Archives de Tag: EELV

Chroniques montreuilloises : 13e épisode

Dimanche 23 septembre
12h03 : Dominique Voynet personnel à « Président » (mode sms)

François, je te l’avais dit : Cécile est une nulle, elle ne tient rien ! Ce n’était pas le bon choix. Moi, tu me connais, je suis sûre. Et mon bilan comme ministre de l’Environnement est excellent.

Lundi 24 septembre
10h24 : Jean-Marc Ayrault à Dominique Voynet personnel (mode sms)

Dominique… On attend le verdict dans le procès Erika demain. JMA

10h26 : Dominique Voynet à dircab (mode sms)
Fais-moi adopter une motion de soutien au traité à la con, là, jeudi. TTU !

10h27 : Dircab à « l’amère » (mode sms)
Mais Dominique, le parti a voté contre ce week-end…

10h30 : Dominique Voynet à dircab (mode sms)
T’es con ou quoi ? J’ai pas été claire ? Fais-moi passer cette motion, le reste c’est mes oignons !

Comme souvent à Montreuil, les choses se règlent par textos. C’est toujours pratique quand on n’aime pas la ville qu’on dirige. Mais en l’occurrence, ce jeudi 27 septembre au soir lors du conseil municipal, l’amère devrait faire proposer une motion de soutien au gouvernement et au Traité de stabilité, de coordination et de gouvernance en Europe. Ce, alors que son propre parti a voté contre à une nette majorité le week-end écoulé. Que Le Monde ait demandé la démission de ses camarades ministres semble peu lui chaloir. A dire le vrai, ce n’est pas la solidarité de parti qui l’étouffe.

Les élus se reconnaissant dans le Front de Gauche ont, eux, déposé un vœu pour manifester l’opposition de la Ville de Montreuil au traité austéritaire. Il y aurait donc deux motions différentes au conseil. Sauf que… Sauf que l’amère a demandé aux élus Front de Gauche de « se rapprocher des auteurs de la motion (favorable au TSCG) pour élaborer une position commune ». Comme si le lapin pouvait s’entendre avec la carpe. Ou le fond politique s’accorder avec de basses manœuvres politiciennes en vue de récupérer un maroquin ministériel…

On attend, toujours sur le fond, des prises de position de l’amère et de ses amis sur la situation de PSA et la fermeture du site d’Aulnay. Juste parce que 200 salariés employés par des sous-traitants de Peugeot-Citroën bossent à Montreuil. Je dis ça, je dis rien… Cela répondrait aux injonctions de l’adjointe à l’amère déléguée aux personnes âgées. Icelle a fait circuler un « billet d’humeur », dont j’ai cru au départ qu’il était un « billet d’humour ». Pour ne pas que vous me traitiez d’aguicheur, je vous en communique la conclusion :

« Nous avons été élu(e)-s pour construire une nouvelle réponse mêlant emploi, solidarité, environnement et démocratie renforcée. Oui à l’innovation sociale, environnementale, démocratique…  
Oui aux investissements permettant la relocalisation de l’économie et la mise en valeur des savoir-faire locaux.
Oui à la construction de logements sociaux et privés
Oui à la rénovation thermique de tous les logements, publics et privés.
Oui à un aménagement du territoire équilibré avec des services publics bien répartis.
C’est le nouveau cap que nous avons proposé lors de la campagne municipale de 2008, nous avons été élu(s)-e pour toutes ces raisons !
Un Montreuil plus meilleur, plus solidaire et écologique ! (sic) »

A tout le moins, on connaît déjà le programme d’Europe Ecologie – Le Vide pour 2014. Comme Sarkozy 2012 était le premier détracteur de Sarkozy 2007-2011, EELV 2014 sera donc le premier opposant à l’amère 2008-2013.

Le Cri du peuple à la fête de l’Huma

Pendant ce temps-là, j’ai rencontré le député fictif sur le stand du PCF Montreuil à la Fête de l’Huma. Il m’en a appris de belles. Notamment, « je te donne un scoop Nathanaël » : « Pour 2014, je ne m’interdis rien ». Fleur Pellerin appréciera. L’amère aussi. Le député, lui, apprécie la bière, le rouge plus que le blanc et les gros cigares. Quand je vous dis que c’est un jeune comme les autres.

Et tiens, pour conclure, messieurs du cabinet : ce n’est pas très gentil d’avoir voulu me faire endosser la responsabilité des tracts injurieux, que j’avais dénoncés ici même, ayant circulé à l’encontre du député fictif pendant la campagne des législatives. J’assume de flirter avec la ligne jaune mais je ne verse jamais dans la diffamation. Vous êtes bien placés pour le savoir si je me remémore une discussion téléphonique avec Yves Miramont (« Miracon » selon l’amère) que j’alertais sur des accusations ignobles dont faisait l’objet la rouquine. Je saurai m’en souvenir.

Le choc des titans : le député fictif face au Cri du peuple

———————————-

Bonus vidéo : OTH « Requiem pour un démon » (dédicace à @Quibuzzqui)

Publicités

« Le Monde » piraté : le hacker parle !

Oui, le quotidien Le Monde a été hacké, consécutivement à la parution de leur éditorial revendiquant la démission des ministres Europe Ecologie – Les Verts. Malgré ses démentis, l’Agence France presse avait bein prépare une dépêche sur le sujet que nous nous sommes procurée. Après la fausse interview de Luc Châtel sur Atlantico et l’éditorial piraté sur le site du New York Times, ça fait beaucoup pour n’être qu’une simple coïncidence. 

Avec quelques amis blogchéviks, nous avons mené l’enquête que les médias ne mèneront pas. Et nous avons retrouvé le hacker responsable du piratage du quotidien du soir. Nous avons recueilli ses propos. Ils font froid dans le dos.

