaire, d’organiser un apéro pinard saucisson dans mon quartier, la Goutte d’or ?

Allez, bonnes vacances !

Bonus copain : retrouvez la sélection juin 2012 des Montreuillois de Rizome Corp (c)

—————–

Bonus vidéo : The Sex Pistols « Holidays In The Sun »


Chroniques montreuilloises : 10e épisode

Comme de juste, ce nouvel épisode des Chroniques montreuilloises arrive le jour d’un conseil municipal. Et pas n’importe lequel. C’est la deuxième partie d’un marathon entamé lundi soir. Quand le vent était absent mais que l’éolienne devant l’hôtel de ville tournait toujours. Un signe, me direz-vous. Ou la créativité de l’amère et de ses affidés. Est-ce que l’énergie produite par la dite éolienne, accumulée, pourrait faire tourner les pales de la chose même quand il n’y a pas de brise pour l’animer ? Je vous renvoie à vos cours de physique pour trouver la réponse à cette question. Si ce n’est pas suffisant, je fais mienne la suggestion d’un ami : l’air brassé par l’amère et son équipe sont suffisants à pallier l’absence d’Eole.

Donc, ce soir, l’amère va mettre sur la tables les tickets restaurant pour le personnel communal. De l’art de faire passer la vessie d’un recul pour ceux qui en avaient le plus besoin pour la lanterne d’une avancée pour tous. Pour mémoire, je vais rappeler ce qu’elle déclarait sur ce sujet en début de mandat :

« Pour ceux qui ne peuvent manger à la cantine de Monoprix, je vais nouer des partenariats avec les restaurants d’entreprises et de collectivités à proximité de leur lieu de travail pour qu’ils puissent eux aussi bénéficier d’un repas complet ».

Je vais vous éviter l’exposé des arguments en contre, ce sera bien mieux en live ce soir. L’amère montera-t-elle au créneau pour jouer sa fausse partition genre « je fais le mieux possible pour tous et vous, méchants gauchistes, vous ne voyez que le mal ». C’est drôle comme la pseudo victoire des législatives (90 voix d’avance au 1er tour pour une social-démocratie unie…) rend les vers de Montreuil hargneux. Petit exemple, lors du conseil de lundi dernier, cette adresse amicale de l’amère à son adjoint à la jeunesse : « Il faut dormir la nuit pour être en forme le jour. » Si ça se trouve, l’adjoint en question avait tenté de rencontrer les jeunes en nocturne… Dans le même temps, on apprend que bon nombre des élus de l’amère roupillaient gentiment sans se faire morigéner eut égard à leur grand âge.

Je suppose que tout-Petitjean était du lot, vu qu’il dort même dans les réunions qu’il est sensé animer. Retour en arrière, avril 2011 lors de la réunion relative au suivi de la Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) sur les Roms. C’est vrai que ce n’est pas grand-chose, à Montreuil, les Roms. Ce doit être pour ça que notre tout-Petitjean, rapporteur de la dite mission de suivi de la MOUS, s’est fait sa petite sieste pendant la réunion. Il était tard : la réunion ayant lieu à 20h30 et plus… Parce que l’animateur du regretté Poivron rouge l’avait demandé.

Pour en revenir à la victoire en trompe l’œil de Razzy Hammadi, faut croire que, dans le fond, les Vers n’en voulaient pas. J’ai déjà évoqué les saillies de Florence Fréry contre le désistement républicain – qui a bénéficié à leur chouchou – dans le précédent épisode. L’analyse réalisée par l’inénarrable tout-Petitjean à l’attention de Montreuil Vrai-Ment vaut son pesant d’or. Le désistement républicain y est présenté comme la scorie d’un système stalinien. Je vais me permettre de le citer :

« Cumul et désistement vont de pair avec l’idée de ne pas, sauf exception, vraiment chercher à mettre en difficultés les sortants du parti de gauche concurrent. La priorité aux sortants est (en principe…) une idée de base des appareils de gauche. En principe, car ils ne résistent pas toujours à l’appétit du pouvoir. »

La conclusion, « ils ne résistent pas toujours à l’appétit de pouvoir », constitue un joli coup de pied de l’âne en direction du désormais député fictif. Dont la gloutonnerie en la matière n’est plus à mettre en lumière. Tout-Petitjean n’est pas avare de scuds contre son propre camp. J’espère que l’amère a savouré ce puissant « il n’est même pas sûr que les formes d’exercice du pouvoir de la municipalité ne portent pas toujours des scories de l’ancien temps », quasi conclusion d’un courriel destiné à quelques 200 sympathisants de l’actuelle municipalité. Serait-ce à dire qu’il y aurait une trop forte personnalisation du pouvoir au sein de l’équipe qui dirige la ville de Montreuil en ce moment ?