 

Pour ceux qui entendraient mal, voici le verbatim :

« Oui je suis un hacker. Je me suis spécialisé dans le piratage de la presse avec une bande de potes libéraux.
Ça fait des années qu’on pirate les pages politiques des grands journaux comme le Figaro ou Le monde.
Les journaux savent qu’ils sont piratés mais ils ne disent rien à leurs lecteurs. Le scandale serait énorme, vous pensez.
Et les lecteurs ne s’en rendaient pas compte d’ailleurs… jusqu’à lundi dernier où là, c’était trop énorme, ça s’est vu !
J’ai piraté Le Monde et fait un faux édito.
Je venais de faire la fausse interview de Luc Châtel sur le site de droite Atlantico, interview qui a été supprimée par le journal et je me suis dit qu’il fallait que je frappe un grand coup.
C’était super. Faire un faux édito dans LE journal de référence de la presse française, soi-disant réputé pour sa neutralité et son sérieux.
Alors là, j’ai fait du lourd, je me suis carrément lâché.
Le faux édito exigeait de François Hollande qu’il mette fin aux fonctions des ministres d’Europe-Écologie-Les Verts parce que leur parti s’oppose au TSCG !
J’y suis allé comme un bourrin. j’ai traité EELV de « groupuscule irresponsable », j’ai parlé de « tendances dogmatiques », « d’attitude inacceptable ».
Qu’est-ce que j’ai dit comme connerie aussi ? Ha oui, j’ai dit que le Non au TSCG était incompatible avec le sauvetage de l’euro !
C’était énorme, tellement énorme que là, pour la première fois, les lecteurs ont bien compris qu’il s’agissait d’un faux. Un fake édito !
Les lecteurs de gauche surtout.
Le Monde n’a rien dit. Ils maintiennent que l’édito est bien d’eux. C’est normal hein ! C’est toute leur réputation, leur crédibilité qui est en jeu.
Le problème, c’est qu’ils vont se méfier maintenant mais on arrivera toujours à les hacker. Leur système est trop naze ! »

Oui, ces propos font froid dans le dos. Qui témoignent de la profonde maladie de la presse française, tellement sûre d’elle qu’elle n’imagine même pas avouer qu’elle a été piratée. Au fond, c’est à se demander si le vrai éditorial, celui qui n’a pas été publié, n’était pas pire que celui du hacker.

————————————-

Bonus vidéo : Public Enemy « Don’t Believe The Hype »


TSCG : Fabius ne veut pas « se déjuger », et vous ?

Le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) n’en finit pas de remuer les différentes composantes de la gauche. Le week-end qui vient de s’écouler a vu le conseil fédéral d’Europe Ecologie – Les Verts s’opposer, par 75 % des voix exprimées, à ce traité qui grave dans le marbre l’austérité ad vitam aeternam. C’est un bougé assez significatif qui a causé encore une de ces sorties dont est coutumier Dany le jaune.

A tout le moins, EELV a le mérite d’une certaine cohérence, que je salue, alors que je n’ai jamais été avare de critiques contre ce parti. L’issue de son conseil fédéral témoigne de l’élargissement du front du refus, par rapport à un traité qui prive la représentation démocratique élue par le peuple de ses derniers outils d’action.

Ce week-end, j’ai eu l’occasion de retrouver, grâce à mes amis de la Télé de gauche, un certains nombre de déclarations émanant de sommités du parti dit « sérieux ». Je vous les laisse regarder et partager.

On va commencer par l’ancien héraut du « non socialiste » en 2005, Laurent Fabius :

 

La sortie de Benoît Hamon n’est pas mal non plus :

 

Arnaud Montebourg laisse rêveur :

 

Jean-Marc Ayrault se fait le porte-parole du groupe des députés socialistes :

 

Enfin, pour la bonne bouche, le résident de la république n’est pas inintéressant :

 

En contrepoint, je vous laisse écouter et regarder ce que disent certains de mes amis proches dans la petite vidéo tournée à l’occasion de la Fête de l’Huma.

 

Je veux bien prendre les paris pour savoir qui, à la fin, se « déjugera », selon les jolis mots du ministre des Affaires étrangères.

————————————–

Bonus vidéo : Patti Smith « People Have The Power »


Chroniques montreuilloises : 12e épisode

Et oui, c’est le moment pour votre feuilleton favori de reprendre sa diffusion. Oh ! Je me passerais bien, parfois, de cet exercice qui me grime par trop en pamphlétaire cruel alors que je ne suis qu’amour et gentillesse, dans le fond. Las, il sera dit, jusqu’au bout, que l’amère ne m’aura jamais laissé un instant de répit. Chaque jour qui passe donne matière à un nouvel écrit. A bien y réfléchir, il ne me manque que le temps et l’envie pour transformer ces Chroniques en quotidien. Amis du cab, ne paniquez pas : j’ai d’autres choses à faire, je garderai notre rendez-vous des conseils municipaux.

Oui, il y a conseil municipal ce soir avec un point unique à l’ordre du jour : l’adoption du Plan local de l’urbanisme (PLU) modifié suite à l’arrêt du tribunal administratif qui l’a retoqué. Qu’on se rassure, il n’y aura pas de débat. En l’occurrence, nous l’avons mené, nous autres, ce débat et pas plus tard que lundi 10 septembre salle Franklyn. Je me demande s’il peut y avoir vote. Si j’en crois les élus Renégats socialistes montreuillois, le PLU nouveau est adopté depuis sa rédaction. La preuve en image est là :

Cette photo a été prise lundi 10 septembre, le conseil a lieu ce jeudi 13 septembre

Il y a urgence, pensez-vous. Les « projets » de l’amère seraient bloqués si cette procédure d’urgence n’était pas mise en œuvre. En français : ces projets – comme le parc aquatique écolo-destructeur – ne verraient pas le jour avant 2014, comme prévu, donc manquerait au bilan sur lequel celle qui va encore se prendre une avoinée compte se faire réélire. Il y a donc urgence et Toutpetitjean, maître ès jésuitisme, développe une rhétorique totalement absconse sur son site. En substance, la voici : il faut adopter le PLU qu’on n’a pas modifié, on le révisera en discutant avec les habitants après son adoption… Je cède la parole à Gaylord qui explicite sur son site :

« Comble du cynisme, l’élu à la démocratie locale lui-même revendique le fait que les modifications apportées soient « restées mineures pour ne pas avoir besoin de concertation préalable ». Encore plus hallucinant : sur le fond, le même élu reconnaît les imperfections de ce document, en particulier sur le secteur des Murs à Pêches et du Bas Montreuil et d’expliquer non sans rire que c’est la raison pour laquelle il va être nécessaire de réviser le PLU… avant même qu’il ne soit adopté. »

Toutpetitjean est fou ou il se fout de nous. Ce type, élu en charge de la démocratie, veut faire accroire qu’il fera en un an et demi ce qu’il n’a pas fait en quatre ans…