Ou est-ce encore un de ces accès de schizophrénie dont ils sont coutumiers ? A l’image de ces rodomontades très amères après le rappel exprimé par Alain Vidalies, ministre des relations avec le Parlement, à la « discipline de vote » qu’intègre l’accord électoral conclu au niveau national entre le parti dit « sérieux » et Europe Ecologie-Le Vide. Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce tweet de la rouquine : « Hallucinant ET idiot ! #Vidalies : « les députés #EELV auront la liberté d’expression, pas la liberté de vote » ». Pour comprendre le sel de cette sortie, il faut juste se rappeler que l’amère a tenté d’imposer aux élus Renégats Socialistes de Montreuil la même discipline de vote, au temps où ils étaient encore dans la majorité… On sait comment tout cela a fini. Le RSM a quitté la majorité. Les députés EELV feront-ils de même à l’Assemblée ? J’en pouffe d’avance.

Côté socialiste, l’anecdote du jour, qui témoigne que le parti dit « sérieux » est vraiment déboussolé à Montreuil, c’est qu’Alexie Lorca (« Alexie qui ? » Oui, je sais, moi aussi) est venue se montrer à la réception organisée par Jean-Pierre Brard pour remercier les camarades qui avaient mené sa campagne. Allez, Alexie, encore un petit effort et tu finiras à gauche.

Marche dans les deux sens de lecture

————————————-

Bonus vidéo : One Inch Punch « Gemini »

Normal


Chroniques montreuilloises : 9e épisode

Décidément, la vie politique montreuilloise réserve bien des surprises. Je ne vais pas passer sous silence l’événement : Jean-Pierre Brard ne siégera plus sur les bancs de l’Assemblée nationale. Il a appliqué notre principe de désistement républicain, bien que les précédents auraient pu l’en dissuader. J’en suis triste, je l’ai soutenu. Le Yalta passé entre l’amère et la rue de Solférino a donc porté ses fruits. Après les deux essais infructueux de Mouna Viprey – essais qui l’avaient amenée à passer alliance avec l’amère, on s’en souvient -, c’est donc celui qui avait promis aux habitants d’Orly de « rester à leurs côtés » qui représentera les Montreuillois et les Bagnoltais dans la chambre basse du Parlement.

Enfin, si les conditions du vote sont remplies. A l’heure où j’écris ces lignes, j’entends encore les coups de téléphone entre le cabinet de l’amère et tous les responsables politiques montreuillois. L’objet de cet affolement ? Vue la base militante d’Hammadi, il n’y avait pas, vendredi soir, assez d’assesseurs pour ouvrir les bureaux de vote dans des conditions normales dimanche. Ce qui amenait Claude Reznik, élu Europe Ecologie-Le Vide de Montreuil, à sonner l’alarme avec un très amical : « Les proches de Razzi Hamadi (les fautes sont d’origine) seront présents mais en trop petit nombre pour assurer la relève ». Etonnant, non ?

Les bureaux de vote de Montreuil ouvriront-ils à l’heure dimanche ?

J’ai du coup questionné ma conseillère municipale, Juliette Prados, pour savoir si nous avions été sollicités. La réponse est négative. Je comprends mieux : vendredi 15 juin après-midi, à l’hôtel de ville, une réunion discrète a été provoquée, à laquelle ont participé une centaine d’agents municipaux. En échange de rétribution, bon nombre d’entre eux joueront les assesseurs dimanche. Pour faire élire son chouchou, Claude Reznik n’ayant réussi à réunir les troupes, l’amère banque pour assurer le bon fonctionnement de la démocratie.

Bref, s’il est élu finalement, ce qui devrait se produire, l’amère pourra raisonnablement se dire qu’elle a fait un bon calcul. A priori, les amis du futur député fictif ne devraient plus l’embêter avec ces vulgaires questions politiques de fond : l’avenir du cinéma municipal Le Méliès, l’urbanisme et autres hausses d’impôts. Qu’il me soit permis de dévoiler, à ce propos, la vraie raison qui a amené François Miranda à ne pas présenter sa candidature. Ce n’est pas le souci d’éviter la division, qui se rappelle des municipales de 2008 le comprend aisément. Il nous faisait juste son cinéma en tant que militant de l’association Renc’Art au Méliès.

Côté appareils, en tous cas, les leçons des cantonales 2011 ont été retenues : la social-démocratie verte ou blanc cassé ne se divisera plus. A l’amère – morte (il n’y a pas eu de nouveaux échanges de sms, elle n’a pas retrouvé le portable de François) – Montreuil. A Razzy, une ville à sa taille : 1,60m les bras levés, Bagnolet. Oups, ne venez pas dire que je manque de respect à la ville où siège mon ami Daniel Bernard. J’ai juste trouvé une jolie formule dans la bouche d’un ami.

Cette photo a été retouchée avec Photoshop

On me signale, dans l’oreillette, que le futur député fictif s’est engagé à ne pas briguer la mairie de Bagnolet en 2014. Je signale à mon oreillette qu’il a aussi écrit qu’il resterait « aux côtés des habitants d’Orly » à l’issue des municipales de 2008. Enfin, pour garder toujours notre sérieux, le candidat rose pale (bien qu’il se targue d’être de la « gauche » rue de Solférino – faut que je vérifie s’il y a un bar à ce niveau) nous a assuré, dans une vidéo largement popularisée par le vert Oliva, qu’il soutient le retour en régie publique de l’eau à Est-Ensemble. Il faut savoir que la délibération d’Est-Ensemble faisant adhérer cette Agglo au SEDIF, délibération initiée par les amis de Razzy, a été retoquée par le tribunal administratif. C’est Bertrand Kern qui va commencer à s’agacer avec ces coups de Trafalgar en direct de Montreuil-Bagnolet. A noter d’ailleurs que l’amère a été discrète sur cette question d’eau. N’y voyez aucune allusion aux rumeurs dégueulasses qui courent la ville sur certains de ses penchants. Je ne bois pas de ce vin-là. D’ailleurs, je suis à l’eau.

Donc, nous n’avons pas fini de rire puisque nous disposons désormais de deux sujets d’amusement dans le secteur. Merci aux électeurs de régaler mes lecteurs. Puisque je parle de vous amis lecteurs, je vais en toucher deux mots à l’attention de mes plus réguliers d’entre-vous : le cab de l’amère. Outre que, grâce à leur constance, j’ai encore grimpé au classement ebuzzing des blogs politiques les plus influents, ces Chroniques ton amère ont dépassé audiblement les seuls cercles militants. On me rapporte qu’un tel, citée ici, s’est vu transmettre le lien par courriel de son voisin, pourtant bien loin de mon lectorat de base. Moi, ça me fait plaisir de voir le cab si ravi. J’ai appris, incidemment, que ces petites lignes aux accents comiques circulent sous forme imprimée. Mais suffit, assez d’autosatisfaction.

L’amère va encore changer de couleurs. Mais pas de couleur de cheveux.

Ma satisfaction première est grande, moi qui vendait les petites mains siglées SOS Racisme quand j’avais quatorze ans au collège Rascol à Albi. Malgré les hauts scores de Marion Anne Perrine Le Pen ailleurs qu’en Montreuil, la lutte contre le racisme et les préjugés a énormément progressé et il convient de s’en féliciter. Les élus blancs, de sexe masculin, quinquagénaires et plus, n’ont plus le monopole de la malversation. Cela va fortement contribuer à réduire les discriminations. Le changement, c’est vrai, c’est maintenant. Et sous nos yeux.

J’en conclus là pour cette neuvième partie des Chroniques montreuilloises. Je n’ai pas tout dit mais il faut que j’en garde sous la pédale. Il y a conseil municipal le 24 juin. Je m’en voudrais de rater le rendez-vous et de priver mes amis conseillers municipaux du franc sourire de l’amère à cette occasion.