« Mais pourquoi personne ne m’aime ? »

De toutes les manières, il règne un vent bizarre dans les couloirs de l’hôtel de ville. Au courant du mois d’août, j’ai eu un échange de textos assez stupéfiant qu’il me faut vous faire partager :

– « Lui : Heureusement que tu ne bosses plus en mairie, il fait pas bon être franc-maçon dans les services en ce moment. Chasse aux sorcières ?
Moi : Tu déconnes ????
Lui : Heu… sur ce point, je suis un peu à court d’humour.
Moi : Tu tiens ton info d’où ?
Lui : T’inquiètes, mes sources sont sûres et fiables.
Moi : Tu as un témoignage, un document ?
Lui : C’est chaud là. Ecris un truc, et je ferai relire.
Moi : OK. »

Je discutai récemment avec un militant Europe Ecologie – Le Vide, ancien communiste, qui me disait : « J’ai connu ça dans les mairies cocos dans les années 80. Mais là, mes camarades sont vraiment dans le syndrome de la forteresse assiégée. » Je partage l’analyse sans la découvrir, ayant déjà invité l’amère à ne pas avoir peur. D’expérience, je sais que ce syndrome ne permet jamais la victoire électorale.

Du côté des chapelles dites « socialistes », ça ne va guère mieux. Remis, j’’espère, de sa cuite commémorative, le député fictif ne sait plus s’il va voter contre le TSCG ou s’abstenir. Il ne doit pas faire très sérieux pour Solférino puisque c’est la secrétaire d’Etat à l’économie numérique, Fleur Pellerin, qui multiplie les apparitions publiques politiques dans la ville où elle est revenue habiter. Ça en fait du monde sur la corde à linge. A moins que les informations qui me parviennent sur le futur enterrement d’Alexie « qui ? » Lorca ne se révèlent justes.

Fleur à Montreuil ? Pour l’amère, c’est le bouquet

L’année qui vient va être encore drôle. A pleurer.

——————————–

Bonus vidéo : The Jam « In The City »

 

 

 


Chroniques montreuilloises : 11e épisode

« C’est un roman d’amitié qui commence », disait la chanson dans les années 80. A lire les courtoisies que tweete l’amère au député fictif, c’est la lune de miel entre la rouquine et Hammadi. Elle a honoré de sa présence le banquet républicain organisé par le nouveau député de Montreuil-Bagnolet le 7 juillet. Un banquet où « 500 personnes (étaient) prévues » mais dont nous n’aurons aucune photo d’ensemble, juste quelques plans serrés. Je sais comment faire croire qu’il y a du monde quand c’est un plantage. C’est même mon métier, ou une partie. Bref, entre l’amère et son député, c’est l’amour. Comme aux premiers jours d’avril 2008, entre elle et Mouna Viprey.

Tout n’était alors que joie, félicité, bons sentiments. Sauf pour celles et ceux qui savaient lire entre les lignes. Je me souviens, dans cette salle des fêtes où était réuni le personnel communal, le propos de Mouna : « Je suis première adjointe chargée de l’enfance avec vocation à avoir une délégation plus générale ». Nous étions quelques uns à comprendre « j’ai vocation à être maire bis ». Bis repetita aujourd’hui avec le député fictif qui a bien l’intention d’être maire, quelque part. En témoigne ce savoureux tract distribué dans toutes les boîtes à lettres de la circonscription, dans lequel il écrit, sans vergogne :

« Je rencontrerai rapidement l’ensemble des élus locaux, quelle que soit leur sensibilité politique, pour faire le point sur les dossiers urgents et préparer les bases d’un travail efficace dans votre seul intérêt. (…) Je présenterai prochainement l’équipe qui sera à mes côtés pour porter le changement et défendre nos territoires. »

Pour mémoire, un député est censé élaborer et voter les lois. C’est pour que les nouveaux députés puissent pleinement réaliser ce mandat que le parti dit « sérieux » s’est (s’était ?) engagé sur le non cumul des mandats. Quel besoin, pour écrire les lois, de vouloir rencontrer les élus locaux et défendre « nos territoires » ? A moins que… Non ? Le député de fiction voudrait-il se pose en maire de fiction ? D’où son appel pressant au rassemblement ? Mais non, ce n’est que du mauvais esprit. Razzy H. est tout entier concentré sur son mandat de parlementaire. Et ce n’est pas parce que de mauvaises langues l’affubleraient d’une relation supposée particulière aux choses d’argent qu’il faudrait voir un lapsus révélateur dans la phrase suivante, extraite elle aussi du tract distribué en toutes boîtes :

« Je siégerai dès cette semaine à l’Assemblée nationale, qui tiendra ensuite une cession (sic) extraordinaire ».

Comme je suis gentil, je ne traduirai pas par « député à céder ». Parce que des bails à céder, sur Montreuil, il y en a quelques uns. C’est même l’heure des manœuvres immobilières pour qui en a les moyens. L’info n’a fait pas grand bruit, mais le tribunal administratif a cassé la délibération instaurant le Plan local de l’urbanisme (PLU). Ce texte réglementaire définit les règles d’urbanisation de la commune et notamment les zones où l’on peut construire mais aussi la manière dont on peut construire. Grosso modo, pour qui sait lire un PLU, on peut savoir si la part belle est faite aux promoteurs ou aux habitants, les intérêts des deux sont difficilement conciliables. Il faut se souvenir sur ce sujet des propos de Jacques Archimbaud, directeur du cabinet de l’amère d’alors, qui dévoilait en février 2010, dans les colonnes de L’Express, la stratégie urbaine d’Europe Ecologie-Le Vide à Montreuil :

« Notre atout, c’est qu’un quart de l’espace public demeure à l’abandon. Des logements seront construits sur ce foncier libre. Cela augmentera les prix de l’immobilier et éloignera les couches les plus populaires vers les 2e et 3e couronnes. Mais certains y trouveront leur compte, vendant leur pavillon à des bobos avec une grosse plus value. »

Cette petite citation éclaire les grandes orientations du PLU de l’amère que vient de casser le Tribunal administratif. Je vous renvoie à la déclaration de mon ami Gaylord Le Chequer qui a bien montré les enjeux de cette décision qui empêche, heureusement, que Montreuil ne soit à vendre. Mais je ne résiste pas au plaisir de citer les propos de Pierre Mathon, ancien responsable des Verts du 93 et d’Île-de-France :

« Le PLU […]instaure un zonage qui permettra à des propriétaires privés et publics de bétonner, de morceler et de défigurer, de manière irréversible, l’espace des murs à pêches, lui faisant perdre son identité et son intérêt. Il faut ensuiteengager une véritable concertation. […]Il serait pour le moins paradoxal qu’une mairie Verte ne prenne pas ces dispositions, contraignant ainsi les écologistes à combattre son projet d’urbanisation des Murs à pêches comme nous avons combattu celui de Jean-Pierre Brard. »

A celles et ceux qui me rétorqueront « que proposez-vous à la place ? », je vous invite à lire ma contribution, un peu théorique certes mais que je me ferais grand plaisir de décliner en pratique localement dès lors que les squatteurs de l’hôtel de ville auront quitté les lieux.