* * *

Dernière minute : mon oreillette me glisse que Florence Frery, adjointe amère de Montreuil, se plaint de l’absence de Brard au second tour des législatives. Faudrait peut être que l’amère en chef lui rappelle que c’est dans l’unique intérêt de celui qui est son candidat, ne lui en déplaise. Oh, bien sûr, mon candidat à moi était arrivé en retard au premier tour. Mais Fréry devrait savoir qu’il y a de drôles de retournement de situation des fois… Et tant qu’à parler de courage, puisque l’accord PS-EELV ne prévoyait pas de candidature commune, pourquoi l’amère ne s’est-elle présentée ? Peur ?

————————-

Bonus vidéo : Tribe « Daddy’s House »


Chroniques montreuilloises : 8e épisode

J’aurais aussi dû intituler ce billet Portrait de l’amère en froussarde ! Mais j’aime bien les Chroniques montreuilloises, surtout depuis que leur succès a entraîné la disparition du blog du regretté et congédié premier adjoint. Bref, petit retour sur Montreuil en période d’élections législatives. Après la démonstration du 4*4 d’Eva Joly aux présidentielles.

En premier lieu, donc, les vœux que j’avais formés pour l’amère n’ont servi de rien. Elle éprouve toujours une sainte frousse des Montreuillois. Au point qu’elle a décidé de ne pas se présenter, directement ou par le biais d’une Catherine Pilon (certes bien démonétisée depuis son échec aux cantonales) aux élections législatives. Europe Ecologie-Les Verts, sur Montreuil et Bagnolet, soutient Razzy Hammadi dès le premier tour. Selon le Monde, l’amère aurait bien voulu mais elle n’était « pas sûre de l’emporter ». Ca, si ce n’est pas du courage politique… Bien sûr, la (f)rousse nous ressort le joli couplet sur la division, le rassemblement, la majorité présidentielle. Les responsables nationaux de son parti doivent goûter de se voir si cruellement rappeler leur rôle de marchepied du parti dit « sérieux ». A Bagnolet, Mireille Ferri n’a pas fini de s’étrangler en buvant son thé bio et regardant les simagrées de sa voisine. L’élue régionale tacle : « Je suis effarée (…) une stratégie illisible est rarement gagnante ». L’ambiance est bonne à Europe Ecologie-le Vide.

Bon, peut être que l’amère, après avoir essoré les Renégats socialistes de Montreuil (RSM), espère dévergonder le canal habituel. Genre « je vous aide à faire élire Hammadi, vous m’aidez en 2014 ». Mais je suis bien sûr que mon ami Alexandre Tuaillon et ses camarades sauront rappeler les faits à leurs anciens camarades. Ah… Je ne vous ai pas dit ? En politique, Alexandre ne défend pas vraiment (goûtez l’euphémisme) les mêmes visées politiques que moi. En clair, c’est un social-démocrate qui a montré que l’union des forces de gauche, le désistement républicain, tout ça, c’est pas son truc. Nous sommes donc adversaires politiques. Et ça m’a l’air parti pour durer. Après, dans la vie, c’est un type adorable, intelligent, et donc un ami. Pour ne pas s’engueuler, on évite de parler de politique. Après, comme c’est le leader du RSM, je n’éviterai jamais de bien l’éreinter. Et de rappeler à tous qu’il est responsable de la présence de sa nouvelle ennemie à la tête de la ville.

Mais revenons à nos moutons. Il n’y a pas que les renégats qui vont rappeler à Solférino comment l’amère se comporte en politique. Déjà, certains ont tiré. Alexie Lorca (Alexie qui ? Oui, je sais, ça me le fait à chaque fois), a dégainé un joli communiqué que je vous fais partager avec joie :

« ASSEZ DE CALCULS POLITICIENS !