C’est la crise du logement : cette belle demeure datant de 1935 est en partie squattée, notamment au 1er étage.

Bon, il est temps de conclure cette petite chronique sur une note un peu drôle, pour vous souhaiter bonnes vacances. Vous avez sûrement noté que le dénommé Alain Callès est conseiller municipal « délégué à la lutte contre les discriminations ». C’est un vrai enjeu politique, surtout dans une ville aussi métissée et populaire que l’est Montreuil. On peut donc se féliciter que ce soit un ancien président du Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples qui ait en charge ce dossier. Peut-on se féliciter que ce dernier publie par deux fois sur un site qui a tenté en 2010, avec le Bloc Identitaire, d’organiser un apéro pinard saucisson dans mon quartier, la Goutte d’or ?

Allez, bonnes vacances !

Bonus copain : retrouvez la sélection juin 2012 des Montreuillois de Rizome Corp (c)

—————–

Bonus vidéo : The Sex Pistols « Holidays In The Sun »


Chroniques montreuilloises : 10e épisode

Comme de juste, ce nouvel épisode des Chroniques montreuilloises arrive le jour d’un conseil municipal. Et pas n’importe lequel. C’est la deuxième partie d’un marathon entamé lundi soir. Quand le vent était absent mais que l’éolienne devant l’hôtel de ville tournait toujours. Un signe, me direz-vous. Ou la créativité de l’amère et de ses affidés. Est-ce que l’énergie produite par la dite éolienne, accumulée, pourrait faire tourner les pales de la chose même quand il n’y a pas de brise pour l’animer ? Je vous renvoie à vos cours de physique pour trouver la réponse à cette question. Si ce n’est pas suffisant, je fais mienne la suggestion d’un ami : l’air brassé par l’amère et son équipe sont suffisants à pallier l’absence d’Eole.

Donc, ce soir, l’amère va mettre sur la tables les tickets restaurant pour le personnel communal. De l’art de faire passer la vessie d’un recul pour ceux qui en avaient le plus besoin pour la lanterne d’une avancée pour tous. Pour mémoire, je vais rappeler ce qu’elle déclarait sur ce sujet en début de mandat :

« Pour ceux qui ne peuvent manger à la cantine de Monoprix, je vais nouer des partenariats avec les restaurants d’entreprises et de collectivités à proximité de leur lieu de travail pour qu’ils puissent eux aussi bénéficier d’un repas complet ».

Je vais vous éviter l’exposé des arguments en contre, ce sera bien mieux en live ce soir. L’amère montera-t-elle au créneau pour jouer sa fausse partition genre « je fais le mieux possible pour tous et vous, méchants gauchistes, vous ne voyez que le mal ». C’est drôle comme la pseudo victoire des législatives (90 voix d’avance au 1er tour pour une social-démocratie unie…) rend les vers de Montreuil hargneux. Petit exemple, lors du conseil de lundi dernier, cette adresse amicale de l’amère à son adjoint à la jeunesse : « Il faut dormir la nuit pour être en forme le jour. » Si ça se trouve, l’adjoint en question avait tenté de rencontrer les jeunes en nocturne… Dans le même temps, on apprend que bon nombre des élus de l’amère roupillaient gentiment sans se faire morigéner eut égard à leur grand âge.

Je suppose que tout-Petitjean était du lot, vu qu’il dort même dans les réunions qu’il est sensé animer. Retour en arrière, avril 2011 lors de la réunion relative au suivi de la Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) sur les Roms. C’est vrai que ce n’est pas grand-chose, à Montreuil, les Roms. Ce doit être pour ça que notre tout-Petitjean, rapporteur de la dite mission de suivi de la MOUS, s’est fait sa petite sieste pendant la réunion. Il était tard : la réunion ayant lieu à 20h30 et plus… Parce que l’animateur du regretté Poivron rouge l’avait demandé.

Pour en revenir à la victoire en trompe l’œil de Razzy Hammadi, faut croire que, dans le fond, les Vers n’en voulaient pas. J’ai déjà évoqué les saillies de Florence Fréry contre le désistement républicain – qui a bénéficié à leur chouchou – dans le précédent épisode. L’analyse réalisée par l’inénarrable tout-Petitjean à l’attention de Montreuil Vrai-Ment vaut son pesant d’or. Le désistement républicain y est présenté comme la scorie d’un système stalinien. Je vais me permettre de le citer :

« Cumul et désistement vont de pair avec l’idée de ne pas, sauf exception, vraiment chercher à mettre en difficultés les sortants du parti de gauche concurrent. La priorité aux sortants est (en principe…) une idée de base des appareils de gauche. En principe, car ils ne résistent pas toujours à l’appétit du pouvoir. »

La conclusion, « ils ne résistent pas toujours à l’appétit de pouvoir », constitue un joli coup de pied de l’âne en direction du désormais député fictif. Dont la gloutonnerie en la matière n’est plus à mettre en lumière. Tout-Petitjean n’est pas avare de scuds contre son propre camp. J’espère que l’amère a savouré ce puissant « il n’est même pas sûr que les formes d’exercice du pouvoir de la municipalité ne portent pas toujours des scories de l’ancien temps », quasi conclusion d’un courriel destiné à quelques 200 sympathisants de l’actuelle municipalité. Serait-ce à dire qu’il y aurait une trop forte personnalisation du pouvoir au sein de l’équipe qui dirige la ville de Montreuil en ce moment ?

Ou est-ce encore un de ces accès de schizophrénie dont ils sont coutumiers ? A l’image de ces rodomontades très amères après le rappel exprimé par Alain Vidalies, ministre des relations avec le Parlement, à la « discipline de vote » qu’intègre l’accord électoral conclu au niveau national entre le parti dit « sérieux » et Europe Ecologie-Le Vide. Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce tweet de la rouquine : « Hallucinant ET idiot ! #Vidalies : « les députés #EELV auront la liberté d’expression, pas la liberté de vote » ». Pour comprendre le sel de cette sortie, il faut juste se rappeler que l’amère a tenté d’imposer aux élus Renégats Socialistes de Montreuil la même discipline de vote, au temps où ils étaient encore dans la majorité… On sait comment tout cela a fini. Le RSM a quitté la majorité. Les députés EELV feront-ils de même à l’Assemblée ? J’en pouffe d’avance.

Côté socialiste, l’anecdote du jour, qui témoigne que le parti dit « sérieux » est vraiment déboussolé à Montreuil, c’est qu’Alexie Lorca (« Alexie qui ? » Oui, je sais, moi aussi) est venue se montrer à la réception organisée par Jean-Pierre Brard pour remercier les camarades qui avaient mené sa campagne. Allez, Alexie, encore un petit effort et tu finiras à gauche.

Marche dans les deux sens de lecture

————————————-

Bonus vidéo : One Inch Punch « Gemini »

Normal


Chroniques montreuilloises : 9e épisode

Décidément, la vie politique montreuilloise réserve bien des surprises. Je ne vais pas passer sous silence l’événement : Jean-Pierre Brard ne siégera plus sur les bancs de l’Assemblée nationale. Il a appliqué notre principe de désistement républicain, bien que les précédents auraient pu l’en dissuader. J’en suis triste, je l’ai soutenu. Le Yalta passé entre l’amère et la rue de Solférino a donc porté ses fruits. Après les deux essais infructueux de Mouna Viprey – essais qui l’avaient amenée à passer alliance avec l’amère, on s’en souvient -, c’est donc celui qui avait promis aux habitants d’Orly de « rester à leurs côtés » qui représentera les Montreuillois et les Bagnoltais dans la chambre basse du Parlement.

Enfin, si les conditions du vote sont remplies. A l’heure où j’écris ces lignes, j’entends encore les coups de téléphone entre le cabinet de l’amère et tous les responsables politiques montreuillois. L’objet de cet affolement ? Vue la base militante d’Hammadi, il n’y avait pas, vendredi soir, assez d’assesseurs pour ouvrir les bureaux de vote dans des conditions normales dimanche. Ce qui amenait Claude Reznik, élu Europe Ecologie-Le Vide de Montreuil, à sonner l’alarme avec un très amical : « Les proches de Razzi Hamadi (les fautes sont d’origine) seront présents mais en trop petit nombre pour assurer la relève ». Etonnant, non ?

Les bureaux de vote de Montreuil ouvriront-ils à l’heure dimanche ?

J’ai du coup questionné ma conseillère municipale, Juliette Prados, pour savoir si nous avions été sollicités. La réponse est négative. Je comprends mieux : vendredi 15 juin après-midi, à l’hôtel de ville, une réunion discrète a été provoquée, à laquelle ont participé une centaine d’agents municipaux. En échange de rétribution, bon nombre d’entre eux joueront les assesseurs dimanche. Pour faire élire son chouchou, Claude Reznik n’ayant réussi à réunir les troupes, l’amère banque pour assurer le bon fonctionnement de la démocratie.

Bref, s’il est élu finalement, ce qui devrait se produire, l’amère pourra raisonnablement se dire qu’elle a fait un bon calcul. A priori, les amis du futur député fictif ne devraient plus l’embêter avec ces vulgaires questions politiques de fond : l’avenir du cinéma municipal Le Méliès, l’urbanisme et autres hausses d’impôts. Qu’il me soit permis de dévoiler, à ce propos, la vraie raison qui a amené François Miranda à ne pas présenter sa candidature. Ce n’est pas le souci d’éviter la division, qui se rappelle des municipales de 2008 le comprend aisément. Il nous faisait juste son cinéma en tant que militant de l’association Renc’Art au Méliès.

Côté appareils, en tous cas, les leçons des cantonales 2011 ont été retenues : la social-démocratie verte ou blanc cassé ne se divisera plus. A l’amère – morte (il n’y a pas eu de nouveaux échanges de sms, elle n’a pas retrouvé le portable de François) – Montreuil. A Razzy, une ville à sa taille : 1,60m les bras levés, Bagnolet. Oups, ne venez pas dire que je manque de respect à la ville où siège mon ami Daniel Bernard. J’ai juste trouvé une jolie formule dans la bouche d’un ami.

Cette photo a été retouchée avec Photoshop

On me signale, dans l’oreillette, que le futur député fictif s’est engagé à ne pas briguer la mairie de Bagnolet en 2014. Je signale à mon oreillette qu’il a aussi écrit qu’il resterait « aux côtés des habitants d’Orly » à l’issue des municipales de 2008. Enfin, pour garder toujours notre sérieux, le candidat rose pale (bien qu’il se targue d’être de la « gauche » rue de Solférino – faut que je vérifie s’il y a un bar à ce niveau) nous a assuré, dans une vidéo largement popularisée par le vert Oliva, qu’il soutient le retour en régie publique de l’eau à Est-Ensemble. Il faut savoir que la délibération d’Est-Ensemble faisant adhérer cette Agglo au SEDIF, délibération initiée par les amis de Razzy, a été retoquée par le tribunal administratif. C’est Bertrand Kern qui va commencer à s’agacer avec ces coups de Trafalgar en direct de Montreuil-Bagnolet. A noter d’ailleurs que l’amère a été discrète sur cette question d’eau. N’y voyez aucune allusion aux rumeurs dégueulasses qui courent la ville sur certains de ses penchants. Je ne bois pas de ce vin-là. D’ailleurs, je suis à l’eau.