Les Montreuillois en ont assez des manœuvres politiciennes. Hier, pour gagner l’élection municipale, Madame Voynet reniait le désistement républicain qui prévaut entre les partis de gauche, et offrait ainsi à la droite le choix d’arbitrer le second tour.
Face aux errements de plus en plus nombreux de la politique municipale, les socialistes montreuillois qui siègent au Conseil municipal ont progressivement glissé du statut de «groupe minoritaire» à celui « de groupe d’opposition ».
A mi mandat, les Montreuillois ont d’ores et déjà sanctionné la Maire. Sa 1ère adjointe a été battue aux dernières élections cantonales ; la candidate à l’élection présidentielle, Eva Joly n’a obtenu que 4,4 % des voix.
Aujourd’hui, pour les élections législatives, Madame Voynet trahit l’accord validé par son propre parti. Cet accord interdit l’alliance électorale EELV-PS contre un Député sortant du Front de gauche. Pourtant, Madame Voynet a décidé de faire campagne pour le candidat investi par le Parti socialiste.
Au-delà des déclarations de Madame Voynet qui justifie son choix par sa volonté de faire battre le Député sortant, ne s’agirait-il pas pour elle de créer les conditions pour revendiquer en 2014, une tête de liste aux élections municipales, avec le soutien du Parti socialiste ? Cela serait pour elle la perspective d’un second mandat qui est à ce jour fortement compromis.
Personne n’est dupe !
La section socialiste de Montreuil regrette cette énième manœuvre politicienne qui montre à quel point la maire de Montreuil est plus passionnée par la cuisine politicienne que par l’intérêt général des Montreuilloises et des Montreuillois, et le souci du rassemblement de la gauche. »

Ambiance chez les socialistes ! D’autant qu’ils ne contestent pas que le ralliement de l’amère à Hamamdi. Ils conspuent ce dernier aussi au travers d’un communiqué douteux distribué dans les boîtes et dont voici la reproduction en photo. Je précise que je ne le publie qu’à fin d’information et qu’à titre personnel, je condamne ce genre de pratique.

Oui… moi aussi, je me suis dit que c’était tellement gros que certains de mes amis pouvaient en avoir été à l’origine. Par le hasard du calendrier, ma pomme, en tant que membre de l’équipe d’animation du Parti de Gauche en Seine-Saint-Denis et de Montreuil, a déjeuné avec Jean-Pierre Brard jeudi 31 mai. Vu l’état de nos relations, je me suis permis de demander à mon député ce qu’il en était. Entre nous, ce sont des choses qu’on peut se permettre. Et, me rappelant sa réaction, c’est clair qu’il n’y est pour rien. Au final, c’est bien difficile de savoir qui est qui, dans cette ville. Ou alors, ça rappelle le tristement célèbre « protégez-moi de mes amis, je me charge de mes ennemis ».

Entendons-nous bien, au demeurant : je suis d’accord pour informer, pour railler. Mais pas pour démolir aussi consciencieusement quelqu’un. Le procédé du tract anonyme est dégueulasse. Je le condamne avec la plus grande fermeté. Si je publie les affiches qui ont été collées sur les cabines téléphoniques, c’est parce qu’elles me rappellent la campagne crade organisée contre Manuel Martinez lors des élections cantonales, campagne qui n’a bénéficié qu’à Catherine Pilon, alors héraut des sociaux-démocrates.

Et alors ? Est-ce que nous verrons la non ministre aux côtés de Benoît Hamon, ministre délégué à l’économie sociale et solidaire, sur le marché de Croix de Chavaux ? L’ancien chef de file de la gôche du Parti dit « sérieux » vient y soutenir sa créature à 13h dimanche. Que tout le monde se rassure, les militants du Parti de gauche ne viendront pas taquiner l’ancienne et le nouveau ministres. Nous serons à Hénin-Beaumont, luttant contre le F-Haine pendant que les écolos-socialopes (pas de faute) n’ont de cesse que de tenter d’éradiquer le Front de Gauche.

—————————

Bonus vidéo : Fear Factory « Final Exit »


Chroniques montreuilloises : 4e épisode

Après le succès des épisodes un, deux et trois, voici donc la tant attendue 4e partie des Chroniques montreuilloises. Sans vantardise aucune, cette petite série est en passe de détrôner le blog éponyme animé par un ancien premier adjoint de Montreuil fort connu pour son anti-cégétisme primaire.