Donc, nous n’avons pas fini de rire puisque nous disposons désormais de deux sujets d’amusement dans le secteur. Merci aux électeurs de régaler mes lecteurs. Puisque je parle de vous amis lecteurs, je vais en toucher deux mots à l’attention de mes plus réguliers d’entre-vous : le cab de l’amère. Outre que, grâce à leur constance, j’ai encore grimpé au classement ebuzzing des blogs politiques les plus influents, ces Chroniques ton amère ont dépassé audiblement les seuls cercles militants. On me rapporte qu’un tel, citée ici, s’est vu transmettre le lien par courriel de son voisin, pourtant bien loin de mon lectorat de base. Moi, ça me fait plaisir de voir le cab si ravi. J’ai appris, incidemment, que ces petites lignes aux accents comiques circulent sous forme imprimée. Mais suffit, assez d’autosatisfaction.

L’amère va encore changer de couleurs. Mais pas de couleur de cheveux.

Ma satisfaction première est grande, moi qui vendait les petites mains siglées SOS Racisme quand j’avais quatorze ans au collège Rascol à Albi. Malgré les hauts scores de Marion Anne Perrine Le Pen ailleurs qu’en Montreuil, la lutte contre le racisme et les préjugés a énormément progressé et il convient de s’en féliciter. Les élus blancs, de sexe masculin, quinquagénaires et plus, n’ont plus le monopole de la malversation. Cela va fortement contribuer à réduire les discriminations. Le changement, c’est vrai, c’est maintenant. Et sous nos yeux.

J’en conclus là pour cette neuvième partie des Chroniques montreuilloises. Je n’ai pas tout dit mais il faut que j’en garde sous la pédale. Il y a conseil municipal le 24 juin. Je m’en voudrais de rater le rendez-vous et de priver mes amis conseillers municipaux du franc sourire de l’amère à cette occasion.

* * *

Dernière minute : mon oreillette me glisse que Florence Frery, adjointe amère de Montreuil, se plaint de l’absence de Brard au second tour des législatives. Faudrait peut être que l’amère en chef lui rappelle que c’est dans l’unique intérêt de celui qui est son candidat, ne lui en déplaise. Oh, bien sûr, mon candidat à moi était arrivé en retard au premier tour. Mais Fréry devrait savoir qu’il y a de drôles de retournement de situation des fois… Et tant qu’à parler de courage, puisque l’accord PS-EELV ne prévoyait pas de candidature commune, pourquoi l’amère ne s’est-elle présentée ? Peur ?

————————-

Bonus vidéo : Tribe « Daddy’s House »


Au PS, l’arrogance c’est maintenant

Il n’aura pas fallu longtemps pour que le parti dit « sérieux » renoue avec ses vieilles habitudes. J’avais déjà laissé sous-entendre que, dans la démarche hégémonique qui est la sienne, dénoncée aussi par le Parti radical de gauche, ce parti de caciques avait l’intention d’éradiquer tout ce qui se situe à sa gauche. Preuve en a été donné avec l’échec – qu’il doit assumer seul – des négociations avec le Front de Gauche en vue d’assurer la présence d’un candidat de gauche au second tour dans toutes les circonscriptions. Cela montre bien que le Front de Gauche ne se trompe pas d’ennemi. Nous nous battons d’abord contre cette droite extrêmisée. Il est extrêmement dommageable que la bêtise crasse du parti dit « sérieux » nous pousse à des combats que d’aucuns pourraient qualifier de « fratricides ».

Pas étonnant qu’il ait une vision déformée de la réalité

Le Parti de Gauche a initié cette démarche plusieurs mois en arrière, pour éviter que la division des forces du camp du progrès n’aboutisse à sa disparition dans un certain nombre de circonscriptions à risques. Le Parti dit « sérieux » a tenté de mettre des coins entre les composantes du Front de Gauche, selon la vieille tactique « diviser pour mieux régner ». Cette épreuve a, au final, renforcé la cohésion politique entre nous et le PS a bien dû tomber le masque. L’arrogance est de retour. Inutile de compter sur les barons de Solférino pour comprendre que nous avons utilisé son candidat pour mener l’opération de salubrité publique que constitue la défaite de Nicolas le petit. Il fallait rêver pour imaginer, un instant, que ces ventripotents prennent en compte les 11 % que nous avons mis dans la balance pour que Flamby atteigne les 51,8 % au second tour.

A tout le moins, cela nous éclaire sur les intentions masquées de la cour de François II. A moins que, selon l’adage en vogue depuis la capitulation au sommet de Chicgao, il faille voir là le résultat du constat tragique : il n’y a pas de forces combattantes au parti dit « sérieux », donc rien à retirer. Ah, vous n’avez pas suivi ? Pendant la campagne présidentielle, François Hollande a juré ses grands dieux qu’il retirerait toutes les forces françaises d’Afghanistan. Un petit tour à Chicago, au sommet de l’OTAN, et ce « retrait de toutes les forces » se transforme en « retrait des forces combattantes ». Il n’y a donc pas de combattants au PS, désolé pour les quelques amis qu’il m’y reste.

Miroir, mon beau miroir

Je ne peux évidemment pas appeler « combattants » les candidats iniques de la coalition PS-EELV qui n’ont pour but que de battre les députés Front de Gauche sortant. Cela ne relève pas du combat mais du coup de poignard dans le dos, illustrant mon propos sur leur volonté de nous éradiquer. Dans mon département de Seine-Saint-Denis, il y a deux cas exemplaires. Le premier est Tremblay-Sevran-Villepinte, où Stéphane Gatignon, brutus séquano-dyonisien, réunit le PS et EELV contre le député sortant François Asensi. Le second cas demeure Montreuil-Bagnolet où l’alliance blanc cassé vert pâle pousse la duplicité jusqu’à ne pas présenter de candidat EELV.

Tout cela me conforte dans l’idée que le meilleur moyen de débattre avec le parti dit « sérieux » reste de le battre au préalable. C’est ce pari que nous relevons, avec un Front de Gauche plus uni que jamais. Il n’y aura aucune faille entre nous et nous savons que nous allons transformer la dynamique Front de Gauche des présidentielles en reconduisant tous nos députés sortants et en gagnant de nouveaux sièges contre la droite en premier lieu. Peut être aussi au détriment du PS, mais ce sera de bonne guerre. Qu’il soit clair entre nous, nous regrettons de devoir en arriver là. Attaqués, nous relevons le gant.

Il ne s’agit même pas de créer un « pôle de gauche » dans la majorité présidentielle. Nous sommes loin de cette vision des choses, tant elle ne répond ni aux besoins des citoyens ni aux enjeux de la période. Nous ne serons jamais la caution de gauche d’un gouvernement social-démocrate. Notre position au conseil régional d’Île-de-France illustre ce que nous ferons. Et disons le tout net : nous espérons bien que, sans le Front de Gauche, le parti dit « sérieux » n’aura pas de majorité à gauche. Nous verrons, alors, sans aucun procès d’intention, quelle position sera la sienne : tenir compte du message des urnes ou faire de la basse politique politicienne pour débaucher quelques députés de droite comme François Bayrou ou d’autres. Ce serait drôle que la majorité de François II ressemble à celle du deuxième mandat de François Ier.

Allez, d’ici là : au charbon ! Montrons aux arrogants de quel bois le peuple de gauche se chauffe. Et, par là, que le Front de Gauche n’est pas un feu de paille.

——————————–

Bonus vidéo : Motorhead « Traitor »


Chroniques montreuilloises : 7e épisode

La porte-parole de la campagne d’Eva Joly est heureuse. Dans ce qu’elle continue d’appeler « sa » ville, la candidate EELV réalise 4,4 % des suffrages. Le quatre-quarts, c’est bien le goûter du pauvre. Je le sais pour en avoir mangé beaucoup dans mon enfance. Elle a donc quelque chose à se mettre sous la dent. Plus peut être qu’au soir du second tour de la présidentielle qui l’a vue organiser un grand raout pour fêter la victoire de son candidat : François Hollande, au meeting duquel, à Bercy, elle n’a même pas figuré au premier rang. Sont-ils ingrats ces socialistes quand même… Bref, le 6 mai au soir, dans la salle des fêtes, devant l’écran géant, mes sources me signalent que les membres du cabinet (coucou, les copains) étaient bien plus nombreux que les Montreuillois.

Mais, le sujet brûlant à Montreuil, ce n’est pas – encore ? – mon passage à l’émission 93100 Michto ma radio, ce dimanche 13 mai. J’y débattrai du Front national avec Alexis Corbière,, en partant de son faible score en Seine-Saint-Denis. Et, tiens, tant que j’en suis à l’ego trip, merci une nouvelle fois au cabinet de faire monter mes statistiques. Grâce à vous, entre autres, Le Cri du peuple a encore gagné 6 places au classement ebuzzing des blogs politiques les plus influents.

Donc, le sujet brûlant reste la question : l’amère sera-t-elle ministre ou pas ? Pour moi, c’est une fourche : il n’y a pas de mauvaise réponse. Si elle ne l’est pas, après les rumeurs en ce sens qu’elle a faites circuler partout, je savourerai son humiliation. Si elle l’est, je serai heureux pour mes amis restés à la mairie de Montreuil et qui pourront enfin souffler. En tous cas, pour Daniel Cohn-Bendit, la question est réglée. Sur le plateau du Grand Journal de Canal Plus mercredi 9 mai, à une question sur la participation de Dominique Voynet au gouvernement, il répond : « Non, elle fait partie de l’histoire des verts ». Moi, j’aime cette franche camaraderie. En retour, l’amère n’en manque pas. Sur le site Rue89, elle se gausse de ses petits compagnons de parti :

« Je regarde de façon distanciée l’agitation de certains de mes camarades, écumant leur carnet d’adresse pour voir tous les socialistes qu’ils connaissent… c’est un peu bizarre. »

Le Cri du peuple se cotise pour offrir un portefeuille à l’amère

Toute ressemblance avec une maire, ex-sénatrice, s’agitant sur son clavier un dimanche ne relèverait que de propos fictifs, bien entendu. C’est bien connu : l’amère n’est pas du genre à accuser autrui de ses propres turpitudes.

La preuve avec ce courrier envoyé aux élus et organisations politiques de la ville. Elle y dénonce les « visites inopportunes de personnalités politiques » dans les services municipaux. Et de préciser qu’elles sont « susceptibles de porter atteinte (à leur) bon fonctionnement ainsi qu’au principe de neutralité et à l’obligation de réserve des agents publics ».

La note de l’amère aux élus et organisations politiques de Montreuil (format PDF).

Dans une note adressée aux directeurs, responsables de service et cadres encadrants, la directrice générale des services complète le propos en appelant à la délation au cas où :

« Je vous demande d’intervenir sans délai auprès de la personnalité concernée (qui serait dans des locaux municipaux non ouverts au public – NDLR), avec courtoisie et fermeté, dès que vous en êtes témoin ou informé, pour faire immédiatement cesser toute propagande dans nos locaux ou sur nos outils (…) Le cas échéant, je vous demande bien sûr d’informer sans délai votre hiérarchie de ces faits. »

La note de la directrice générale des services (format PDF).

Pour réparer la coupure entre haut et bas-Montreuil, l’amère a prévu un téléphérique

Pour mémoire, la dernière fois que des faits similaires à ceux évoqués par l’amère et sa directrice générale des services se sont produits, nous avons eu à déplorer que des élus de la majorité municipale de Montreuil diffusent dans les services un tract politique au contenu très anti-syndical. Doit-on voir là une forme d’arroseur arrosé ? Quoi qu’il en soit, pour le Cri du peuple, le statut de la fonction publique territoriale doit s’appliquer tout le temps. Et à tout le monde, même les élus de la majorité.

Bon, ces derniers sont bien en peine, il faut le dire. La question des élections législatives est au cœur de leur souci. L’amère n’est pas chaude pour aller se ramasser. Elle (ou ses sbires) a donc fait diligenter un sondage sur Montreuil. La question en était assez simple. En substance, il s’agissait de savoir comment prendrait une suppléance verte, Catherine Pilon en l’occurrence, pour notre candidat fictif préféré : Razzy Hammadi. Au cas où, la candidature de la dite Catherine, déjà rétamée aux cantonales dans le Bas-Montreuil en 2011, a été aussi testée. On attend avec impatience les résultats du sondage. Sans attendre, les socialistes de Bagnolet ont pris les devants et leur réponse est assez éclairante :

« Les socialistes de Bagnolet ne veulent pas d’un accord ps/verts sur la circonscription Montreuil-Bagnolet pour les élections législatives. Soutien à Emilie Trigo. »

Du côté de Montreuil, les sociaux-démocrates sont toujours aussi insaisissables. Sauf en photo. A l’occasion de la commémoration du 8 mai 1945, ils se sont réunis, en famille. Pardon Gaylord, tu n’es pas concerné par l’appellation « social-démocrate », tu es juste sur la photo. Sur ce joli cliché, on voit toute la famille rassemblée, hors le greffon fictif qui a, décidément, bien du mal à prendre malgré l’excellence de l’horticulture montreuillloise. Celle que même Bagnolet nous envie (je plaisante, évidemment!).