En la matière, il doit regretter d’avoir quitté la majorité de l’amère tant cette dernière se déchaîne à tout va contre l’organisation syndicale que les agents communaux ont placé en tête. Il faut dire que les tentatives de créer des syndicats « maison », pour ne pas dire « jaunes », ont viré court : SUD est un échec, la CFDT est inaudible. L’amère et ses amis n’ont donc d’autres choix que de s’en prendre, bille en tête à la CGT. Pas sûr que le calcul soit bon, pour se réconcilier avec un personnel communal qui a déjà montré sa défiance en observant un mot d’ordre de grève local, dirigé contre l’amère et ses méthodes, à plus de 70 %, avec rassemblement de plus d’un millier d’agents devant l’hôtel de ville à la clé. Je travaille dans les collectivités depuis 1992 et je n’ai jamais vu cela auparavant.

L’amère apprenant que le personnel communal existe

Je ne vais pas la plaindre, l’amère ; je devrais même saluer un tel exploit. Je me souviens qu’en mars 2008, la rouquine avait été accueillie avec bienveillance, sur le thème « ça ne peut pas être pire qu’avec le précédent ». Ben, visiblement, si. Je connais même des territoriaux de Montreuil qui avaient fait campagne pour elle et qui, aujourd’hui, ont chopé leur carte à la CGT. Un tel succès mérite une salve d’applaudissements. Messieurs du cabinet de l’amère, puisque je sais que vous me lisez, je vous félicite. Pour le coup, je crois que ce n’est pas utile d’espérer qu’en mars le Parti socialiste vous donne satisfaction et retire Razzy Hammadi.

Au demeurant, on le cherche toujours lui. Episodiquement, sur twitter, on apprend qu’il participe à une émission de radio ou de télé. Il a aussi été vu à Montreuil, samedi 28 janvier, pour le grand raout de la fédération nationale de l’environnement. Il accompagnait son candidat à la présidentielle. Pour une fois qu’il voit Montreuil Razzy… Cela dit, peut être que, finalement, Alexie « qui ? » Lorca va l’aider maintenant que celui qu’elle soutenait en coulisses a compris qu’il ne servait de rien de se présenter.

Razzy Hammadi et Alexie Lorca en campagne

Du côté de ceux qui font vivre le PS sur Montreuil, alors qu’ils ont été exclu c’est un comble, on dirait que des choses se préparent. Le Renouveau socialiste montreuillois, puisque c’est bien d’eux dont je veux parler, a remis son site à jour. Le ton est un peu plus musclé aussi. De là à dire que Mouna Viprey va se présenter aux élections législatives, il n’y a qu’un pas… Que je vous laisse franchir. Au demeurant, ce blog est bientôt la dernière possibilité d’expression pour nos renégats préférés.

Une délibération, à l’ordre du jour du prochain conseil municipal de Montreuil, va modifier substantiellement la représentation de la ville dans les instances de la Communauté d’agglomération Est-Ensemble. De source sûre, les membres du Renouveau Socialiste Montreuillois, qui siègent dans cette Agglo, en seront écartés. Ils avaient tout de même une vice-présidence avec Mouna Viprey et une présidence de commission, à l’Agenda 21, avec Alexandre Tuaillon. Exit donc les fâcheux ! Va juste falloir expliquer à Bertrand Kern, le président d’Est-Ensemble, que tout son bureau communautaire est à revoir pour cause de règlements de compte politiciens à Montreuil. Est-ce que l’amère va revendiquer une vice-présidence pour elle à l’occasion ? Ce serait drôle.

Mouna Viprey peinte par l’amère

Au-delà de la dureté du divorce dans ce qui fut le couple politique des années 2008 et 2009, force est de constater que l’amère a bien du mal à vivre la contradiction. Dans le fond, il n’y a rien d’illégal à cette décision, rien n’oblige encore à désigner des membres de l’opposition municipale dans les instances des établissements publics de coopération intercommunale. C’est juste une pure question de démocratie. Après tout, pourquoi s’embêter avec cela ? Elle a montré ce qu’elle pensait de la démocrassie (pas de faute) en excluant les membres de l’opposition des instances paritaires de dialogue social il y a quelques mois de cela.

—————————————

Bonus vidéo : The Dead Kennedys « Holiday In Cambodia »