Moi, je me demande si, à l’instar du voisin de Fontenay-sous-Bois David Dornbusch qui a déjà imprimé ses affiches, les socialistes de notre riante cité ne serait pas entrain de préparer un mauvais coup à celle qui rassemble péniblement un score tout terrain (4,4). Seraient-ils entrain de tester une candidature de réconciliation autour d’un ancien secrétaire de section ? Des clichés disséminés ça et là sèment le trouble.

Miranda, c’est maintenant.

Bon, on va s’en tenir là pour aujourd’hui. Je vous dis : à dimanche sur les ondes de radio pays, 93.1, pour une émission spéciale de 93100 Michto ma radio.

—————————

Bonus vidéo : Greenday « Boulevard Of Broken Dreams »


Dimanche ordinaire pour l’amère

Dimanche 29 avril 2012

8h04 : Dominique Voynet à « liste cabinet » (mode sms)
Je ne viens pas à leur cérémonie de la déportation à la con. Faites savoir que je suis retenue par l’organisation du meeting FH à Bercy. Ils comprendront.

8h05 : « Dir Cab » à « maire » (mode sms)
Heu… Tu es sûre ? Personne n’y croira…

8h06 : Dominique Voynet à « Dir Cab » (mode sms)
Je te demande pas ton avis. Tu es personnellement responsable de m’avoir fait présenter une motion demandant de soutenir le PS qui est minoritaire dans MA ville. Donc, ferme-là et fais-toi oublier.

« François, un petit ministère s’il te plaît… »

8h10 : Dominique Voynet à Flamby (mode sms)
Bonjour François, c’est Dominique. Voynet, mais tu le sais, tu as la présentation du numéro. A quelle heure veux-tu qu’on se voit à Bercy ? Il faut que je t’entretienne d’un sujet important.

8h35 : Dominique Voynet à Flamby (mode sms)
François. Je suis alarmée des rumeurs. Ce n’est pas possible de donner un portefeuille à Kim Jong-Il. Tu sais que ce type n’est pas fiable. Moi, je te suis loyale, j’ai toujours été loyale avec le PS.

8h42 : « Dir Cab » à « maire » (mode sms)
Heu… Dominique… Catherine n’est pas dispo pour te remplacer. C’est ennuyeux. Comment on fait ?

8h43 : Dominique Voynet à « Dir Cab » (mode sms)
J’ai autre chose à foutre. Envoie Mosmant. Qu’il serve à quelque chose.

 

« Cette nulle de Martine s’est fait griller Matignon par Ayrault en plus. Trop la loose ! »

8h59 : Dominique Voynet à Cécile D. (mode sms)
Cécile, tu en es où des négos avec ce con de FH ? J’espère que tu ne vas pas placer ton pote Jean-Vincent. C’est à moi que tu dois ton poste à EELV je te rappelle. DV

9h03 : « Dir Cab » à « maire » (appel)
(Appel rejeté)

9h12 : « Dir Cab » à « maire » (mode sms)
Dominique… Daniel M. me dit que tu peux aller te faire f… après ce que tu lui as fait au dernier bureau municipal.

9h13 : Dominique Voynet à « Dir Cab » (mode sms)
Envoie Monteagle et arrête de m’emmerder ou prépare-toi à aller visiter Pôle emploi pour autre chose qu’un pince-fesse.

9h14 : Dominique Voynet à « l’arriviste » (mode sms)
Jean-Vincent, je te rappelle que j’ai soutenu ta candidature aux sénatoriales. Tu me dois bien un retour d’ascenseur. Toi et moi au gouvernement ça aurait plus de gueule que cette arriviste de Duflot, tu crois pas ? Appelle-moi. DV

9h15 : « Dir Cab » à « maire » (mode sms)
Monteagle est d’accord mais il doute de la crédibilité de ton excuse.

9h16 : Dominique Voynet à « Dir Cab » (mode sms)
Je suis au Zimmer en train de boire un café avec FH. Me dérange plus, connard. Mais fais savoir dans toute la mairie dès lundi que je suis ministre.

9h17 : Dominique Voynet à « Flamby » (mode sms)
François, tu sais, j’ai laissé un très bon souvenir à l’Ecologie. Je suis bosseuse et ne tire pas la couverture à moi. Ne te laisse pas faire par Duflot et JVP, ce sont des fourbes. Au premier accroc, ils te laisseront tomber pour JLM. DV

9h25 : Dominique Voynet à Cécile D. (mode sms)
Cécile. Appelle-moi. DV

9h35 : Dominique Voynet à « l’arriviste » (mode sms)
Jean-Vincent, appelle-moi. DV

9h45 : Cécile Duflot à « l’emmerdeuse » (mode sms)
Je suis en rendez-vous avec FH. Arrête avec tes sms. CD

9h46 : Dominique Voynet à Cécile D. (mode sms)
Ah. Tu lui parles de moi. Même la francophonie je suis d’accord. C’est important la francophonie. Et puis, ça fera un ministère de plus pour nous. Réfléchis bien. DV

9h47 : Dominique Voynet à « Flamby » (mode sms)
François, je sais que tu es en rdv avec CD. Ne lui fais pas confiance. L’alliance entre le PS et EELV ne tiens que grâce à moi. Appelle-moi quand tu peux.

« C’est pourtant moi la meilleure, miroir, mon beau miroir »

9h48 : de « Flamby » à Dominique Voynet (mode sms)
Madame Voynet, vous vous vous trompez de numéro. Ici c’est D’hollande, l’ancien directeur des bâtiments de la ville de Montreuil que vous avez viré à votre arrivée comme un malpropre. Bonne journée.

Suite à de nombreuses questions en ce sens qui m’ont été posées en ce sens, je tiens à préciser que ces propos sont fictifs. La réalité qu’ils recouvrent, quant à elle, reste à l’appréciation de chacun.

————-

Bonus vidéo : Blondie « Call Me (The Messiah Dubstep Remix) »